291 visites

Dans le numĂ©ro de fĂ©vrier de Courant Alternatif, nous avons Ă©voquĂ© la libĂ©ration des prisonniers politiques de l’organisation « Stand Up For Cameroon Â». Cependant, il reste encore des prisonniers politiques de l’opposition dans les geĂŽles camerounaises. A l’instar des militants du MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun). Les diffĂ©rents collectifs, partis et diverses organisations opposantes au rĂ©gime continuent de mobiliser pour la libĂ©ration des prisonniers des marches de Septembre 2020 (au moins 500 personnes arrĂȘtĂ©es). De plus, le pouvoir fait face Ă  un mouvement de grĂšve inĂ©dit et puissant dans l’éducation menĂ© par les professeurs.

Situation des prisonniers

La situation des prisonniers s’est aggravĂ©e Ă  cause de l’épidĂ©mie de cholĂ©ra qui frappe le Cameroun depuis le mois de Novembre dernier. En effet, les conditions carcĂ©rales particuliĂšrement dĂ©plorables ont favorisĂ© la propagation de cette maladie dans les plus grands centres pĂ©nitentiaires du pays. Un systĂšme de santĂ© exsangue, le manque d’eau courante et d’hygiĂšne en gĂ©nĂ©ral, en plus d’une surpopulation touchant les plus grandes prisons du pays (celles de Douala et de YaoundĂ©) sont les vecteurs du cholĂ©ra qui a touchĂ© plus d’une centaine de prisonniers. Au moins 6 personnes sont mortes du cholĂ©ra dans la prison Centrale de New Bell Ă  Douala. Parmi ces militants, il y avait un jeune militant du MRC Rodrigue Ndagueho Koufet, qui purgeait une peine de prison de 3 ans pour avoir manifestĂ© lors des marches de Septembre 2020. Tristesse, colĂšre et consternation touchent tous les militants camerounais depuis une semaine


Cette nouvelle, contrebalance une nouvelle positive : la libĂ©ration du militant Collins Nana de l’organisation « Stand Up For Cameroon Â» qui Ă©tait enfermĂ© depuis plus de 18 mois Ă  la prison centrale de New-Bell. Un tribunal militaire l’avait condamnĂ© pour « insurrection, rassemblements et manifestations publiques Â» en dĂ©cembre dernier.

Mobilisations pour une grĂšve gĂ©nĂ©rale ?

Depuis plus d’un mois, le gouvernement fait face Ă  un mouvement inĂ©dit dans l’éducation. En effet, les professeurs (collĂšges et lycĂ©es) sont en grĂšve contre les conditions globales mais surtout contre le retard de versement de leurs salaires ou pour certains de leur retraites de l’éducation. En effet, plusieurs tĂ©moignages de professeurs qui assurent qu’ils n’ont pas perçus leur salaire complet pendant plus de 5 voire 7 ans ou qui attendent leurs retraites depuis 15 ans. C’est un collectif appelĂ© OTS (on a trop supportĂ©) qui a portĂ© la mobilisation pendant plus d’un mois. Les enseignants ont baptisĂ© cette grĂšve « opĂ©ration #CraieMorte Â» relayĂ©e grandement sur les rĂ©seaux sociaux. Le gouvernement a rĂ©gularisĂ© les situations les plus criantes, ce qui a eu pour consĂ©quence de faire stopper le mouvement, momentanĂ©ment d’aprĂšs les enseignants.




L’invasion de la Russie en Ukraine a des consĂ©quences partout sur le globe et notamment en Afrique : c’est l’augmentation des produits de premiĂšre nĂ©cessitĂ©. De fait, l’augmentation du pĂ©trole et du cours du blĂ© conduit des populations Ă  se passer de cette cĂ©rĂ©ale Ă  se reporter sur d’autres aliments cultivĂ©es localement (manioc, patate douce) pour faire de la farine. Cependant, un appel Ă  la grĂšve gĂ©nĂ©rale « contre l’appauvrissement gĂ©nĂ©ralisĂ© Â» et des manifestations pacifiques initialement lancĂ© par des syndicats et des collectifs contre la vie chĂšre au dĂ©but du mois d’avril (le 7 prĂ©cisĂ©ment) n’a pas pu aboutir : en effet, lors de nĂ©gociation, l’état camerounais, pour le moment, a donnĂ© des garanties en termes de salaires dans les secteurs public et privĂ©.

A voir dans les prochaines semaines ce qu’il va se passer dans les mobilisations futures autour de la vie chùre.

Alfano




Source: Oclibertaire.lautre.net