Mai 27, 2017
Par Le Pressoir
40 visites

Ce mois de mai 2017, nous commémorons les 50 ans du massacre colonial de mai 1967 en Guadeloupe. Programme, contexte historique, liens, etc.

Rdv mardi 30 mai, Université Paul-Valéry – Montpellier 3 (route de Mandes, arrête de tram St-Eloi l. 1) à partir de 16h30

 - 211.2 ko

Ce mois de mai 2017, nous commémorons les 50 ans du massacre colonial de mai 1967 en Guadeloupe.

Mardi 30 mai, Université Paul-Valéry – Montpellier 3

  • 16h30, grande pelouse : animation musicale, par Calypsud Steelbands
  • 18h, salle Charles Camproux (Maison des Etudiants), Projection-débat du film-documentaire « Sonjé… Mé 67 » , de Danik Ibrahim Zandwonis, directeur de publication du média « CaraibCreoleNews ».

SONJE…ME 67 EPISODE 1. par imajkarayib

Soirée organisée par le SCALP – No Pasaran 34, et soutenue par plusieurs collectifs et associations (liste à venir)

Plus d’info sur le site du SCALP – No Pasaran 34

L’évènement facebook

Historique

Après une première vague de débrayages en mars 1967, le 24 mai soit deux mois après, les ouvriers du bâtiment entrent en grève et “réclament 2% d’augmentation et la parité en matière de droits sociaux comme en métropole”.

Le 26 mai 1967, à Pointe-à-Pitre, à la Chambre de Commerce, se tiennent les négociations. Le patronat, représenté par M. Brizzard, refuse toute augmentation : “Quand les nègres auront faim, ils reprendront le travail !”, déclare t-il. La colère des manifestants monte. Les forces de l’ordre menée par les CRS “Képis rouges” de l’escadron de gendarmerie mobile de Bapaum (Pas-de-Calais) envoyés par le gouvernement de Charles De Gaulle s’apprêtent. Puis c’est l’Affrontement !

Il s’ensuit une répression sanglante dans les rues de Pointe-à-Pitre menée par les “Képis rouges”. Un premier bilan officiel fera état de 8 morts. Mais en 1985, Georges Lemoine, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, chargé des Départements et des Territoires d’Outre-Mer du gouvernement de Laurent Fabius, déclarait que la répression des événements de mai 1967 avait coûté la vie à 87 personnes.

Tandis que lors d’une interview dans l’émission “Parlons net” du 20 février 2009, Madame Christiane Taubira, députée de Guyane, évoque « 100 morts ». Tout comme le peuple Guadeloupéen ne cessera d’évoquer un nombre bien au delà, de pertes de vies humaines .

Source




Source: