Novembre 19, 2016
Par Le Pressoir
156 visites
rassemblement du 15 novembre 2016 - 2.9 Mo
rassemblement du 15 novembre 2016

Alors que les 15 élus étudiants, dont les élus SCUM et indépendants, ont voté contre ce renforcement de la sélection, les 19 enseignants et personnels présents ont voté pour ces quotas.

A l’initiative du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), un rassemblement s’est tenu en fin de matinée, soutenu par le syndicat CGT des personnels et enseignants. Les étudiants et personnels présents demandaient la fin des mesures de sélection appliquées en licence, ainsi que la non application des récentes directives gouvernementales restreignant l’accès au master. Concernant ce second point, le président de l’université, Patrick Gilli, a confirmé que la sélection en master sera votée lors du prochain CEVU en décembre.

L’Université Paul Valéry – Montpellier 3 s’était déjà illustrée cet été en fixant discrètement des quotas d’accueil sur le logiciel d’inscription « Admission Post-Bac », allant même jusqu’à fermer le logiciel pour les étudiants en réinscription. Ainsi, après avoir délibérément et arbitrairement mis en place des quotas d’accueil en première année de licence, de façon légale comme illégale, l’Université Paul Valéry confirme sa volonté d’aller toujours plus loin en matière de sélection sociale.

Nous rappelons que l’université conditionne l’accès à l’obtention de diplômes, mais aussi à une protection sociale et à des bourses. Ainsi, la mise en place et la pérennisation de quotas d’accueil à l’Université Paul Valéry, en plus d’enfreindre le droit à l’accès à l’établissement supérieur de son choix, revient à volontairement maintenir des jeunes dans une situation de précarité, sans aucune chance de s’en sortir via l’obtention d’un diplôme.

Ce n’est pas aux étudiants, en particulier aux plus précaires, de payer les pots cassés des ambitions élitistes d’une direction d’université coupée de la réalité. La mobilisation contre la sélection ne fait que commencer.

Article lu sur le site du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM




Source: