Novembre 4, 2017
Par Renversé (Suisse Romande)
363 visites


Le collectif Sans Retour vous invite à une projection vendredi 10 novembre à 19h au Silure. Un documentaire sur la situation sur l’île de Lampedusa, une frontière hautement symbolique de l’Europe, traversée ces 20 dernières années par des milliers de migrants en quête de liberté.


ENGLISH BELOW



Le collectif Sans Retour vous invite à une projection vendredi 10 novembre à 19h au Silure (3 sentier des Saules, au fond de la cour intérieure de l’entrée juste après l’Ethno au bord du Rhône).

Ce sera aussi l’occasion de découvrir notre nouvel espace, oú nous assurons des permanences tous les vendredis de 16h à 19h.

FUOCOAMMARE

Documentaire de Gianfranco Rosi, 114 min, 2016.

“Samuele a 12 ans et vit sur une île au milieu de la mer. Il va à l’école, adore tirer et chasser avec sa fronde. Il aime les jeux terrestres, même si tout autour de lui parle de la mer et des hommes, des femmes, des enfants qui tentent de la traverser pour rejoindre son île. Car il n’est pas sur une île comme les autres. Cette île s’appelle Lampedusa et c’est une frontière hautement symbolique de l’Europe, traversée ces 20 dernières années par des milliers de migrants en quête de liberté.”


The collective Sans Retour invites you to a screening on Friday, November 10th at 7 pm at the Silure (3 sentier des Saules, at the end of the courtyard, right after the Ethno bar along the Rhône).

This will also be the opportunity to discover our new space, where we will be every Friday from 4 pm to 7 pm.

FUOCOAMMARE

Documentary from Gianfranco Rosi, 114 min, 2016.

“Samuele is 12 years old and lives on an island, in the middle of the sea. He goes to school, and he loves to hunt and play with his slingshot. He loves the land, although everything around him speaks of the sea and of the men, women, and children who try to cross it to reach his island. Samuele’s island is not just any island : it is called Lampedusa, and it is a powerful symbol of the borders of Europe, which have been crossed these past 20 years by thousands of migrants in search of freedom.”




Source: