Le mois de décembre approche et, avec lui, toutes ses promesses. Pour vous aider à le préparer, ou pour vous offrir quelques respirations intellectuelles et littéraires, on vous a mis en rayon toutes les dernières sorties, avec pas mal d’occasions et de livres récents bradés. Nous avons aussi préparé quelques événements et présentations auxquels vous êtes très amicalement convié-e-s !

En attendant de vous croiser la tête dans les bouquins à la librairie ou dansant lors d’un concert à la Parole Errante, on vous souhaite une belle fin d’année. À très vite dans la librairie, dans les cortèges et sur les piquets de grève.

– Dimanche 24 novembre de 15h à 18h : arpentage [1] de Contre le théâtre politique, d’Olivier Neveux (édité par La Fabrique)



Un impératif politique pèse sur le théâtre public contemporain, sommé par les institutions de s’impliquer dans la « réalité », la documenter voire la critiquer. Ce livre tente de cerner les enjeux de la multiplication des spectacles dits citoyens ou engagés et, par là, de réfléchir au statut et au devenir du théâtre et de la politique par gros temps néolibéral. « Contre le théâtre politique » signifie contre ce qui neutralise le théâtre et la politique dans le conformisme de leur alliance

– Samedi 30 novembre de 15h à 20h : Braderie des livres. Grand déstockage de nos rayons, occasions, défraichis et livres à prix libre.



Juste avant la fête de Soutien à la Cantine des pyrénées dans la Grande Salle le café librairie Michèle Firk organise un grand déstockage de nos rayons. On sortira pour l’occasion beaucoup de livres d’occasions, des défraichis, des livres à prix libre,

Venez-donc !

– Jeudi 5 décembre, 19h30 : Critique d’une utopie métropolitaine. Présentation du livre Contre Euralille par ses auteurs et discussion avec Mickaël Correia sur la fabrique de la ville et de ses nouveaux espaces culturels



Par delà l’histoire des politiques qui balafrent une ancienne terre ouvrière, Contre Euralille dresse le procès de cette utopie métropolitaine qui modèle aussi, aujourd’hui, Paris, Lyon, Marseille ou Toulouse, et sous couvert de laquelle les élites locales s’affairent à livrer la ville au bon vouloir du capital. Nourri d’archives et d’analyses critiques, ce livre esquisse des pistes pour refaire de la ville non pas l’espace des flux économiques, mais celui de ses habitants.

La discussion se poursuivra sur les espaces en friche qui faisaient auparavant l’objet d’occupations illégales et qui sont, depuis peu, converti en lieux culturels par une poignée d’entrepreneurs ambitieux. Ces sites se présentent comme « engagés », « alternatifs » et participant à la revalorisation de quartiers dépréciés. Mais cette « valorisation » n’est que financière et profite aux investisseurs privés qui avancent main dans la main avec les acteurs publics.

Comment les friches culturelles gentrifient et uniformisent culturellement les quartiers ? Comment sont-elles, avec les gros complexes urbains, des pièces maitresses des métropoles ?

– Vendredi 6 décembre de 20h à 23h : arpentage de Décris-Ravage, bande dessinée en 3 épisodes d’Adeline Rosenstein et Baladi



Décris-Ravage, c’est tout d’abord une pièce de théâtre documentaire d’Adeline Rosenstein dont Olivier Neveux dit le plus grand bien dans Contre le théâtre politique. Dans cette pièce, il est question de la Palestine, du rapport entre l’Occident et le Moyen-Orient (en remontant à Napoléon Bonaparte), mais aussi de la représentation de cette région, ou encore des enjeux qui y sont liés. Baladi est parti du texte de la pièce de théâtre pour en livrer une adaptation en bande dessinée, tentative inédite de réflexion historique qui multiplie des sources et des points de vue souvent oubliés, voire méprisés, pour tenter de comprendre « ce qui a bien pu se passer pour qu’on en arrive là ».

