Mai 17, 2021
Par Attaque
135 visites


Il Rovescio / dimanche 16 mai 2021

Depuis la prison de Terni, section AS2, fin de grève de la faim liquide, c’est-à-dire menée en ingérant des liquides

Je soussigné, Juan Sorroche, prisonnier anarchiste de la section AS2 de la prison de Terni, communique la fin de ma grève de la faim liquide, c’est à dire en continuant à ingérer des liquides (je m’excuse de ne pas l’avoir spécifié dans mon premier communiqué). Je l’ai commencé le 12 avril et terminé le 10 mai 2021, en solidarité avec les prisonnier.e.s de la lutte sociale au Chili et à travers le monde.

Je suis fier et heureux d’avoir participé à cette lutte collective et je salue avec affection tous les gestes solidaires et les individualités qui les ont effectués. Je pense qu’il fait continuer à créer et à propager cet esprit de cohésion et de complicité dans la lutte anti-autoritaire diversifiée, dans les prisons et dehors. Cette qualité est la beauté fondamentale de l’anarchisme qui agit et lutte.

C’est un fait qui est devenu concret dans la pratique, par plusieurs actes allant dans le même sens, avec leur essence anti-autoritaire, par l’entraide. La solidarité universelle dans la théorie/pratique de l’anarchisme insurrectionnaliste. Voilà la force qualitative à développer.

D’autre côté, je suis autocritique envers moi-même, ne voulant pas créer des mythes de super-guerrier, de l’héro dur à cuire et sans peur, je ne cache pas mes privilèges, mes faiblesses et mes peurs, je les accepte avec humilité et conscience. Mes potentialités réelles et mes limites. Cela me donne les moyens pour évoluer dans la détermination et la sensibilité dont a besoin la lutte/la vie.

Un salut solidaire à Beppe ! A Davide Delogu, je suis heureux qu’il soit sorti de l’isolement.

Aux côtés des prisonnier.e.s de la lutte sociale à travers le monde : Marcelo Villaroel et tou.te.s les prisonnier.e.s subversif.ve.s anarchistes, des révoltes au Chili et dans le monde, ainsi que celles/ceux de la libération Mapuche. Dans les rues ! Liberté pour tou.te.s !

Lutter et lutter encore, pour la propagation des pratiques de solidarité, peu importe le chemin que nous parcourons.
Toujours avec le cœur !
Pour l’anarchie !

Pour lui écrire (il parle aussi espagnol) :
Juan Antonio Sorroche Fernandez
C. C. di Terni
Strada delle Campore, 32
05100 – Terni (Italie)




Source: Attaque.noblogs.org