Octobre 5, 2022
Par Rebellyon
213 visites

L’auto-école autogérée de Lyon a été créée en 2014 et a été le premier collectif de ce genre à se monter, bientôt suivi par pas loin d’une dizaine d’autres en France. Force est de constater que certains têtes n’ont pas changé.

L’auto-école autogérée de Lyon a été créée en 2014 et a été le premier collectif de ce genre à se monter, bientôt suivi par pas loin d’une dizaine d’autres en France.

En huit ans, énormément de personnes sont passées par l’asso, certaines ont eu leur permis, en partant de zéro ou après des échecs dans le système classique, d’autres ont conduit quelques heures pour reprendre confiance et, forcément, beaucoup sont juste passées sans qu’on sache où elles en sont de leur projet de permis. Force est de constater que certains têtes n’ont pas changé et sont celles qui bien souvent maintiennent un accueil de nouvelles personnes et gardent une grande partie des charges liées au bon fonctionnement du projet.

Après une période d’achat de voiture difficile, les personnes impliquées dans le fonctionnement de l’association s’attendaient à voir émerger une nouvelle dynamique collective.

Mais aujourd’hui, elles se sentent au contraire toujours plus en butée sur le manque de partage, de répartition des tâches, d’implication dans la vie du collectif, bref sur ce qui ferait l’autogestion de l’auto-école autogérée.

Les tâches nécessaires demandent en fait très peu de temps de travail réel, mais dans les conditions actuelles, elles laissent l’impression que c’est toujours les mêmes qui s’y collent, des années après avoir eu leur permis. Ils et elles finissent par y voir de moins en moins de sens, par avoir l’impression de faire de la prestation de services ou du travail social au rabais.

Peut-être que le modèle de fonctionnement proposé initialement, peu exigeant sur l’implication des personnes dans l’asso, ne marche pas en l’état, ne permet de se renouveler… Le manque d’énergie collective a également fini par impacter la situation financière.

Il s’agit désormais de savoir si ces problèmes peuvent être dépassés, si l’association peut continuer à exister, tout en prenant acte de ce que celles et ceux qui ont assuré son fonctionnement pendant des années ne souhaitent plus poursuivre dans ces conditions.

Alors on vous propose une réunion ce jeudi 20 octobre pour les personnes que l’avenir de ce projet intéresse, voir comment tout ça pourrait repartir de zéro ou presque. On va pas se mentir, l’arrêt du projet est réellement sur la table mais on serait ravi de vous laisser les clés sur le contact.

Si vous ne pouvez pas venir à la réu mais que vous avez des choses à dire, hésitez pas à nous le dire à l’adresse [email protected]




Source: Rebellyon.info