Novembre 15, 2022
Par Attaque
242 visites

Drôme : violences urbaines pour la soirée d’Halloween

France Bleu Drôme Ardèche / lundi 31 octobre 2022

Les pompiers de la Drôme sont intervenus une quinzaine de fois dans les quartiers de Valence, Montélimar et Romans pour des feux de poubelles ce lundi. Les policiers ont même dû momentanément boucler le quartier de Fontbarlettes à Valence pour des jeunes en embuscade et des tirs de mortiers.

Les policiers Drômois redoutaient une soirée agitée pour cette nuit d’Halloween et avaient anticipé en prévoyant des renforts venus de Lyon et Grenoble. Une quarantaine d’hommes en tout. Ils ont été déployés en milieu de soirée ce lundi, notamment pour boucler pendant quelques dizaines de minutes l’accès au quartier de Fontbarlettes à Valence. Plusieurs groupes d’individus en embuscade ont été repérés grâce aux caméras de vidéo protection. Des individus qui guettaient l’arrivée des pompiers et des forces de l’ordre après avoir allumé des feux de poubelles et tiré des mortiers d’artifice à partir de 21 heures.

Mais depuis la fin d’après-midi, les pompiers ont dû intervenir une quinzaine de fois à Romans d’abord pour une poubelle incendiée puis à la Chamberliére à Valence là aussi poubelles incendiées et barricades dans les rues. Ensuite c’est le quartier Nocaze de Montélimar où des mortiers et des feux de poubelles sont signalés. Une intervention aussi en zone gendarmerie à Loriol. Les pompiers pris a partie également à Portes-lès-Valence par un groupe de personnes encagoulées armées de barres de fer.

Quartier bouclé

Mais c’est bien à Fontbarlettes que les évènements ont été les plus longs et les plus violents. Plusieurs groupes de jeunes très nombreux et très mobiles sont venus au contact des policiers nationaux et municipaux déployés dans le secteur sur le boulevard Churchill et la rue Verdi. Barricades montées dans les rues, incendies de poubelles qui enflamment une haie. C’est à cet instant que la circulation a dû être coupée et le quartier en quelque sorte « bouclé ». Il était trop dangereux de laisser des automobilistes s’engager dans le secteur. Les jeunes prenaient à partie les forces de l’ordre. Les policiers ont dû faire usage de leurs lanceurs de balles de défense et tirer des grenades lacrymogènes. Les policiers ont été contraints de « filtrer » les interventions des pompiers lorsque la situation ressemblait trop à un guet apens et qu’il n’y avait pas de risque immédiat de propagation des feux de poubelles. Enfin vers 23 heures, c’est dans le secteur de la rue Chateaubriand que de nouveaux containers à ordure ont été incendiés et des mortiers d’artifice tirés en direction des policiers. A priori personne n’a été blessé. Le calme est revenu peu à peu vers minuit. Les violents orages qui se sont abattus sur Valence ont sans doute contribué au repli des jeunes auteurs de ces violences urbaines. En tout, plus d’une cinquantaine de policiers municipaux et nationaux ont été mobilisés sur le secteur de Valence.

C’est devenu une triste habitude dans les nuits du 31 octobre au 1 er novembre : certains jeunes incendient voitures et poubelles et s’en prennent aux pompiers et policiers. Il y a un an, cinq jeunes avaient pu être interpellés après des telles violences à Valence.

*****

Halloween dans la Drôme : un policier blessé, huit interpellés et 130 tirs de grenades

France Bleu Drôme Ardèche / mardi 1er novembre 2022

Un niveau de violence rarement atteint lors d’une nuit d’Halloween dans la Drôme lundi soir. Des dizaines de jeunes s’en sont pris aux forces de l’ordre et aux pompiers dans les quartiers de Fontbarlettes à Valence, Descartes à Portes-lès-Valence et Nocaze à Montélimar.

