Janvier 13, 2021
Par Attaque
258 visites


Montréal Contre-Information / lundi 11 janvier 2021

Samedi soir, un couvre-feu a été instauré dans les rues du Québec. C’est la restriction de mouvement la plus large et la plus intense depuis la crise d’octobre 1970. Le gouvernement Legault a donné à la police le pouvoir d’intercepter toute personne qui se trouve à l’extérieur après 20 heures et de lui imposer une amende pouvant aller jusqu’à 6 000 dollars si elle ne peut fournir une raison que les policiers jugent valable. Dans les semaines à venir, le COVID continuera de se répandre. Pendant ce temps, les sans-papiers, les sans-abri, les personnes confrontées à des situations de vie dangereuses, les travailleuses et travailleurs de l’économie souterraine et les personnes qui veulent simplement se promener la nuit – entre autres – seront harcelé.e.s par la police tous les soirs sans fin déterminée. Tout cela pour protéger le statu quo d’une économie qui nous tue, nous et la planète. Cette évolution brutale dans une ère d’expérimentation du contrôle social ne peut rester sans réponse. Il n’est pas seulement possible, il est nécessaire, de riposter.

Nous refusons cette escalade du contrôle gouvernemental sur nos vies tout en rejetant la position de la droite populiste et des théoriciens du complot. Ces groupes soit nient totalement la menace de COVID-19, soit accusent à tort certains groupes racialisés, souvent avec des allusions à peine voilées à une “élite mondialiste”. Leur réponse au COVID montre clairement que nous voyons se confronter deux idées de la liberté. Celle que nous défendons ne soumet pas les individus à une idée de bien collectif fournie par l’État. Cependant, elle exige que nous reconnaissions la réalité matérielle de notre monde et les conditions réelles de l’oppression – la nôtre et celle des autres – et que nous ne nous réfugions pas dans des intrigues géopolitiques fictives qui pourraient apaiser notre sentiment d’impuissance en réaffirmant notre indignation. Cette liberté nous oblige à nous battre pour une vie qui vaut la peine d’être vécue, plutôt que de renvoyer sans cesse la responsabilité à des ennemis imaginaires. Le COVID est réel, l’État policier aussi.

Nous n’avons jamais cru que les appels aux restrictions de Legault étaient fondés sur des préoccupations pour notre sécurité. Depuis le début de la pandémie, lui et ses acolytes ont hésité à fermer les lieux de travail et les écoles, tout en limitant encore davantage notre capacité à inventer nos vies en nos propres termes en dehors du travail. Cela montre que l’État ne s’intéresse à nous que lorsque que nous continuons à produire et à consommer, nous maintenant juste en assez bonne santé pour continuer à remplir les poches des riches. Partout dans le monde, ceux-ci se sont enrichis de manière exponentielle pendant la pandémie, tandis que nos difficultés augmentaient. Les capitalistes et les gouvernements (ce sont les mêmes !) s’adaptent aux restrictions sociales, ce qui leur permet de profiter de nous pendant que nous continuons à souffrir. Nous avons toujours été contre ce monde du travail. Ne permettons pas à l’État de définir encore davantage la façon dont nous vivons et nous nous protégeons, nous et nos proches.

La criminalisation de nos relations par l’État nuit à la santé mentale d’un nombre croissant de nos ami.e.s et de notre famille. Une vie perdue à cause d’une crise de santé mentale n’est pas moins tragique qu’une vie perdue à cause du COVID-19. La conférence de presse du 6 janvier a clairement montré que la santé mentale n’est guère qu’une préoccupation secondaire pour le gouvernement. Nous estimons que la façon dont nous vivons va au-delà de la simple survie, et nous rejetons toute définition de la santé dictée par les exigences de la production économique.

Pendant ce temps, l’État n’a de cesse de nous monter les un.e.s contre les autres et nous transforme en micro-entreprises de surveillance qui n’avons qu’à appeler la ligne de dénonciation directe mise à notre disposition pour faire le travail de la police qui elle, a été invitée à “faire circuler leurs autopatrouilles, gyrophares allumés, dans les rues des villes pour marquer le début de cette période exceptionnelle”, selon La Presse (8 janvier 2021).

Contrairement à ce qu’affirme La Presse, nous estimons que cette période n’a rien d’exceptionnel. La mise à nu du pouvoir de l’État policier dans ce qu’il a de plus violent est au mieux, un test, au pire, le nouveau normal. Il ne tient qu’à chacun d’entre nous de faire la preuve que leur démonstration de force ne tient pas la route face à notre inventivité, et que les rues, vidées de leurs habitants, peuvent devenir un immense terrain de jeux.




Source: Attaque.noblogs.org