Synopsis :

C’est un périple cinématographique collectif d’un an et demi qui part d’une rencontre sur une place lyonnaise. Une centralité immigrée en cours de gentrification, comme c’est le cas dans beaucoup de quartiers du monde. Ici se croisent passant·e·s, habitant·e·s à la journée et à la nuit, âges, couleurs et classes confondues. Racontant cette place publique, les mobilités et difficultés pour y arriver, des hommes en situation de migration présente ou passée, prennent la parole. Entre désillusion, espoir et sentiment de révolte, ils témoignent des raisons de leur départ de Guinée Conakry, de leur traversée, de leur vie en France.

Résumé

Certains sont arrivées hier, d’autres il y a quinze ans. Depuis, ils se retrouvent tous les jours sur la place Mazagran à Lyon. Présences discrètes, ils ne sont visibles que quand les riverain.e.s décident qu’ils font trop de bruit. Les gens qui parlent de mélange pensent que les bancs oranges ne sont pas là pour n’importe qui. Pourtant, passant.e.s, habitant.e.s à la journée et à la nuit, âges, couleurs et classes confondues se croisent sur cette place.

Au « Parc Orange », ou la « Place du Potager », les bières bio côtoient les packs de Kro, le jardin participatif, les jeux pour enfants, les barbecues passés et à venir. Depuis plusieurs mois nous avons quitté la terrasse du bar pour nous installer quelques mètres plus loin sur ces bancs oranges. Nous allons retrouver Alya, Youssouf, Dabo, Lama, Cherif, Mohamed, Boza et tant d’autres et commencer un périple cinématographique collectif. Ces hommes en situation de migration présente ou passée, prennent la parole pour raconter cette place publique dans un quartier en grande mutation, les mobilités et difficultés pour y arriver. Entre désillusion, espoir et sentiment de révolte, ils témoignent des raisons de leur départ de Guinée Conakry, de leur traversée, de leur vie en France. Qu’on se le dise « Quand le poisson sort de l’eau, c’est qu’en bas c’est chaud ! ». À partir de cette place, aux noms multiples, nous explorons le parcours et le quotidien d’habitants trop souvent occultés.

RDV le dimanche 17 février à 18h, à l’amicale du futur, 31 rue Sébastien Gryphe

– Ouverture de l’amicale à 17H30

- Projection du film 18H, suivie d’une discussion avec l’équipe de réalisation

- Repas à prix libre : Mafé traditionnel et Mafé végétarien

JPEG - 254.3 ko