Juillet 2, 2022
Par Expansive
294 visites

A Cesson-Sévigné ce dimanche 26 juin, nous étions entre 70 à occuper toute la journée le parc artificiel de ViaSilva [1]. Récit de la réussite du chantier terre crue et de tout ce qui l’accompagnait, par 650ha.

9h.

Nous sommes déjà une quinzaine à finir les préparatifs du chantier du banc en terre crue, à pousser la remorque du four à pizza, et à installer bancs et tables pour les livres & l’infokiosque.

Accompagné·es du soleil, on a déjà pris possession d’un bout du parc artificiel pas tellement accueillant, entre bassins de rétention d’eau tout carrés, zones de compensation environnementales plutôt hypocrites, et terrains remblayés récemment et arbres sur-alignés. Y’a plus qu’à lancer la journée !

A 500m de nous, la ville-jetable ViaSilva et ses “habitations” en béton sont encore en plein chantier. Des centaines de milliers de kilo de béton importés d’Inde et de Chine, pour fabriquer des immeubles qui auront une durée de vie de 30 à 50ans…

Une petite équipe lance l’assaut pour aller y déposer nos jolies banderoles :

“Promoteur, bétonneur. A ton tour d’avoir peur” · “Quel bilan carbone ?”

“Sous le béton, la terre” · “ViaSilva – Un écocide depuis ma fenêtre”

(pour reprendre leur slogan “Un arbre depuis ma fenêtre”.)

10h.

L’heure du rendez-vous donné. Une vingtaine de personnes se rajoutent à l’équipe, motivées à mettre les mains dans la terre. Le chantier peut démarrer !

Credit – Charlotte Schumacher de Radio france

Tout au long de la journée, on apprendra la technique, très répandue dans le bâti ancien du pays rennais, de la construction en “bauge” (et non pas “bauche”, comme titrait Ouest-France ^^) : de la terre crue humide, associée à de la fibre végétale (ici de la paille), puis tassée le long de la fondation en bois, et ce sur 60cm de hauteur.

Le banc de 6m de long sera monté en quelques heures, avec la terre puisée localement, juste à côté, à 10m à côté. Une joyeuse démonstration de l’efficacité technique et écologique de la terre crue. Petit détail : la partie centrale est un peu plus basse pour s’adapter aux moins grandes tailles.

Pendant ce temps, la pâte à pizza au levain va subir quelques rabats, avant d’être laissée de côté pour continuer à pousser tranquillement. Ici, ni machine ni électricité. On fait tout avec nos petites mains.

Credit – Alejandro & Charlotte Shumacher de Radio France

12h30.

Les premières pizzas sont enfournées dans le four à bois. La recette du jour : pizza-tajine ! Un camarade du NPA nous a ramené une énorme gamelle du tajine de leur évènement de la veille. Pour ne pas gâcher, on tente une nouvelle recette 🙂

C’est à ce moment là qu’il se met en pleuvoir. Certain·es se couvrent sous les arbres, d’autres se retrouvent à 12 sous le panneau en bois de la remorque du four. En étant ultra serré·es là-d’dans, pas facile de défourner les pizzas !

Après-midi.

On finit le banc tranquillement, on se relaie à la pelle ou la pioche, à la brouette, on marche sur le tapis de bauge pour incorporer la paille, on forme une chaîne humaine du tapis jusqu’au banc pour transporter la matière.

Credit – Korrigan magazine

On en profite aussi pour lire quelques brochures, pour discuter avec les promeneur-ses. Dans la discussion, certaines abérations sont vites dévoilées :

“C’est bien, on peut se balader maintenant. […] Mais avant on venait récolter des mûres ici. Aujourd’hui y’a en a plus aucune.”

16h.

Après la construction du monde nouveau, place à la visite guidée du monde à ensevelir.

ViaSilva, c’est 100 hectares de terres en train d’être bétonnées, pour des immeubles de logements et de bureaux jetables dans 40 ans ! De l’autre côté du parc où nous sommes, c’est encore 130 futures hectares où la société SPLA ViaSilva, composée d’élu•es et d’aménageurs, planifient jusqu’en 2040 la poursuite de l’écocide. ViaSilva, c’est enfin une politique d’achat de terres, parmi les 400ha restants dans l’intra-rocade.

Credit – Korrigan magazine

Une autre équipe reste sur place pour planter un poteau de 8m de haut, un mât, sur lequel est inscrit :

“Quel bilan social ?” · “Quel bilan carbone ?” · “La terre notre avenir”.

Si toi aussi tu n’en peux plus des projets mortifères comme celui-ci. Si tu habites Thorigné-Fouillard, Cesson-Sévigné ou les alentours, et que tu veux construire une ville réellement écologique et accessible pour tou·tes. Si tu souhaites lutter contre l’artificialisation des sols et l’accaparement des terres par les riches et leurs entreprises.

Rejoins-nous ! Rejoins le collectif 650ha.

Car il est encore possible d’arrêter l’étendue du projet de ViaSilva.

[email protected] · expansive.info/650ha · facebook.com/sixcentcinquante

Stop écocide · Stop bétonnisation




Source: Expansive.info