Il ne s’agit pas d’un « scandale Â» ou d’une « dĂ©rive dangereuse Â», c’est le fonctionnement normal et routinier de l’appareil de rĂ©pression. Les indics, les balances, les infiltré·e·s comme les appareils de contrĂŽle et de surveillance sont indispensables au sale taff de l’État qui est de nous contraindre Ă  accepter un monde injuste.

Les techniques d’infiltration, tout comme les recrutements de balances ou d’indics, sont des vieilles techniques policiĂšres. Il est d’ailleurs Ă©trange que nous ayons peu de retour de ce type de manƓuvres autour du mouvement des Gilets Jaunes. Ne restez pas seul·e avec les menaces, le secret est une arme que les autoritĂ©s manient avec aisance. Notre force, elle, rĂ©side dans la solidaritĂ© et l’appui mutuel face aux coups de pressions. Encore une fois il ne s’agit pas d’ouvrir les vannes Ă  la parano : nos lieux ouverts, les contacts avec les autres, la confiance envers des inconnu·e·s avec qui nous partageons des colĂšres, sont des Ă©lĂ©ments indispensables pour jeter Ă  bas ce systĂšme.

Angleterre, 40 ans d’infiltration

L’affaire Ă©clate en 2013 mais ça fait 40 ans que ça dure. Quand un certains Mark Stone alias Mark Kennedy se fait afficher dans un journal anglais en janvier 2011 c’est une pratique longue de 40 ans qui sort au grand jour. L’affaire fait du bruit notamment quand la presse rĂ©vĂšle que, pour mener Ă  bien ses infiltrations, la police britannique “a volĂ© les identitĂ©s d’environ 80 enfants dĂ©cĂ©dĂ©s pour Ă©tablir des faux passeports Ă  leurs noms”. Mark Kennedy avait Ă©tĂ© utilisĂ© par la DCRI dans l’affaire dite de Tarnac.

Hambourg · 2000, 2009, 2013

Parfois c’est l’accumulation, comme pour la Rote Flora, un squatt autonome de Hambourg qui a connu trois grosses affaires d’infiltration.

DĂ©couverte fin 2014 mais infiltrĂ©e de 2000 Ă  2006 et connue sous le pseudo d’Iris Schneider, l’agente de Hambourg a poussĂ© le goĂ»t de sa fonction jusqu’à multiplier les escapades amoureuses.

À lire : La Rote Flora squattĂ©e par une barbouze (Non Fides, 2014)

La flic infiltrĂ©e, Maria Böhmlichen, a cotoyĂ© les militant·e·s sous le nom de « Maria Block Â», elle est aux manifestations contre la confĂ©rence de l’ONU sur le climat Ă  Copenhaghe en 2009, lors des camps ‘No Border’ sur l’üle de Lesbos en 2009 et Ă  Bruxelles en 2010

À lire : Nouveau cas de flic infiltrĂ©e Ă  la Rote Flora (Le Chat Noir Émeutier, 2015)

Astrid Oppermann, de 2006 a 2013. elle a Ă©tĂ© au cƓur des activitĂ©s et des projets du squat de la Rote Flora, ce qui lui a permis de se construire une « crĂ©dibilitĂ© d’activiste Â» sur le long terme et de s’immerger au sein du milieu pendant des annĂ©es.

À lire : Une eniĂšme flic demasquĂ©e dans le milieu autonome (Le Chat Noir Émeutier, 2016)

Lausanne · septembre 2008

Les privĂ©es aussi sont des vrais flics : le 12 juin 2008, le reportage de la presse rĂ©vĂ©lait au public qu’un groupe de travail d’Attac-Vaud avait Ă©tĂ© infiltrĂ©, de 2003 Ă  2004, par une agente de Securitas, se prĂ©sentant sous la fausse identitĂ© de Sara Meylan, pour le compte de l’entreprise transnationale NestlĂ©. Quelques semaines plus tard, le groupe anti-rĂ©pression de Lausanne apprenait qu’il avait Ă©tĂ© gratifiĂ© du mĂȘme genre d’intrusion indĂ©sirable.

Sur l’infiltration d’Attac :

Lyon · février 2010

Alors que des sabotages contre la machine a expulser, notemment des attaques de distributeurs automatiques de billet ont lieu, qu’une quinzaine de perquisitions ont lieu à Paris, la SDAT cherche à recruter.