De mémoire de commissaire valentinois, rarement la nuit d’Halloween a vu un tel déchaînement de violences urbaines dans les villes drômoises. A Valence, Portes-lès-Valence et Montélimar des groupes de jeunes extrêmement déterminés ont tout essayé pour s’en prendre aux forces de l’ordre : incendies de poubelles, barricades dressées et tirs de mortiers en direction des policiers.

LDB (sic) et gaz lacrymogène pour disperser les perturbateurs

Il a fallu boucler le quartier de Fontbarlettes vers 21 heures ce lundi afin d’éviter aux automobilistes de s’engouffrer dans le secteur tant la situation était explosive. Une cinquantaine de jeunes tendaient de véritables guet-apens aux policiers et pompiers. Des tirs de mortiers étaient accompagnés de jets de pierres. Un policier a été blessé à la main, certains véhicules abimés dans le secteur de la rue Verdi et du boulevard Winston Churchill.

Une haie s’est enflammée et il a fallu plus de 100 tirs de LDB ou de cougar (gaz lacrymogène) pour disperser ces groupes particulièrement hostiles.

Interpellations à Portes-lès-Valence

Une fois le calme revenu au quartier de Fontbarlettes, c’est à Portes-lès-Valence au quartier Descartes que les policiers ont dû se déplacer. Là aussi une vingtaine de jeunes voulaient en découdre avec les forces de l’ordre. Ces individus-là étaient cagoulés et armés de barres de fer. Des feux de containers à ordure et des tirs de mortiers en direction des policiers ont débuté vers 23 heures. Huit jeunes ont pu être interpellés. Un policier a dû se jeter à l’eau pour récupérer un des fuyards. Deux jeunes majeurs sont placés en garde à vue pour des violences aggravées sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Des gardes à vues prolongées ce mardi soir. Les six mineurs gardés à vue depuis leur interpellation pour participation à un groupe en vue de commettre des violences, ont été rendus à leurs parents ce mardi et sont convoqués devant le juge des enfants le premier décembre prochain.

Enfin, des effectifs de police de Valence ont dû descendre à Montélimar pour renforcer les équipes de la ville car de nombreux feux de poubelles et tirs de mortiers ont aussi émaillé la soirée au quartier Nocaze.

*****

Le Perreux-sur-Marne (94): une trentaine de jeunes tend un guet-apens à la police

Le Parisien (Val de Marne) / mercredi 2 novembre 2022

Ils ont incendié des poubelles pour attirer les forces de l’ordre et leur lancer des cocktails Molotov. Un piège organisé sur WhatsApp pour « fêter Halloween ».

Ils s’étaient donné rendez-vous sur les réseaux sociaux, bien décidés à en découdre avec les forces de l’ordre et à embraser la résidence des Îles, au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), avec leurs tirs de mortiers et incendies volontaires. Une trentaine de jeunes ont tendu lundi soir un « guet-apens d’Halloween » à la police et aux pompiers.

La scène se passe juste après 20 heures, dans l’un des rares ensembles de logements sociaux de la ville. La Résidence des îles, gérée par le bailleur Valophis, n’est pas connue pour être un haut lieu de la délinquance du Val-de-Marne. C’est pourtant là que se sont retrouvés des jeunes, en partie vivant dans cette cité et pour les autres venant du Bois-l’Abbé à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

Équipés de talkies-walkies, de masques de ski, de gants…

Les jeunes ont commencé par incendier des poubelles, au 100, avenue Foch, pour attirer pompiers et policiers, puis ils ont allumé quelques mortiers. Ils comptaient ensuite attaquer les forces de l’ordre avec des cocktails Molotov et des pierres, qui ont été retrouvés dans la résidence.

