Octobre 20, 2021
Par Les mots sont importants
399 visites


Nous sommes beaucoup Ă  nous demander ce que c’est que le « woke Â», qui en est venu Ă  dĂ©signer des choses aussi diffĂ©rentes que des rĂ©unions non mixtes, un film de James Bond, ou encore, si l’on en croit Blanquer, une « idĂ©ologie qui a amenĂ© Donald Trump au pouvoir Â». Tombant une nouvelle fois dans le piĂšge classique de l’arme de dĂ©lĂ©gitimation, certains Ă  gauche semblent, eux aussi, avoir entĂ©rinĂ© l’idĂ©e qu’il s’agirait d’une chose identifiable, d’un ensemble clair d’idĂ©es et de gens. SĂ©bastien Fontenelle remet un peu d’ordre dans cette grande confusion.


Je n’ai toujours pas bien compris pourquoi – et Ă  quel titre – Olivier Faure, premier secrĂ©taire du PS, se sent autorisĂ© Ă  dire ce que la gauche doit ĂȘtre et faire, mais le fait est que le gars semble ĂȘtre passĂ© en mode coach de vie, et qu’il vient encore de lui distribuer, lors de l’universitĂ© d’étĂ© de son parti, de tranchantes prescriptions. Il a ainsi (et notamment) proclamĂ© que : « La gauche, plutĂŽt que de s’égarer sur les chemins du woke, doit fermement s’ancrer aux valeurs de l’universalisme rĂ©publicain. Â»

Et ça, me suis-je d’abord dit en dĂ©couvrant cette harangue, c’est quand mĂȘme fort de cafĂ©, parce qu’attends : c’est pas parce que t’as semble-t-il bloquĂ© sur les cocottes en fonte Ă©maillĂ©e que tu peux tout te permettre, hein ? Si j’aime faire sauter mes nouilles au seitan sans les noyer dans l’huile, qui es-tu, sĂ©rieusement, pour me priver de mon wok ?

Puis j’ai tout de mĂȘme rĂ©alisĂ© que je m’étais mĂ©pris, et que le patron du PS ne parlait pas du tout de nos ustensiles de cuisson, mais bien « du woke  Â», avec un « e Â» Ă  la fin.

Fort bien, mais qu’est-ce ?

Il s’agit, d’aprĂšs WikipĂ©dia, d’un « terme anglo-amĂ©ricain Â» qui peut se traduire en français par «  Ă©veillĂ© Â», qui « dĂ©signe le fait d’ĂȘtre conscient des problĂšmes liĂ©s Ă  la justice sociale et Ă  l’égalitĂ© raciale Â», et qui «  s’applique Ă  toute personne qui serait consciente des injustices de l’oppression qui pĂšse sur les minoritĂ©s  Â».

Par consĂ©quent, la directive d’Olivier Faure doit en rĂ©alitĂ© ĂȘtre comprise comme suit : « La gauche, plutĂŽt que de s’égarer sur les chemins de la prise de conscience des injustices de l’oppression qui pĂšse sur les minoritĂ©s, doit fermement s’ancrer aux valeurs de l’universalisme rĂ©publicain. Â»

DĂšs lors : tout s’éclaire – et il faut concĂ©der au boss des socialistes qu’il a du moins le mĂ©rite d’une relative sincĂ©ritĂ©.

Car de fait : la derniĂšre fois que son parti a Ă©tĂ© aux affaires, il a (encore) procĂ©dĂ© (Ă  grands coups de 49.3) Ă  l’imposition de rĂ©formes antisociales. La derniĂšre fois que le PS a Ă©tĂ© aux affaires, son prĂ©sident en exercice – l’inoubliable M. Hollande – a trĂšs calmement excrĂ©tĂ©, dans le cours d’entretiens avec deux journalistes du Monde [1], et Ă  l’unisson de l’extrĂȘme droite plurielle [2], qu’il y avait «  trop d’arrivĂ©es, d’immigration qui ne devrait pas ĂȘtre lĂ  Â». La derniĂšre fois que le PS a Ă©tĂ© aux affaires, son Premier ministre en exercice – l’oubliĂ© M. Valls – a trĂšs posĂ©ment crachĂ© que « les Roms Â» avaient vocation «  Ă  revenir en Roumanie ou en Bulgarie Â».

De sorte qu’en effet : ce parti s’est rĂ©guliĂšrement illustrĂ© par son indiffĂ©rence aux problĂšmes liĂ©s Ă  la justice sociale et Ă  l’égalitĂ© raciale, et par son insensibilitĂ© aux afflictions des minoritĂ©s.

Et du coup, je comprends soudain pourquoi je ne comprenais pourquoi – et Ă  quel titre – Olivier Faure se sent autorisĂ© Ă  dire ce que la gauche doit ĂȘtre et faire : c’est parce que tout ça ressemble quand mĂȘme beaucoup Ă  la droite.




Source: Lmsi.net