Novembre 26, 2020
Par Réfractaire (Rodez)
308 visites


« Monsieur le Président, nous n’avons pas voté pour ça » est le titre d’un appel publié le 22 novembre sur le site Mediapart[1] de la part de 33 « personnalités » ayant voté pour Emmanuel Macron lors des dernières élections présidentielles. Elles y expriment leurs inquiétudes face aux projets de lois dites « Sécurité globale » et « Séparatisme » qui traduisent pour elles une dérive autoritaire, une « atteinte à nos libertés et à nos droits ».

Cette politique ne correspond pas à la « promesse d’une rupture libérale et progressiste avec des politiques autoritaires et conservatrices » qui a motivé le vote des signataires. Et c’est bien là le problème. Nos 33 personnalités ont voté pour une promesse, et les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Elles n’engagent pas les élus de la Ve République qui sont soumis au mandat représentatif. Mandat qui exempte l’élu de tout contrôle populaire et démocratique.

Pourquoi ont-ils donc voté ?

Ils ont voté pour attribuer de la légitimité à une personne qui va gouverner en leur nom et à leur place. Ils ont voté pour assoir la légitimité d’un système politique fondamentalement aristocratique qui postule paradoxalement que le peuple n’a pas la capacité de savoir ce qui est bon pour lui mais qu’il a celle de pouvoir juger qui est le plus capable de le gouverner à sa place.
Ils ont voté pour le mandat représentatif plutôt que pour le mandat impératif, s’interdisant la possibilité de faire pression sur la classe politique en confortant son autonomie.
Ils ont voté pour un système qui s’oppose fondamentalement à la liberté politique démocratique et républicaine.

Que répondre à de telles jérémiades ?

Le mandat représentatif ne vous convient pas ? Vous souhaitez démocratiser les institutions et avoir de l’autorité sur les élus ? Appelez plutôt à la réhabilitation du mandat impératif. Les athéniens l’ont expérimenté il y a 2500 ans. Cet impératif démocratique devait servir à ce que la volonté populaire soit respectée. Et elle l’était. Au contraire, vous voulez conserver l’autonomie de la classe politique ? Alors arrêtez de vous plaindre que vos élus ne respectent pas les promesses qu’ils ne sont pas tenus de respecter et faites vous à l’idée. Votre seule sanction possible sera alors de voter pour un autre tribun aux prochaines élections, qui ne sera pas plus contraint de respecter ses promesses électorales.

Vous avez voté pour choisir qui allait décider à votre place, pour la possibilité que les promesses ne soient pas tenues.

[1] https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/221120/monsieur-le-president-nous-n-avons-pas-vote-pour-ca




Source: Refractairejournal.noblogs.org