Du mercredi 27 février au vendredi 1er mars, le groupe fasciste « Génération Identitaire » a annoncé sa présence à Dijon pour une « Tournée d’implantation ». En cette période difficile pour les groupuscules fascistes, il est important de ne pas les laisser trouver un nouveau souffle en ouvrant une antenne locale (…). Pour mieux les combattre, commencons par mieux les connaitre. Qui sont donc les identitaires ?

Partiellement repris du site d’info local à Dijon, Dijoncter

Rajeunir l’extrême-droite

Aux origines du mal

Comme expliqué dans cet article de La Horde, les identitaires sont issus de groupes nationalistes révolutionnaires, comme Unité Radicale, dissous après une tentative d’assassinat sur Jacques Chirac en 2002, mais aussi du MNR de Mégret. Leur ambition est alors d’avancer leurs pions dans la bataille pour la succession du Front National, qui vient d’atteindre le second tour de la présidentielle pour la première fois de son histoire, mais dont le chef, le « Vieux » Le Pen, semble en fin de course.

Pour y parvenir, ils misent sur la « dédiabolisation ». Cela passe notamment par des coups médiatiques (on y reviendra), mais surtout par un ravalement de façade complet. Les symboles de l’extrême-droite à l’ancienne, comme la croix celtique, sont ainsi abandonnés au profit du lambda spartiate, et les références antisémites sont abandonnées au profit d’une réthorique de « choc des civilisations » avec le monde arabo-musulman.

Qu’est-ce que Génération Identitaire ?
Avant/après : les habits neufs de la droite radicale

Leurs références idéologiques restent néanmoins très vagues : préférence nationale et défense des identités européennes face à « l’invasion migratoire » et au « Grand Remplacement ».

FN : je t’aime, moi non plus

Presque 20 ans plus tard, qu’en est-il de leurs ambitions au sein du FN, récemment maquillé en RN ? Après avoir mué en un parti politique, le « Bloc Identitaire », en 2009, et quelques aventures électorales peu concluantes, les identitaires ont du se résoudre au constat que leur tentative de prendre la succession du FN est un échec. En juillet 2016, les identitaires abandonnent la forme-parti et les ambitions électorales, ils reprennent leur ancien nom « Les Identitaires ». Leur chef Fabrice Robert annonce qu’ils cessent « toute confrontation électorale avec le Front national ». Une bonne partie de la classe politique, du FN aux Vallsistes, ont de toute façon déjà repris leur interprétation islamophobe de la laïcité.

Après des années à chercher à se démarquer, les identitaires vont donc à la gamelle au FN. Damien Rieu, porte-parole de Génération Identitaire (la section jeune des Identitaires, aujourd’hui autonome), est actuellement le collaborateur à l’Assemblé Nationale du député Gilbert Collard. Philippe Vardon, un des leaders historiques des Identitaires est maintenant Vice-Président du groupe RN de la région PACA et Membre du Bureau National du RN.

Qu’est-ce que Génération Identitaire ?
Romain Espino, autre leader de GI, s’est quant à lui affiché récemment avec Marion Maréchal Le Pen.
Qu’est-ce que Génération Identitaire ?
Romain Espino, aux côtés de Marion Maréchal Le Pen

Les liens entre Génération Identitaire et le Génération Nation (la section jeunes du RN, successeur du FNJ) sont parfois étroits, allant du soutien pendant les campagnes électorales, à de l’aide matérielle (voir plus bas le reportage d’El Jazeera sur les Identitaires lillois).

Lire tout l’article