Janvier 11, 2021
Par Le Monde Libertaire
330 visites


L’arrestation de Ravachol. SĂ©rigraphie de Flavio Costantini

Au deux, quai de la marine, vivait un homme connu sous le nom de Ravachol.
Entre deux bras de Seine, il avait trouvĂ© refuge sur l’Ile-Saint-Denis.
C’était avant qu’il tĂąte de la guillotine, en mille huit cent quatre-vingt-douze.

Au un bis, quai de la marine, se trouve un bar-tabac Ă  fuir les soirs de blues.
Les discussions culturelles portent sur le cul ou la lessive de la mĂšre Denis.
Interrogé sur le fameux voisin, un sourdingue se lancera sur la vache folle.

Au trois, quai de la marine, place est faite aux joies de la farandole.
On est enragés de bonnes bouteilles et de douces pùtisseries.
Le free jazz a ses entrées ; point de télé à écran plat pour les news.

En face, la Seine s’écoule comme s’écoule la vie des sages Ă©pouses.
Oh ! Elles ne voudraient certes pas d’un Ravachol pour mari.
Mais, parfois, elles frissonnent et rĂȘvent d’une existence qui s’affole.

CĂ©d.




Source: Monde-libertaire.fr