À lire : 22 v’lĂ  la SDAT (Rebellyon, 2010)

Paris · janvier 2011

Deux flics viennent voir un squatteur parisien alors qu’il est en garde-Ă -vue dans les locaux de la brigade criminelle. On est quelques temps aprĂšs la rĂ©forme des retraites et cette proposition arrive au moment oĂč se suivent les incarcĂ©rations en lien avec la lutte contre la machine Ă  expulser. Les flics proposent de la thune contre des infos ainsi qu’un CDD de six mois (trois mois avant et trois mois aprĂšs le G8 de Nice en 2011).

Belgique · juin 2011

Des types douteux qui leur proposaient sans détours de filer des informations sur le mouvement anarchiste et qui cherchaient à les faire chanter

Paris · septembre 2011 et juin 2012

Un copain harraga, fraĂźchement dĂ©barquĂ© suite a l’éviction de ben ali. L’offre, 2000€, des papiers et un logement.

À lire : La police tombe sur un os (Indymedia Nantes, 2011)



Le mĂȘme pote en septembre 2012 toujours Ă  Paris se reprends un coup de pression.

À lire : Paname : Ils veulent des balances, ce sera pas nous ! (Indymedia Nantes, 2012)

ZAD de NDDL · novembre 2011

Le contrĂŽle d’identitĂ© est un prĂ©texte pour choper un numĂ©ro. Pression et offre. L’offre : Un tel et des cacahuĂštes

Grenoble · avril et novembre 2012

Un contrĂŽle d’un taggueur. Une photo d’une balade anti-Ă©lectorale lui est montrĂ©, il apparaĂźt au loin mais malheureusement sur la pellicule malgrĂ© tout. Les sbires lui demandent de s’expliquer et de balancer des noms.

À lire : Grenoble : Anti PouKav (Indymedia Grenoble, 2012)

Encore Ă  Grenoble en novembre de la mĂȘme annĂ©e, tabassage pour foutre la pression mais le copain ne lĂąche rien.

Italie · décembre 2012

Accosté dans la rue par des inconnnu.es aux propositions plus que louche

À lire : Italie : Je crache sur l’offre de service (Cette semaine, 2013)

Bruxelles · début 2013.

Une journaliste qui n’en est pas une, et qui est une vrai recruteuse, tient ce discours : « Dans l’entretien de la fois passĂ©, j’ai constatĂ© que tu n’es pas un danger de l’État. Nous ne recherchons pas des personnes comme toi. Tes activitĂ©s militantes restent dans cadre dĂ©mocratique. Nous n’avons pas de problĂšme avec ça. Tu es une personne intelligente et nuancĂ©e. Â» Mais : « Tu connais des gens qui s’enferment du monde extĂ©rieur et « se radicalisent Â», qui ne sont plus raisonnable, qui sont capables de commettre des attentats. Nous voulons savoir qui sont ces gens-lĂ . Â»

À lire : La suretĂ© de l’État cherche des indics (Cette semaine, 2013)

Paris · avril 2015

La menace reste dans le mĂȘme le registre : « Chaque remarque pouvait s’entendre comme une menace, comme une tentative de pression. Ils ont menacĂ© de m’afficher en manif, genre « merci pour les pour les infos mon pote Â»

À lire : Les RGS s’invitent Ă  une perquiz’ (Indymedia Nantes, 2015)

Namur · avril 2015

Un accident de la route et, Ă  l’hĂŽpital, dĂ©barquent quatre flics, ils veulent des informations sur des personnes du groupe.

À lire : Face aux flics, « Rien Ă  dĂ©clarer Â» encore et toujours (Le Chat Noir Émeutier, 2015)

Bruxelles · octobre 2015

Une personne a Ă©tĂ© approchĂ©e par la SĂ»retĂ© d’État afin de la recruter comme indicateur. Cette fois-ci, les renseignements recherchĂ©s par les voies perfides de la dĂ©lation portent sur la lutte en cours contre la construction de la maxi-prison.

À lire : La SĂ»retĂ© d’Etat Ă  la recherche de mouchards (Indymedia Bruxsel, 2015)

Notons qu’en Belgique on ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit de chercher des noises aux rĂ©fractaires Ă  leur ordre mortifĂšre.

Roanne · mai 2015

Caramba encore ratĂ© ! DĂ©claration osĂ©e de la flicaille Ă  la personne approchĂ©e : « je sais beaucoup de choses depuis 2012 je sais ce que vous pensez, je sais que vous ĂȘtes anti-flic, on n’est pas obligĂ©s d’aimer tout le monde, d’ailleurs moi non plus je ne vous aime pas Â»

Si se battre pour la libertĂ© est un crime, l’innocence serait vraiment le pire de tout.




Source: Iaata.info