L’article propose de revenir sur le mouvement musical Rock Against Communism (en abrégé R.A.C) depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. Le but étant de dénoncer divers acteurs de cette mouvance en Suisse romande, les menaces faites contre un squatte et les insultes sexistes proférés par un partisan de cette scène.

Définition du mouvement R.A.C

« La musique est un des éléments de base du mouvement skinhead. C’est d’ailleurs autour des concerts Oi ! qu’à la fin des années 1970 le National Front (parti d’extrême droite britannique) a recruté. Pour lutter contre cette tentative de récupération de la scène rock par l’extrême droite et la propagation de ses idées en Angleterre, de nombreux groupes engagés, tels The Clash (cf. le film Rude Boy), Steel Pulse, X-Ray Spex, The Ruts, Generation X, Tom Robinson Band, Billy Bragg etc. se retrouvent à l’initiative de Red Sanders pour des concerts « antifascistes » appelés Rock Against Racism. En réaction, des groupes de Oï créent le RAC ou Rock against communism, déformé par le groupe Œil pour Œil en Rock Anti Cailleras normalement appelé RAR ou Rock Anti Racailles. :

Le groupe principal de cette scène néonazie était Skrewdriver, dont le leader était Ian Stuart Donaldson. Celui-ci était l’animateur de Blood & Honour, un groupe de Boneheads néonazis avec des ramifications internationales. Blood and Honour est aussi un label ayant signé Celtic Warriors, Razors Edge, No Remorse, English Rose et Squadron.

Aujourd’hui RAC désigne la musique de groupes skinheads néonazis prônant la supériorité de la race blanche (White Power). Le RAC reste le principal vecteur de leur idéologie. Les discours présents sont généralement : la haine des étrangers, le rassemblement des « peuples blancs », des ébauches de récits politiques ou historiques, et des discours réactionnaires.

En France, le premier label à avoir distribué des disques ouvertement nazis est Rebelles Européens, dont le créateur, Gaël Bodilis, est l’ex-manager du groupe Brutal Combat. Parmi les labels actuels on peut citer un label indépendant Street Fighting Records, actif dans l’ouest de la France. »

Source : Le Parisien

Concert de Condemned 84 chez les hammers skins
Condemned 84 chez les bloods and honor

En Allemagne du nord, le courant R.A.C réunit principalement des groupes qui étaient ouvertement nazis comme Kaiser Jäger qui est l’ancien groupe du chanteur de Freiwild (groupe de rock allemand). Ce courant a clairement ouvert les portes aux nazis qui étaient très présents dans de nombreux villes et villages 2 ans après. C’est logique, car ce courant qui s’infiltre un peu partout sous couvert « d’apolitisme » (la zone grise) est à la base une stratégie confusionniste de propagande pour les groupes néo-nazis tel que les hammers skins ou les blood and honors, qui ont changé leur manière de faire dans les années 80. Optant pour un look plus passe partout et véhiculant leurs idées de manière plus « populiste » sans afficher des symboles fascistes dans un premier temps mais plutôt des drapeaux et des signes celtiques ou runes wikings.

Divers initiateurs de cette mouvance en Suisse Romande

En Suisse Romande parmi les organisations qui diffusent le plus la musique R.A.C on trouve « Assault Concert ». Dont l’organisateur principal est aussi programmateur à l’eldorado bar de Bienne, connu sous le nom de Koboi Jean. À l’époque chanteur d’un groupe de punk : GAZ

A présent il programme entre autre des groupes comme : Riot Krew, condemned 84, Favl, Œil pour Œil, Hair cut etc. les camouflant parfois avec d’autres groupes, sur des affiches aux allures très punk.

Riot krew à l’Eldorado
Affiche du concert de Riot krew à l’eldorado Bar en 2017

Affiche d’un concert à l’Eldorarado bar de Bienne organisé par Assault Concert

En 2016 lors du festival nationaliste organisé par Assaut Concert, des membres du Blood and honor (organisation nazi internationale) feront parti de cette soirée et ne seront nullement inquiétés. Leur présence volontairement acceptée par Koboi Jean et par certains participants qui les reconnaissent.

festival nationaliste organisé par Assault concert en 2016
A l’affiche entre autre, le chanteur de paris violence ; flav, un identitaire royaliste français, prônant le nationalisme ainsi que l’homophobie dans ses textes.

