Juin 20, 2022
Par Rennes Info
180 visites

Au Cinéma l’Arvor jeudi 23 juin à 20h15.

Organisé par l’Union Syndicale Solidaires 35, avec le soutien du collectif EPolAr
(Écologie Politique en Armorique : collectif de chercheurs et universitaires)

Depuis les années 1970, le rythme d’apparition de nouvelles maladies émergentes s’est accéléré. Ce sont le plus souvent des zoonoses, c’est-à-dire des maladies présentes chez les animaux avant de se transmettre et de se développer chez les humains. Quels sont les mécanismes à l’œuvre ? C’est à cette question que « La fabrique des pandémies » répond en donnant la parole à une douzaine de scientifiques qui nous mettent en garde : si nous continuons de détruire les écosystèmes, nous connaîtrons « une ère d’épidémie de pandémies », pour reprendre les mots du parasitologue Serge Morand (CNRS), l’un des pionniers français de l’écologie de la santé.

Après la publication de son livre du même nom, Marie Monique Robin propose « de magnifiques images et des paroles fortes ! Je voulais vraiment montrer la beauté de la biodiversité, en donnant envie de la protéger. Le film apportera aussi un éclairage inédit en donnant la parole à des scientifiques et spécialistes de terrain, qui ont l’impression de prêcher dans le désert. Curieusement, l’impressionnante expertise qu’ils ont accumulée est largement ignorée des politiques qui se contentent de parer au plus pressé– avec des mesures sanitaires et des vaccins – sans s’attaquer aux causes qui sont à l’origine des pandémies….en remettant de la cohérence dans les désordres qui nous assaillent et en fournissant des outils à tous ceux, citoyens, associations et organisations internationales, qui œuvrent pour que le « Jour d’après » ne ressemble pas au « Jour d’avant »…… Ce film est un hommage à la nature, que nous ne pouvons plus continuer à sacrifier, sous peine de sacrifier nos propres enfants… »

L’opposition entre la préservation de la planète et la création d’emplois, entre la fin du mois et la fin du monde, est une imposture. Il faut interroger les fondements du capitalisme et dénoncer ses impacts globaux, sociaux et écologiques. En Bretagne par exemple, l’activité agricole et agroalimentaire est emblématique d’un modèle de développement mortifère, où les rapports déséquilibrés établis avec la nature et avec les autres régions du monde génèrent des conséquences socio-économiques, écologiques et sanitaires bien au-delà du territoire régional.

L’Union Syndicale Solidaires 35 et le collectif EPolAr appelle à venir débattre de toutes ces questions fondamentales à l’issue du film.




Source: Rennes-info.org