L’opération avait visiblement été préparée : les assaillants étaient équipés de talkies-walkies, de gants, de masques de ski pour protéger leurs yeux et encore de mortiers, qu’ils étaient allés se procurer à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

« Ils avaient créé un groupe WhatsApp pour organiser une attaque contre la police pour fêter Halloween, se désole une source proche de l’enquête. Ils s’étaient donné rendez-vous au Perreux, sans déguisement, mais avec l’idée de profiter de la ferveur et du monde qui se balade le soir d’Halloween pour agir en toute impunité. » « Nous avons retrouvé sur eux des morceaux de bitume et de béton préparés pour servir de projectiles et des barres de fer en plus de mortiers », poursuit un autre policier. Finalement, grâce notamment aux interventions de la brigade anticriminalité départementale, mais aussi d’effectifs des commissariats de Nogent et de Champigny, et de la police municipale du Perreux, les policiers ont pu interpeller vingt jeunes, à qui sont reprochés des incendies de poubelles et la participation à un attroupement armé. Tous ont été placés en garde à vue lundi soir. Aucun policier n’a été blessé.

Le parquet de Créteil confirme le placement en garde à vue d’une vingtaine de personnes et rappelle qu’il va falloir du temps pour établir l’implication de chacun. Les gardes à vue devaient se poursuivre toute la journée de mardi. Selon nos informations, il ne s’agirait pas de délinquants chevronnés mais plutôt d’adolescents en quête de sensations fortes.

Un tel piège tendu ne rassure par les représentants des forces de l’ordre, encore sous le choc de l’attaque du commissariat de Vitry-sur-Seine, le 1er août 2022. Plusieurs personnes vêtues de noir avaient attaqué les lieux, vers 1 heure, en jetant des cocktails Molotov à l’arrière du bâtiment, puis en tirant des mortiers sur la façade.

« L’attaque était encore très préparée »

« Cette fois encore l’attaque était très préparée et le matériel qu’ils avaient regroupé était particulièrement dangereux, dénonce Julien Schenardi, responsable du syndicat de police Alliance 94. Les barres de chantier retrouvées sur place auraient pu aller jusqu’à tuer des policiers. »

La consternation est partagée par l’ensemble des policiers du Val-de-Marne. « Une fois de plus les réseaux sociaux sont utilisés pour créer des opportunités nouvelles de délinquance pour en découdre avec les forces de l’ordre, loin des lieux habituels, regrette Reda Belhaj, secrétaire départemental Unité SGP Police 94. Nous ne sommes pas équipés pour lutter sur ces réseaux. Mais les brigades anticriminalité ont une nouvelle fois prouvé leur efficacité. L’antidélinquance doit rester une des priorités, on a besoin de toutes les unités ! »

*****

Montpellier: un équipage de police victime de tirs de mortier d’artifice

Midi Libre / mercredi 2 novembre 2022

Si la fête d’Halloween s’est bien passée à Montpellier, un incident survenu rue Louise-Michel, dans le quartier de La Pompignane, est toutefois à souligner. Vers 20h30, en effet, un équipage de police secours intervenant sur un feu de poubelle domestique a été pris à partie par des tirs de mortier d’artifice. Heureusement (sic), aucun tir n’a atteint sa cible. Les mis en cause étant trop loin des fonctionnaires de police. Aucun blessé n’est donc à déplorer. De leur côté, les véhicules n’ont également subi aucun dégât. Malgré les recherches, les auteurs, qui ont immédiatement pris la fuite après les tirs, n’ont pu être interpellés. Une enquête est en cours.

*****

Chambéry: incendies en série pour la nuit d’Halloween

Le Dauphiné / mercredi 2 novembre 2022

La nuit d’Halloween a été plus que mouvementée… Des incendies en série ont entraîné l’intervention des soldats du feu et des forces de l’ordre dans l’agglomération chambérienne.

Plusieurs incendies ont entraîné l’intervention des pompiers, de la police nationale et de la police municipale, pendant la nuit d’Halloween entre le lundi 31 octobre et le mardi 1er novembre. La police, qui avait mis en place un dispositif spécial pour cette nuit, a interpellé deux jeunes âgés de 18 et 15 ans, le premier avenue du Covet, le second chemin des Moulins, à 20 h 45. Selon les services de police, les patrouilles ont eu affaire à des groupes de jeunes, très mobiles, encapuchonnés… À Chambéry, La Ravoire, Montmélian, Cognin, Jacob-Bellecombette, se sont situés les feux les plus notables. Au bilan, sur le secteur de Chambéry : trois voitures, deux scooters et 17 poubelles ont été détruits. La police a dénombré six interventions à Chambéry-le-Haut, sept au Biollay, six à Mérande, une au Covet, trois sur la commune de Cognin et deux sur la commune de Jacob.

