Projection de My Makhzen & Me, qui retrace « mouvement du 20 février » au Maroc et de Hors-cadre, en soutien au Hardzazat, un festival alternatif, DIY et libertaire. La projecton sera suivie d’une discussion et d’une cantine solidaire !

Les projections auront lieu le mardi 11 février à l’Amicale du Futur à 18H

Loin des sentiers battus du tourisme et des traditions que l’on nous sert bien souvent à la sauce Marrakech et accompagné de son thé à la menthe, le festival Hardzazat est l’expression des mouvements alternatifs marocains. Issus des mouvements libertaires, décolonialistes, féministes, anti-fasciste et LGBTQI++, Hardzazat offre un espace de fête, de débat et de liberté pour tou·s·tes. Chaque année, pendant 5 jours, le festival propose une série de projection, de débat, des performances de graff ainsi que trois soirs de concert Hip-Hop/Rap, rock, punk, métal et technos. Défendant sa gratuité et son indépendance vis-à-vis des financeurs publics ou privés, le festival est intégralement financé par des événements de soutiens au Maroc ou en Tunisie comme en Europe.

My Mahzen & Me de Nadir Bouhmouch

2012 – 42min

JPEG - 49.7 ko

De retour au Maroc après ses études de cinéma en 2011, Nadir Bouhmouch découvre son pays en rébellion, à la suite des soulèvements populaires égyptiens et tunisiens, « le mouvement du 20 février ». Lancé par des étudiant·e·s, le mouvement se propagera rapidement via les réseaux sociaux et le site Mamfakinch. Ce film retrace l’engagement marocain·e·s pour leur liberté, la démocratie et leur lutte contre la corruption et la pauvreté, sans que l’élite (le Makhzen) ne prenne en compte leur revendication jusqu’aujourd’hui encore.

Hors-Cadre de Mehdi Lyoubi, Mehdi Lahmoum & Houda Abouz

2018 – 21min

JPEG - 338.4 ko

Hors Cadre est un documentaire qui se propose de raconter l’histoire de la culture Underground au Maroc, un courant artistique en marge des habitudes culturelles répandues. Des Rappeurs, Graffeurs, organisateurs d’évènements sont les témoins de ce film, ils vont nous inviter à un voyage à travers vers leurs recoins les moins connus, ils nous faire partager leur vision engagée de l’art et de ses contraintes et enfin ils vont nous montrer leurs perpétuelles luttes contre les refus des institutions.


Article publié le 28 Jan 2020 sur Rebellyon.info