Novembre 3, 2022
Par Anarchistes Ivry
276 visites

04 novembre 2022

Projection / discussion : Les soldats de l’espérance

Dimanche 20 novembre 2022 16h

Librairie Publico, 145 rue Amelot, Paris 11

M° République / Filles du Calvaire / Oberkampf

À l’invitation du groupe libertaire d’Ivry

Accès libre

Projection du film Les soldats de l’espérance de Roger Spottiswoode (1993, 2 h 15)

Suivie d’une discussion : Sida : état des lieux médical, politique, social

Les soldats de l’espérance

En 1980 a Ebola (Centre-Afrique), une épidémie dont la nature est encore inconnue extermine le personnel et les malades d’un hôpital de brousse. Impuissant à l’endiguer, un jeune médecin américain (Don Francis) retourne aux États-Unis pour, à peine quelques mois plus tard, découvrir qu’une maladie semblable a commencé à faire de terribles ravages parmi les homosexuels. En liaison avec l’équipe d’un professeur français (Montagnier), il poursuit fébrilement ses recherches. Il s’agit en réalité du virus du Sida. Mais il comprend que ni les responsables politiques ni les journalistes n’ont envie de s’occuper du problème, qu’ils préfèrent traiter par le mépris. Pendant ce temps, la mort poursuit son terrible ouvrage…

Sida : état des lieux médical, politique, social

En 2021 :
  • 38 millions de personnes vivaient avec le V.I.H.
  • 1,5 million de personnes sont devenues nouvellement infectées par le V.I.H.
  • 680 000 personnes sont décédées de maladies liées au Sida
  • 27,5 millions de personnes avaient accès à la thérapie antirétrovirale
Depuis le début de l’épidémie :
  • 79 millions de personnes ont été infectées par le V.I.H.
  • 40 millions de personnes sont décédées de suite de maladies liées au Sida

Si ce monde sait partager les maladies, il ne partage toujours pas les traitements.

Actuellement, aucun traitement ne permet d’éliminer complètement le V.I.H. de l’organisme. Les traitements adaptés permettent aux personnes séropositives de bloquer la multiplication du V.I.H. dans leur organisme et ainsi de garder un système immunitaire opérationnel.

Il est recommandé d’initier le traitement le plus tôt possible suite à l’infection. Ceci permet de garder le système immunitaire le plus intact possible, de réduire l’inflammation chronique induite par l’infection et aussi de limiter le risque de transmission du V.I.H. Malheureusement, la plupart des infections par le V.I.H. ne sont détectées qu’après plusieurs années, et 60 % seulement des personnes infectées à l’échelle mondiale ont accès au traitement.




Source: Ivry.anarchiste.info