Janvier 25, 2021
Par Zad D'Arlon
334 visites


Le célèbre forestier américain, Aldo Leopold, écrit dans son Almanach d’un comté des sables : « Une chose est juste lorsqu’elle tend à préserver l’intégrité, la stabilité et la beauté de la communauté biotique. Elle est injuste lorsqu’elle tend à l’inverse ».

Ce principe évident dans son énonciation exprime parfaitement l’éthique de la Terre et s’applique, sans conteste, à la Zad d’Arlon. Il n’existe pas de pépinière d’entreprises exemplaire, malheureusement. C’est pour cela qu’il nous faut toujours peser le pour et le contre de toute initiative en termes environnementaux. Arlon a d’autres sites pour installer de nouvelles activités économiques, qui espérons-le soient vertueuses dans leurs intentions écologiques et doit renoncer à perturber, pour ne pas dire saccager, cette oasis de biodiversité que des citoyens de bonne volonté protègent. La zoonose qui frappe, depuis plus d’une année, tous les pays confirme que la santé des humains est dépendante de la santé de la Terre et réciproquement.

Écologisons nos esprits et préservons l’ancienne sablière !

Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, auteur entre autres de L’Amérique verte. Portraits d’amoureux de la nature, de Mesure et démesures des Villes et de Désastres urbains.




Source: Zabliere.noblogs.org