La série a commencé à 20 h 50, rue Oradour-sur-Glane, à Chambéry, avec un feu de poubelles qui s’est propagé à un compteur électrique.

À 21 heures, ensuite, c’est à Montmélian, qu’un feu de poubelles a été éteint.

À 21 h 20, à Cognin, un feu de poubelles s’est propagé à deux voitures et à une conduite de gaz qui a explosé et s’est enflammée.

À 22 h 28, chemin des Moulins, à Chambéry, un feu de poubelles s’est propagé à un scooter.

À 23 h 15, rue Marc-Seguin, dans le quartier de La Favorite, des poubelles ont brûlé sans propagation.

À 0 h 28, un incendie s’est déclaré dans un parking souterrain, rue du Mâconnais, sur les Hauts de Chambéry. Un très important dispositif a été déployé par les secours. Deux box étaient la proie des flammes. L’origine du sinistre reste indéterminée. Cette intervention a mobilisé jusqu’à 25 sapeurs-pompiers et six véhicules. Le parking n’est pas situé sous un immeuble. Le sinistre n’a donc pas entraîné d’évacuation d’habitants.

À 0 h 43, un autre feu de poubelle a été déclenché, chemin de Miremont, à Jacob-Bellecombette. Il a commencé à se propager à un véhicule qui a été mis en sécurité, ensuite, par sa propriétaire.

À 1 h 26, rue du Corbelet, à Jacob-Bellecombette, un feu de poubelles s’est propagé à une voiture.

À 6 h 30, rue villa romaine, à Cognin, le feu a été mis à des conteneurs semi-enterrés. Incendie qui a endommagé un véhicule garé à proximité

*****

Bourg-en-Bresse: incidents et interpellations lors de la nuit d’Halloween

Le Progrès / mercredi 2 novembre 2022

Quatre feux de poubelles en zone police, cinq poubelles, un chariot de supermarché et un véhicule incendiés en zone gendarmerie. Le bilan de la nuit d’Halloween, entre lundi et mardi, fait état de rares incendies volontaires et de quelques incidents isolés.

Policiers et gendarmes étaient sur les dents, craignant que la nuit d’Halloween n’apporte son lot d’incendies et autres algarades, comme cela avait été le cas deux ans auparavant. Au final, malgré quelques incidents, la nuit a été plutôt calme.

« Le dispositif mis en place a porté ses fruits » commente un gradé de la direction départementale de la sécurité publique de la police nationale. Les policiers, déployés en nombre et en force sur le terrain, ont procédé à quatre interpellations à Bourg-en-Bresse.

Trois individus, deux majeurs et un mineur de 17 ans, ont été interpellés aux environs de minuit, non loin du lycée Quinet, alors qu’ils tentaient d’incendier des containers à ordures. Placés en garde à vue dans les locaux du commissariat burgien, ils ont été laissés libre, mardi, dans l’attente de la plainte de la Ville de Bourg-en-Bresse.

Un autre jeune, âgé de 14 ans, a été interpellé dans le quartier de la Croix-Blanche après des dégradations ; il a été remis à son responsable légal et sera convoqué prochainement devant la justice.

Projections à la prison et rixe familiale

Durant la nuit, somme toute relativement agitée, les policiers ont également interpellé un jeune homme de 16 ans et demi qui venait d’effectuer des projections par-dessus l’enceinte du centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse ; il a été placé en garde à vue et son colis, contenant téléphone et résine de cannabis, a été confisqué. Ce jeune Lyonnais a été laissé libre et sera convoqué devant la justice à Lyon.

(…)

Du côté d’Oyonnax, aucun incident n’est à déplorer. Dans la zone gendarmerie, hormis quelques incendies et des bagarres, la nuit d’Halloween a été calme, la pluie répandue sur le département, a sans doute refroidi les ardeurs des incendiaires putatifs.

*****

Chalon-sur-Saône: encore quatre feux de poubelles

Le Journal de Saône-et-Loire / jeudi 3 novembre 2022

Deux containers ont pris feu dans la nuit de mardi à mercredi à Chalon-sur-Saône. L’un rue René-Coty, l’autre rue Édith-Piaf. Ces départs de flammes s’ajoutent aux six autres comptabilisés durant la nuit d’Halloween .

À proximité de l’incendie de la rue René-Coty, les policiers de la BAC de nuit ont aperçu un individu prenant la fuite en abandonnant une bouteille en plastique contenant un produit inflammable et un morceau de papier. Lors de son interpellation, le jeune homme de 15 ans était aussi en possession d’un briquet. Placé en garde à vue, il a nié être l’auteur des faits. Il a depuis été relâché. L’enquête se poursuit, en attendant les résultats de la police technique et scientifique.

Ce mercredi soir, rue Winston-Churchill et rue Aristide-Briand, deux autres feux de poubelles ont nécessité l’intervention des pompiers à un quart d’heure d’écart.

*****

Lorient et Rennes: jets de projectiles et tirs de mortier

Le Télégramme / mercredi 2 novembre

La nuit d’Halloween a été émaillée de quelques incidents en Bretagne. À Lorient, deux adolescents ont été interpellés, lundi, soupçonnés d’avoir jeté des projectiles sur un bus et des policiers, dans le quartier de Kervénanec.

La soirée d’Halloween a été animée, lundi, dans le quartier de Kervénanec, à Lorient. Deux épisodes de violences urbaines ont été constatés par la police nationale. Le premier a eu lieu vers 19 h 30 et a été signalé par un conducteur de bus. Alors qu’il transportait des passagers sur la ligne T2, l’homme a été visé par des jets de projectiles. « Le personnel de sûreté s’est rendu sur place immédiatement », indique Bruno Percheron, le directeur de la Compagnie de transport de la région lorientaise (CTRL). Selon les agents de sécurité, les projectiles en question étaient des œufs.

Appelée sur place, la police a alors constaté la présence, rue Maurice-Thorez, d’une vingtaine de jeunes habillés de sombre et le visage dissimulé, notamment par des cagoules. Le véhicule de police a été visé à son tour, mais cette fois par un engin pyrotechnique. Il n’a pas atteint sa cible. Les fonctionnaires sont descendus de leur voiture et ont réussi à interpeller un garçon de 15 ans. Il a été aussitôt placé en garde à vue.

Vingt policiers mobilisés spécialement

Plus tard dans la soirée, vers 22 h, les effectifs de police sont retournés dans le quartier. Cette fois, un conteneur à poubelles était en feu, rue Maurice-Thorez, et une dizaine de jeunes étaient présents. Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour l’éteindre. Mais, là encore, un véhicule de police a été visé par un projectile non identifié. Il a atteint une portière. Puis des policiers à pied ont été visés par un autre projectile. Ils ont réussi à interpeller un jeune de 14 ans, lui aussi placé en garde à vue.

À l’issue de leurs auditions, les deux adolescents ont été laissés en liberté. Ils feront l’objet de poursuites pénales. La police, qui n’a pas enregistré de blessés, ni de dégâts importants sur ses véhicules, précise qu’elle avait mobilisé une vingtaine de fonctionnaires en plus, mobilisés spécifiquement pour les fêtes d’Halloween.

En 2016, le quartier de Kervénanec avait déjà connu un épisode de grande violence lors de cette même soirée. À l’époque, six jeunes, soupçonnés d’avoir préparé des cocktails Molotov et caillassé la police, avaient été interpellés.