– Samedi 7 décembre, 17h00 : Rencontre avec Malcom Ferdinand pour son livre Une écologie décoloniale : Penser l’écologie depuis le monde caribéen



Nous vous invitons à venir discuter autour du livre de Malcom Ferdinand qui vient présenter son ouvrage le samedi 7 Décembre 2019. La discussion sera suivi comme d’habitude d’un petit verre. Sur ce livre nous vous proposons ces émissions : https://r22.fr/auteur-ice-s/malcolm-ferdinand et https://soundcloud.com/user-482486519/malcom-ferdinand-penser-une-ecologie-decoloniale-une-ecologie-du-monde

– Samedi 14 décembre de 16h à 19h – Du pain paysan tout frais en vente à la librairie ! Vente de pain frais au levain en direct du Perche



Sentez-vous déjà l’odeur du pain, la croûte qui craque et la mie qui frémit ?

Nous, Charlotte et Marine, avons créé en janvier 2019 une association pour faire connaître le pain au levain naturel et favoriser les pratiques paysannes. Cette association, basée dans le Perche (à l’ouest pour vous, près Nogent-le-Rotrou), et dénommée « Le Grain, où le moud-on ? », nous a permis de créer et de mettre à disposition un espace de fabrication de pain paysan cuit au feu de bois.Nous livrons notre production sur un marché local associatif de petits producteurs, et à Montreuil.

Rejoignez-nous pour goûter ou re-goûter not’ pain et soutenir l’asso. C’est l’occasion aussi d’échanger sur nos activités et notre démarche qui dépasse la boulangerie. Le fournil est en effet hébergé sous le même toit qu’un atelier d’imprimerie qui jongle avec les mots et les idées, les caractères de plomb et les encres de toutes les couleurs. Sur des presses mécaniques, on défie les logiques industrielles et on laisse de la place à la poésie. Nous sommes d’ailleurs en train de travailler à une petite édition sur le pain.Le fournil de l’asso « Le Grain où le moud-on ? » est né de la même envie de déserter la course à la production et l’automatisation.

Pour passer commande (si possible trois jours à l’avance) : [email protected] ou par téléphone au 06 44 06 57 88. Sinon, vente directe sur place mais il peut en manquer.

– Mercredi 18 décembre, 17h00 : Le toucher du monde – Techniques du naturer. rencontre/discussion avec Sophie Gosselin et David Gé Bartoli



Nous vous invitons à discuter avec les deux auteurs Du toucher du monde – technique du naturer, ouvrage paru aux éditions Dehors en septembre 2019. Vous pouvez en lire quelques extraits sur le site de la revue Terrestres :https://www.terrestres.org/2019/09/11/vivre-au-bord-du-monde/

La discussion sera comme toujours suivie d’un petit verre amical !

Présentation de l’ouvrage par les éditions Dehors :

L’hypothèse défendue par Le Toucher du monde tient dans l’idée que la technique ne découle pas de propriétés spécifiques de l’homme mais articule l’advenue au monde de tous les existants, humains et non humains, vivants et non vivants : elle articule le déploiement du naturer. Le naturer dit moins la nature comme totalité observable ou quantifiable que le mouvement incessant de co-émergence des corps. En proposant une approche non anthropocentrique de la nature, Le Toucher du monde tente d’ouvrir une voie entre sa conception moderne, qui suppose la possibilité de son appropriation sans limite, et les propositions ambiguës d’un retour à un « ordre naturel ». Suivre cette voie implique de se défaire de tout un ensemble de schèmes théoriques portés par une longue tradition de la pensée occidentale. Mais ce geste critique s’avérerait insuffisant s’il n’accompagnait pas la réinvention d’un rapport sensible au monde, c’est-à-dire d’autres manières de faire l’expérience de l’espace et du temps. Par la rencontre avec différentes formes d’habiter et de faire monde, ce livre contribue aux élaborations contemporaines qui cherchent à rendre compte de la multiplicité des mondes en devenir.


Article publié le 21 Nov 2019 sur Paris-luttes.info