Voici le numéro du mois de janvier du CLASH, bulletin lycéen et étudiant de l’Union Communiste Libertaire sur la nécessité de toutes et tous rentrer dans la grève contre la réforme des retraites.

Pour compléter ce tract, on vous propose une petite BD à diffuser sans modération !

Pourquoi participer à la grève ?

JPEG - 328.8 ko

Depuis décembre un fort mouvement de grève reconductible est organisé contre la réforme des retraites notamment à la RATP, à la SNCF et dans l’Education.

Pour ce mois de janvier, soyons partout le plus possible à rejoindre ce mouvement.

La réforme des retraites nous pénalisent toutes et tous, elle nous fera travailler plus longtemps et pour une retraite beaucoup plus faible. Partout où nous avons accès à nos lieux d’études, mobilisons-nous largement contre cette réforme qui est impopulaire !

Dans nos lieux d’études préparons des assemblées générales pour rejoindre les manifestations, et apporter notre soutien aux actions des grévistes.

Ne laissons pas les E3C casser la grève dans les lycées !

Dans les lycées, le mois de janvier est aussi le début des épreuves du contrôle continu du BAC (E3C) issues de la réforme Blanquer qui accentue encore plus les inégalités sociales.

Les actions de boycott et de grève ce ces examens par les profs sont à soutenir. Organisons-nous avec elles et eux, pour que les E3C ne viennent pas stopper la grève dans les lycées.

Comme dans d’autres secteurs, ce type de revendications professionnelles peut aider à amplifier le mouvement contre la réforme des retraites.

Etudiant.es salarié.es, ne restons pas isolé.es !

Au-delà de la solidarité financière avec les travailleuses et travailleurs déjà en grève, si on veut que cette réforme ne passe pas, il faut qu’on soit un maximum à faire grève, partout, même où cela est compliqué.

Le gouvernement retirera sa réforme quand les actionnaires le forceront à le faire, après avoir perdu des millions grâce à l’arrêt de notre travail. Nous sommes plus d’une étudiant.es sur deux à travailler à côté de nos études, à cause de la précarité que l’on subit.

Allons rencontrer les salarié.es des autres secteurs sur leurs piquets de grève, contactons des syndicats, afin d’avoir des infos sur notre droit de grève, de l’aide pour nous organiser, et pour mobiliser nos collègues sur leurs lieux de travail !

Nous ne voulons pas perdre notre vie à la gagner !

JPEG - 560 ko