Des incidents aussi à Rennes

La soirée d’Halloween a également donné lieu à des incidents à Rennes, où des policiers ont été visés par des tirs de mortier d’artifice, dans le quartier du Blosne. Trois agents ont été légèrement contusionnés

*****

Région mulhousienne : nuit d’Halloween agitée

L’Alsace / mercredi 2 novembre 2022

Dans la nuit de lundi à mardi, plusieurs départs de feu ont mobilisé pompiers et policiers à Mulhouse et son agglomération.

De la rue du Cerf à la rue du Cèdre à Mulhouse, plusieurs départs de feux ont mobilisé les pompiers et les policiers entre 18 h, lundi 31 octobre, et 1 h 30 dans la nuit du 1er novembre. Des feux de voiture, de poubelles, de bennes à ordures, de pneus…

Ceux-ci se sont déclarés aussi bien au Drouot : un feu de benne de chantier entièrement embrasée rue François-Staedelin après 18 h, des pneus en feu au niveau de la façade d’un bâtiment désaffecté rue de la Navigation peu après minuit. Ainsi qu’aux Coteaux : un feu de benne à ordures rue Pierre-Loti peu avant 20 h, un autre rue François-Millet peu après 21 h 30, un feu de détritus sur la voie publique, boulevard des Nations, peu après 21 h.

Le secteur Franklin-Fridolin/Wolf-Wagner n’a pas davantage été épargné : deux interventions pour des feux de détritus rue Hubner à 22 h 30 et 23 h 15, deux autres pour des feux de bennes à ordures rue des Marronniers vers 23 h 15 et 1 h 15 du matin.

À Bourtzwiller, un feu de poubelle a été signalé vers 22 h rue de Saint-Nazaire, au niveau des voies du tram.

Renfort de CRS

Avant d’intervenir, vers 22 h 30, les pompiers ont attendu le renfort de CRS (compagnie républicaine de sécurité), suite à l’attroupement d’une cinquantaine d’individus à l’attitude menaçante. Plusieurs interpellations auraient eu lieu au cours de la nuit, ce que ni la police ni la préfecture du Haut-Rhin n’ont été en mesure de nous confirmer, ce mardi 1er novembre.

Autour de Mulhouse, les gendarmes sont intervenus à sept reprises, entre 19 h 30 et 1 h 30 du matin, principalement à Wittelsheim, Sausheim et Illzach, là encore pour deux feux de voitures et une dizaine de feux de poubelles. Les militaires ont déploré quelques caillassages et des tirs de mortier d’artifice, à Sausheim. Peu de casse au final, étant donné qu’il n’y a pas eu de blessé et pas davantage d’interpellation.

Selon notre estimation, une vingtaine de feux ont ainsi été enregistrés dans la région mulhousienne pendant la nuit d’Halloween.

*****

Halloween : affrontements à Muret, incidents à Toulouse

La Dépêche / mercredi 2 novembre 2022

La soirée d’Halloween a été agitée ce lundi 31 octobre au soir, à Muret, au sud de Toulouse. Pendant plusieurs heures, un groupe d’une cinquantaine de jeunes gens s’en est pris aux gendarmes en intervention. Ces derniers se sont d’abord déplacés sur un feu de poubelle au niveau d’un square du côté de l’avenue d’Europe, au cœur de Muret.

Quand l’un des trois gendarmes de la patrouille est descendu du véhicule, une personne a lancé un pavé dans sa direction. Le projectile est passé à seulement quelques centimètres de sa tête. Il a fini sa course sur le pare-brise de la voiture des gendarmes.

Quand l’équipage a repris sa patrouille, il a essuyé au moins cinq tirs de feux d’artifice. Entre 21 heures et minuit, le groupe a multiplié les provocations. Un adolescent de 17 ans a été interpellé. Les enquêteurs vérifient dans quelle mesure il a participé aux incidents.

Le GITeS pris à partie à Jolimont

Dans l’Ouest toulousain par ailleurs, quelques feux d’artifice ont été tirés à Léguevin ainsi qu’à Bessières, au nord est. À Toulouse, 8 000 personnes étaient réunies pour la nocturne du marché Victor-Hugo, au cœur de la ville, qui accueillait le trophée de la coupe du monde de rugby. Aucun événement majeur ne s’est produit.

