Le comité de Chômeurs CFDT de Tours a engagé une campagne d’information et d’action depuis février pour obtenir les transports urbains gratuits pour tous les chômeurs.

Une lettre ouverte au maire a été largement diffusée et contresignée par près de 3 000 travailleurs tourangeaux, dont plus d’un millier de chômeurs. Fort de cet appui, le comité a rencontré M. Royer [1] ; résultat : opposition quant à la gratuité (« c’est pas moral ») mais promesse d’étudier la mise en place d’un système analogue à celui fonctionnant pour les personnes âgées.

Peu confiants de nature, les délégués du comité et de l’UIS CFDT demandent que le maire précise la date à laquelle il compte nous informer des résultats de son étude d’un système de réduction aux chômeurs. Royer répond : « ce sera le 15 avril sinon… je suis un menteur ! »

Le 15 avril : rien et depuis ce jour silence total de la mairie. Après diverses « relances » et coups de téléphone au secrétariat du maire, le comité de chômeurs entreprend de dénoncer publiquement l’attitude de Royer.

Nous profitons de la campagne électorale pour informer les candides « oublis » de Monsieur Royer, ce qui explique les quelques allusions faites par ceux-ci dans leurs discours (exemple : Lussault devant 5 000 personnes au Palais des Sports. [2])

Les bus gratuits pour les chômeurs ont déjà été obtenus dans plusieurs villes de France : Toulouse — Grenoble — Le Mans — Caen — Douai — Vierzon. Mais comme Royer nous avait dit lors d’une entrevue à la mairie : « faire comme ailleurs… ce ne serait qu’engendrer la monotonie et la tristesse. » Inutile de dire qu’une telle tristesse ne nous effraie pas, loin de là.

Toujours non-réponse et de plus le résultat des élections confortant le pouvoir municipal mettent alors le comité dans l’obligation de durcir la campagne engagée. C’est compte tenu de tous ces éléments que nous décidons de bloquer un bus électrique (orgueil de Royer et de la SEMITRAT [3]) le 13 mai dernier.

C’est à une quarantaine, soutenus par des camarades de boîte (SNCF, Hôpital, Banques…) que nous bloquons place de la gare un de ces bus-gadgets. Nous décorons le bus en question de banderoles réclamant la gratuité des transports pour les chômeurs. Par prise de parole au mégaphone nous expliquons le sens de l’intervention : des tracts sont diffusés, des discussions s’engagent… bref une animation réussie qui portait sur la place publique tourangelle d’une manière originale les problèmes des chômeurs.

Nous voulions une réponse à notre revendication : on nous envoya les flics qui sans ménagement dégagèrent le bus et le rendirent à la circulation, provoquant un superbe embouteillage.

Tant que Royer et la municipalité traiteront les problèmes des chômeurs par le silence et le mépris, de telle actions seront renouvelées jusqu’à satisfaction de nos revendications.

Le 19 mai 1976

Le comité de chômeurs CFDT de Tours


Article publié le 07 Oct 2019 sur Larotative.info