Janvier 17, 2022
Par Fondation Besnard
246 visites

lundi 17 janvier 2022, par Ariel Camacho,
Casoar ¨Phil,
Enckell Marianne,
Giménologues

Une belle démonstration de plagiats à répétition pour tromper les lecteurs et les critiques littéraires.

Qu’un écrivain se prenne pour un historien et devienne ridicule, ce n’est que, entre autres cas célèbres, la reprise du roman de Joseph Kessel “Makhno et sa juive” (un tissu d’âneries et de mensonges, bien payé par l’ambassade soviétique à Paris).

Kessel sut par la suite écrire à partir de sa propre matière…, Adrien Bosc va sans doute éviter d’autres bêtises dans le futur.

Mais il n’est pas seul. Des historiens spécialistes de la guerre civile espagnole ont savamment repris une citation (très anti anarchiste) de la presse russe inventée en décembre 1936 par un journaliste mexicain. Il s’agit des anglo-saxons Hugh Thomas, Gerald Brenan et bien d’autres espagnols et français, parfois jusqu’à aujourd’hui !

Pourtant, la lecture en russe de la source indiquée montre que tout n’était que des mirages anti bolchéviques de pseudo spécialistes (sur ce point).

Il suffisait d’avoir lu les propos en russe de Lénine à la fin du X Congrès du PC de l’URSS en mars 1921 pour voir que tout les mensonges et la calomnie galopante de Staline et des dirigeants communistes espagnols et de leurs conseillers et chefs étaient déjà étalés, puants et ridicules.

Pour revenir à Adrien Bosc, son utilisation des termes d’un journal fasciste espagnol “pontife du crime” pour les mettre sous sa plume (en occultant qu’il les a “piqués” dans un texte d’autrui) me semble digne de la mentalité d’un arriviste faisant usage de la calomnie pour faire briller son analyse !

Belle mentalité de futur penseur capitaliste ou léniniste.

Frank 17.01.22

Documents joints




Source: Fondation-besnard.org