Dans le secteur de Jolimont en revanche, dans la soirée, des agents du GITeS (Groupement interquartiers de tranquillité et de sûreté) ont été pris à partie par un groupe d’une vingtaine de personnes. L’intervention de la police a permis de ramener le calme. Par ailleurs, des tirs de feux d’artifice ont été signalés au Mirail.

Au total, les sapeurs-pompiers sont intervenus sur 21 feux de poubelles et trois feux de véhicules dans le département.

*****

Carcassonne et Trèbes: des feux de containers à ordures en série pour la soirée d’Halloween

La Dépêche / mercredi 2 novembre 2022

Comme l’an passé à la même période, la nuit d’Halloween a été chaude, voire tendue à Carcassonne et Trèbes. En ligne de mire, des bandes d’une quinzaine de jeunes des cités dites sensibles, dont le jeu favori est parfois celui du chat et de la souris avec les forces de l’ordre. Jeudi, c’est en milieu de soirée, aux alentours de 22 h 30, que la partie a commencé à Trèbes. Plus exactement sur le secteur de la cité de l’Aiguille, où cinq conteneurs à ordures, ainsi que des palettes récupérées sur un chantier, ont été mis à feu à trois endroits distincts. Des interventions a priori banales pour les sapeurs-pompiers trébéens, si ce n’est qu’ils doivent systématiquement être encadrés par la gendarmerie pour opérer en toute sécurité.

Selon nos informations, ils étaient une quinzaine de jeunes vêtus de vêtements sombres et de capuches en train de jouer avec des pétards, quand les gendarmes sont arrivés sur place avec les pompiers. Puis ça aurait commencé à bouger dans le groupe, avec une atmosphère devenant hostile à l’égard des forces de l’ordre. Préférant ne pas laisser la situation s’envenimer, les gendarmes ont ainsi fait appel aux pelotons de surveillance et d’intervention (Psig) de Carcassonne et Castelnaudary, épaulés par des effectifs des brigades de Trèbes et ou encore Conques-sur-Orbiel. Au total, ce sont 17 militaires de la gendarmerie qui ont été mobilisés sur site, afin de ramener le calme et la sérénité dans le quartier. Peu après minuit, la situation était revenue calme mais une surveillance a tout de même dû être mise en place, pour le reste de la nuit.

Le secteur de La Conte privé d’internet

Sur la préfecture audoise, c’est entre 23 h et 1 h qu’un groupe d’une quinzaine de jeunes de 14 à 15 ans s’est invité dans la partie en incendiant pas moins de 25 conteneurs à ordures. Devant le cimetière La Conte tout d’abord, puis face au lycée Jules-Fil et au collège Jules-Verne sur le boulevard Joliot-Curie, pour finir au rond-point de la mosquée. Cette fois-ci, ce sont les fonctionnaires de police qui ont été pris à partie par le groupe d’adolescents rebelles, pendant que les pompiers intervenaient sur les incendies de conteneurs en cours. Les policiers ont notamment essuyé des jets de pierre sur les véhicules de services. S’il n’y a pas eu de blessé à déplorer chez les forces de l’ordre ou les pompiers, ces incendies ont endommagé les réseaux informatiques installés près du mur d’enceinte du cimetière, privant ainsi d’internet tout le secteur de La Conte… Une plainte va être déposée par la Ville de Carcassonne pour « dégradation par moyen dangereux de biens publics ». Outre les conteneurs à ordures qui valent 350 euros l’unité, la caméra installée au rond-point de la mosquée a été touchée. Elle est désormais hors-service.

À Carcassonne comme à Trèbes, la police et la gendarmerie ont ouvert une enquête pour tenter de mettre la main sur les auteurs de ces incendies volontaires. Autant dire que la tâche s’annonce difficile.




Source: Attaque.noblogs.org