En août 2018, un groupe de musique Genevois refuse de jouer à l’Eldorado Bar de Bienne car leur amie est en procédure pour viol avec Koboi Jean qui est le programmateur de la soirée en question.

Septembre 2018 :

Théo Burri, inscrit au parti des Verts et un ami de Koboi Jean ainsi que le guitariste de « Jungle Urbaine » à l’époque.

Celui-ci demande à un bar de Delémont dans le jura Suisse de se produire avec son nouveau groupe de Oi ! : Komatix. Il propose tout d’abord de jouer en compagnie d’un groupe de psychobilly, qui finalement annule. En remplacement, il demande de jouer avec « Riot Krew ». Il explique qu’il les connaît depuis des années et qu’ils sont « de très bon amis à [lui] »

Jyrki Kontinen
Photo d’un de leur fan néo-fasciste publiée par leurs soins sur leur page facebook.
JPEG - 359.5 ko
Jyrki Kontinen
Oeil pour Oeil et Riot krew qui partagent souvent l’affiche emsemble.

Riot Krew se trouve être un groupe qui appartient à la mouvance néo-fasciste identitaire française partisan du label nazi « rebel européen » cité plus haut. Ce groupe de f.a.f (france aux francais) qui se produit avec de nombreux groupes nationaux socialistes allemands ainsi qu’avec des groupes d’extrême droite de République Tchèque allait joué dans ce bar.

Festival en république tchèque, Juin 2018
Avec entre autre le groupe nationaliste socialiste Allemand Kriegsberichter de Kemnitz.

N’étant pas spécialement choqués et ne comprenant pas grand-chose à tout ça, les gérants du bar se laissent influencer et choisissent néanmoins de faire jouer Komatix, cependant avec un autre groupe de musique.

Revenons à ce groupe de Genève qui a refusé de jouer à l’Eldorado. En octobre 2018, ils jouent dans un squatte, accompagné d’un groupe de Dijon. L’affiche comporte un logo anti-R.A.C. Peu après sa publication Cédric Schluchter (un très bon ami à Théo Burri et de Koboi ) qui participe à nombreuses de leurs soirées, menace de faire venir des hooligans de Bienne pour « venir tout fracasser » lors de cette soirée anti-fasciste. Ce Cédric ajoute également que l’amie de ce groupe de musique (en procédure pour viol contre Koboi) « n’es qu’une salope qui n’avait qu’à se plaindre 10 ans avant »

La banalisation du viol et les insultes gratuites ne sont pas choses étonnantes dans un tel milieu.

Pour la petite histoire ; selon les dires de C.Schlüchter, un certain Mad Ben, un ami à Koboi Jean, à Théo Buri ainsi qu’un néo nazi dans les années 80, qui se dit maintenant « apolitique » appréciant encore afficher sa présence sur facebook à des combats M.M.A néo-nazis.

Celui-ci aurait motivé Cédric à faire de telles menaces en lui faisant croire que ce groupe de Genève avait volé le logo du fan club de foot de Bienne. Accusation saugrenue qui s’avère être totalement fausse car le groupe a édité son logo à partir d’ une photo originale prise par un journaliste. Le fait que C.Schluchter tombe dans le panneau, n’excuse en rien ses insultes ni ses menaces.

Conclusion

Il existe des gens qui volontairement parasitent la zone grise pour dénoncer des pratiques néo-fascistes mais là clairement il s’agit plutôt de la soutenir. En alimentant leurs idées, loger, nourrir et carrément considérer comme amis ces groupes de propagande neo-fasciste. Les personnes citées ci-dessus collaborent à la diffusion de cette haine nationaliste, sous couverture d’une pseudo provoque ; voulant faire passer le fait de propager le discours néo-fasciste comme étant apolitique. Il n’y a jamais eu 3 bords, il y en a toujours eu que deux.

Ceci dit nous ne faisons parti d’aucun groupe communiste ni extrémiste mais nous ne voulons pas que le confusionnisme divise la scène et permette de banaliser et promouvoir l’idéologie néo-fasciste. C’est pourquoi nous ne pouvons pas être unis et soutenir des gens qui alimentent cette scène d’extrême droite, qui menacent et crachent sur nos frères et sœurs antifas. Que les gens ciblés soient rash, pacifistes ou non, féministes, peu importe leurs origines sociales, que ce soit en face ou non, que les propagateurs aient une crête sur la tête ou pas.

United against Nationalist propaganda !