Mai 17, 2021
Par Marseille Infos Autonomes
351 visites


En pleine crise sanitaire, de nouvelles fenĂȘtres ont Ă©tĂ© posĂ©es le week-end du 15 mai 2021 aux cellules des bĂątiments du centre de dĂ©tention [1] (CD) du quartier femmes des Baumettes, mais pas pour le confort des prisonniĂšres… Ces fenĂȘtres sont “antibruit”, mais n’ont pas Ă©tĂ© installĂ©es pour protĂ©ger les femmes enfermĂ©es du cri de l’aigle de Bonelli, plutĂŽt pour protĂ©ger le voisinage de la prison. RĂ©clamĂ©es par les riverain·e·s (notamment par Éliane), et dĂ©jĂ  installĂ©es dans la maison d’arrĂȘt [2] pour femmes il y a quelques mois, ces blocs inamovibles empĂȘchent l’air de circuler dans les cellules. L’aĂ©ration est pourtant vitale pour empĂȘcher le coronavirus de se propager, pour que les odeurs de clope, de cuisine ou des toilettes n’envahissent pas toute la piĂšce, et surtout pour ne pas s’asphyxier et souffrir de migraines. Ces fenĂȘtres entiĂšrement vitrĂ©es empĂȘchent aussi les yo-yo et les discussions entre cellules.

Ce manque d’aĂ©ration est d’autant plus insupportable que, au moins la journĂ©e du jeudi 13 mai, les prisonniĂšres ont toutes Ă©tĂ© confinĂ©es dans leur cellule au prĂ©texte de lutter contre le covid, alors que la chaleur commence Ă  monter. Les parloirs ont Ă©tĂ© annulĂ©s au dernier moment sans que les proches n’aient Ă©tĂ© prĂ©venu·e·s. MĂȘme les promenades ont Ă©tĂ© annulĂ©es. L’établissement a Ă©tĂ© entiĂšrement bloquĂ© et toutes les activitĂ©s suspendues. Les prisonniĂšres ont toutes eu Ă  subir un test PCR.

À l’approche des chaleurs de l’étĂ©, des prisonniĂšres du CD ont donc dĂ©cidĂ© de manifester leur mĂ©contentement contre ces fenĂȘtres, dont l’installation ce week-end dernier est vĂ©cue comme une provocation supplĂ©mentaire de l’administration pĂ©nitentiaire aprĂšs les Ă©vĂ©nements de jeudi. Dans au moins une dizaine de cellules, ces fenĂȘtres inutiles et dangereuses pour la santĂ© ont Ă©tĂ© cassĂ©es par les prisonniĂšres dĂšs leur installation. Ces derniĂšres risquent une rĂ©pression de l’administration pĂ©nitentiaire et une condamnation Ă  rembourser les dĂ©gĂąts.

D’autre part, les prisonniĂšres se plaignent que la puissance des brouilleurs de tĂ©lĂ©phones a Ă©tĂ© fortement augmentĂ©e ces derniers jours. Il s’agit lĂ  encore d’une mesure rĂ©pressive : les tĂ©lĂ©phones ne captent plus ou coupent trĂšs rĂ©guliĂšrement, ce qui empĂȘche les prisonniĂšres de tenir informé·e·s les proches dehors qui s’inquiĂštent pour elles.




Source: Mars-infos.org