Malacoda / jeudi 16 juillet 2020

TrĂšs cher.e.s,
J’espùre que vous allez bien !

Je vous Ă©cris pour vous signaler une situation grave (l’éniĂšme!) Ă  laquelle j’ai du faire face entre l’aprĂšs-midi du 3 juillet et minuit du 4 !
Comme probablement vous le savez, je suis enfermĂ© depuis un an dans une cellule tout seul, dans la section pour « dĂ©tenus protĂ©gĂ©s Â» [lĂ  oĂč il y a, pour la plupart, des violeurs, des balances et des prisonniers qui ont choisi de collaborer avec la justice ; NdAtt.] de la taule de Pavie !!
J’ai toujours refusĂ© une telle assignation, en menant diffĂ©rentes formes de lutte (grĂšve de la faim, grĂšve de la promenade
)

La [mot incomprĂ©hensible, ça pourrait ĂȘtre « direction »] sanitaire de la taule de Pavie, malgrĂ© le fait que je n’ai jamais passĂ© aucune consultation mĂ©dicale (mĂȘme s’il y avait une requĂȘte Ă  ce propos de la part du Juge d’instruction Basile) a dĂ©clarĂ© que je prend un traitement (lequel ?) pour un nƓuds lymphatiques Ă  la thyroĂŻde (qu’on ne m’a jamais contrĂŽle, ici) et que j’ai eu une forme grave de bronchopneumonie et qu’en cas de nĂ©cessitĂ© ils feraient le nĂ©cessaire pour me soigner !!!

Vendredi (le 3 juillet) il y a eu Ă  Pavie un gros orage avec des fortes rafales de vent ; avant que je ne puisse fermer la fenĂȘtre, le vent a fait claquer la porte blindĂ©e de la cellule, ça arrive souvent ici, quand il y a du vent
 je dois prĂ©ciser que les sonnettes pour appeler les matons ne marchent pas, il faut simplement crier !! Ce jour lĂ , le dĂ©tenu qui faisait le nettoyage a prĂ©venu le maton de service que j’étais « enfermĂ© Â», j’ai entendu depuis ma cellule
 depuis que je suis enfermĂ© dans cet Ă©gout, je n’ai jamais appelĂ© un maton, leur prĂ©sence m’agace

En attendant qu’ils daignent rouvrir la porte blindĂ©e, comme pour tout le monde dans la section, je m’occupe dans la cellule, en sachant que vers 21h les matons seraient passĂ©s de toute maniĂšre, avec l’infirmier qui distribue les psychotropes
 Ă  20h30 le maton, zĂ©lĂ©, ouvre le judas de la porte blindĂ©e et je lui dis tout de suite d’ouvrir la porte, comme pour tous les autres, que je suis trĂšs agitĂ© et que je n’arrive pas Ă  respirer ! Il me rĂ©pons « oui Â» et disparaĂźt !!
Vers minuit, avec le changement de service, les matons nous comptent
 je ne sais pas qu’est ce qui s’est passĂ©, je ne me souviens de rien, je me suis rĂ©veillĂ© sur la sol, plein de bave, avec 4 ou 5 matons qui n’arrĂȘtaient pas de m’appeler, il y en avait qui disaient que j’étais peut-ĂȘtre mort !!
Ils n’ont pas appelĂ© le mĂ©decin, ni l’infirmier, on ne m’a jamais fait faire de consultation mĂ©dicale, mĂȘme Ă  cette occasion
 depuis longtemps j’ai compris pourquoi j’ai Ă©tĂ© placĂ© dans cette section de cette taule !

Vers 10h30 (du 4 juillet), aprĂšs que j’ai informĂ© l’infirmier de mon malaise et du fait que j’ai perdu connaissance, pendant la nuit, je suis appelĂ© Ă  l’infirmerie. J’explique au mĂ©decin de service ce qui s’est passĂ©, dans la salle il y a aussi une infirmiĂšre et un gradĂ© des matons, qui assiste Ă  la consultation ; pendant que le mĂ©decin me visite je lui que j’ai trĂšs mal au front Ă  cause du bleu que je me suis fait en tombant, l’infirmiĂšre me dit qu’on ne voit rien, alors je lui explique qu’ils auraient pu mieux le voir s’ils Ă©taient venus Ă  minuit, quand les matons m’ont trouvĂ© par terre ! A ce point le maton intervient et me dit avec un ton menaçant que je « parle trop Â» et que je dois parler seulement de mĂ©dicaments !!
Le mĂ©decin et l’infirmiĂšre (apparemment la femme d’un maton) ne rĂ©agissent pas !!
J’ai demandĂ© Ă  voir les dossier cliniques, on verra si on me le donne !!

J’espĂšre que cette lettre vous arrive, au lieu de disparaĂźtre !!
Je vous demande d’ĂȘtre Ă  mes cĂŽtĂ©s contre le fait d’ĂȘtre enfermĂ© dans cette section et dans cette taule !!
Que cette lettre soit relayĂ©e par plus de monde et plus de sites internet possible !!
En taule on meurt !
Je me relĂšve A TÊTE HAUTE, en vomissement toute ma haine contre cette assignation !!

LibertĂ© pour les compas de Rome [arrĂȘtĂ©.e.s lors de l’opĂ©ration Bialystok ; NdAtt.] !

Beppe

Beppe a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© le 21 mai 2019, lors de l’opĂ©ration rĂ©pressive Prometeo. Pour lui Ă©crire (et pour Ă©crire Ă  Natascia, arrĂȘtĂ©e lors de la mĂȘme opĂ©ration rĂ©pressive) :

Giuseppe Bruna
C. C. di Pavia
Via Vigentina, 85
27100 – Pavia (Italie)

Natascia Savio (elle lit le français)
C. C. di Piacenza
Strada delle Novate, 65
29122 – Piacenza (Italie)


Article publié le 19 Juil 2020 sur Attaque.noblogs.org