207 visites

The Watermelon Woman, Cheryl Dunye, 1h30, 1996.

“Il faut parfois Ă©crire sa propre histoire. The Watermelon Woman est une fiction.”

Cheryl Dunye fait un film dans lequel elle joue le rĂŽle de Cheryl, une jeune rĂ©alisatrice qui travaille dans un videostore et qui, intriguĂ©e par la maniĂšre dont est crĂ©ditĂ©e une actrice noire dans le gĂ©nĂ©rique d’un film des annĂ©es 30, dĂ©cide de se lancer sur les traces de “the Watermelon Woman”. Plus son enquĂȘte avance et plus Cheryl et “la femme pastĂšque” semblent avoir des choses en commun, autant dans leur passion pour le cinĂ©ma que dans leur vie amoureuse et leurs sociabilitĂ©s. Entre fiction et documentaire, ce focumentaire retrace le cheminement d’une gouine noire de Philadelphie qui glane, collecte, rassemble tout un tas d’archives afin de rĂ©Ă©crire l’histoire des modĂšles qu’elle aurait aimĂ© avoir.

Aussi, et surtout, ce premier long mĂ©trage de Cheryl Dunye est un des rares Ă  traiter, qui plus est de maniĂšre intersectionnelle, la question des reprĂ©sentations Ă  l’écran des femmes noires et, plus particuliĂšrement, des relations lesbiennes entre personnes noires et personnes blanches.

Entre fiction et documentaire, ce focumentaire retrace le cheminement d’une gouine noire de Philadelphie qui glane, collecte, rassemble tout un tas d’archives afin de rĂ©Ă©crire l’histoire des modĂšles qu’elle aurait aimĂ© avoir.

Aussi, et surtout, ce premier long mĂ©trage de Cheryl Dunye est un des rares Ă  traiter, qui plus est de maniĂšre intersectionnelle, la question des reprĂ©sentations Ă  l’écran des femmes noires et, plus particuliĂšrement, des relations lesbiennes entre personnes noires et personnes blanches.

PDF - 755 ko



Source: Iaata.info