Juin 23, 2020
Par La Bogue
23 visites


Première grande vague d’actions contre la réintoxication du monde avec plus de 50 blocages, occupations, rassemblements à travers le pays.

Bientôt l’acte 2 !

et un petit lien vidéo sur les actions de la journée, qu’il est aussi possible de partager :

http://17juin.noblogs.org/files/2020/06/J17.mp4?_=1

et là : Facebook de ZAD NDDL info

Aujourd’hui s’est matérialisée une grande vague de luttes de terrain contre la réintoxication du monde. Dès 6 heures du matin, les premiers blocages de sites de productions et chantiers ont commencé. A 20 heures nous avions déjà reçu des retours sur plus de 50 actions.

Blocages de cimenteries à Toulouse et à Saint-Barthélémy-d’Anjou (49), d’usine de physanitaires à Marseille, du chantier de la ligne 17 à Bonneuil, occupation de jardins contre la bétonisation à Besançon ou d’un chantier de McDo à Bretenoux, livraison d’un colis géant au ministère de l’Economie à Paris et déploiement de banderoles sur le Pont du Gard contre Amazon, rassemblement et blocage des travaux contre la destruction de la forêt du Madrillet à Rouen, mise hors service de terminaux de paiement dans des stations Total parisiennes ou de multiples publicités à Marseille, déversement de fumier et peinture sur les locaux de Bayer Monsanto à Rennes, blocage de l’aéroport de Nantes-Atlantique, pique-niques contre l’urbanisation d’une zone humide au Carnet ou un chantier de fluidification du trafic dans le Percy, remise du prix Pinocchio par des Vikings à la multinationale Yara et occupation de terres menacées par un projet d’urbanisme à Dijon, mobilisation contre une ferme usine de 178 000 poulets dans le Morbihan, pistes cyclables sauvages à Amboise, etc. La liste complète est trouvable sur le site du 17 juin et les nouvelles continuent d’arriver !

Toutes ces mobilisations locales dessinent une première cartographie post-confinement de sites de production destructeurs qui doivent s’arrêter, de sites naturels – forêts, zones humides, terres cultivables – qui ne doivent pas être artificialisées, de projets insensés auxquels il faudra les faire renoncer. Nous savons que cela nécessitera de revenir régulièrement sur tous ces lieux, d’en habiter certains, d’en faire muter d’autres, de continuer à se coordonner et de lancer de nouvelles vagues de mobilisations encore plus amples et déterminées.

C’est seulement à cette condition que nous parviendrons peut-être à maintenir des conditions d’existence possibles et désirables pour nous comme pour le reste du vivant, hors du nihilisme marchand. Si nous pouvons être ce soir porté.e.s par un sentiment d’espoir c’est bien parce que cette vague d’action n’est pas isolée mais qu’elle se mêle cette semaine aux mouvements des soignant.e.s et aux grand surgissement maintenant mondial contre le racisme et les violences policières.

A bientôt pour l’acte 2 et bravo à toutes celles et ceux qui ont agi aujourd’hui !




Source: Labogue.info