En bref

par Maxime Friot, jeudi 13 août 2020

On le sait, Paris Match est coutumier des portraits « intimes Â» de responsables politiques, tout en complaisance et en dĂ©politisation. Des Ă©gards qui s’apparentent Ă  des opĂ©rations de com, comme rĂ©cemment Ă  l’occasion de la « sortie pizza Â» de Brigitte et Emmanuel Macron. Et qui consacrent aussi, « dĂ©diabolisation Â» oblige, les dirigeants du Rassemblement national (RN). Exemple en 2018, quand la « chef adjoint du service politique de Paris Match Â» Virginie Le Guay Ă©voquait les chats de Marine Le Pen. Ou, plus rĂ©cemment, quand elle dresse, dans un portrait datĂ© du 7 aoĂ»t, les mĹ“urs gastronomiques du « bon vivant [et] fin gourmet Â» Jordan Bardella.

Ce n’est, finalement, qu’une expression parmi d’autres de la coproduction lepĂ©no-mĂ©diatique d’un RN « dĂ©diabolisĂ© Â». Mais quelle expression… En l’espèce : un angle « art de vivre Â» offert sur un plateau au dĂ©putĂ© europĂ©en RN. En entrĂ©e :

Risotto, osso-buco, spaghettis carbonara, tiramisu… Jordan Bardella connaĂ®t « ses Â» recettes sur le bout des doigts. Cuisiner est un de ses passe-temps favoris, et le jeune dĂ©putĂ© europĂ©en du Rassemblement national peut rester trois heures s’il le faut devant ses fourneaux, afin de concocter un repas « digne de ce nom Â» Ă  ses parents ou Ă  sa « bien-aimĂ©e Â» Nolwenn, fine cuisinière elle aussi.

Puis le plat :

Pendant les deux mois de confinement, qu’il a passés seul, à son grand désespoir, dans son domicile des Hauts-deSeine [sic], le deuxième vice-président du parti lepéniste, qui aura 25 ans en septembre, s’est passionné pour les posts sur Instagram de Simone Zanoni, qui officie au George – une étoile au Guide Michelin –, un des restaurants de l’hôtel Four Seasons George V à Paris.

Et pour conclure (on vous Ă©pargne le fromage), un petit dessert :

La cuisine – et les breuvages qui l’accompagnent – est pour Jordan Bardella un moment de grande convivialitĂ©. Avec ses amis (comme David Rachline, le maire RN de FrĂ©jus), il fait rĂ©gulièrement la tournĂ©e des caves afin de dĂ©nicher le « petit vin parfait Â» qui s’accordera Ă  leur repas. Il a rĂ©cemment visitĂ© les vignobles de Châteauneuf-du-Pape, dans le Vaucluse, et voue un vĂ©ritable culte Ă  ce nectar aux treize cĂ©pages qu’il marie en gĂ©nĂ©ral Ă  un petit pecorino au poivre ou Ă  la truffe. Bon vivant, fin gourmet (« Je ne rĂ©siste pas aux pâtes all’amatriciana Â»), il avoue ne pas avoir de problème de ligne pour le moment. « Il paraĂ®t que le corps se dĂ©règle Ă  partir de 30 ans, je serai vigilant. Pas question de devenir gros ! Â» jure ce grand sportif qui, dès qu’il le peut, chausse ses baskets pour s’en aller courir le long des rues ou des sentiers lorsqu’il est en vacances.

Une nouvelle démonstration, s’il en fallait, que Paris Match ne lésine pas sur la brosse à reluire – même avec l’extrême-droite.

Maxime Friot

Acrimed est une association qui tient à son indépendance.
Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.


Article publié le 13 AoĂ»t 2020 sur Acrimed.org