Avril 11, 2021
Par Le Monde Libertaire
263 visites


[Traduction solidaire de Monica Jornet. Groupe Gaston Couté FA]

(Mail et texte ci-dessous partagés par Marco sur la mailing list de Transnational Strike)
06.04.2021.
Hello every one,
Le livreur militant “Mengzhu” a organisé ses collègues en Chine. Malgré la censure, ses activités sont devenues virales. Les autorités ont réagi par la répression. Mengzhu et certains de ses collègues ont été arrêtés. Il est sans contact avec son avocat ou sa famille depuis plus d’un mois maintenant.
S’il vous plaît, aidez à renforcer la solidarité internationale. Il peut s’agir d’activités simples comme tenir une affiche avec des messages de solidarité bilingues, prendre une photo et l’envoyer. Nous veillerons à ce que ces actions soient diffusées sur les réseaux sociaux chinois.
In solidarity, Karsten

Le 25 février, la police de Pékin a fait une descente dans une habitation collective de livreurs de nourriture et arrêté le célèbre livreur de nourriture «Mengzhu» et quatre de ses amis. Deux d’entre eux ont été libérés après avoir été interrogés au poste de police mais Mengzhu et deux de ses proches sont toujours portés disparus. Cette nouvelle a rapidement attiré l’attention et plusieurs médias chinois ont publié la nouvelle de la détention de «Mengzhu» en ligne. Mais ces publications ont été bloquées ou supprimées début mars.

Le 15 mars, le père de Mengzhu a publié une lettre ouverte appelant à l’aide pour payer les frais d’avocat. Il a révélé que le vrai nom de «Mengzhu» est Chen Guojiang, et a souligné qu’ils n’avaient reçu aucun avis de la police et qu’ils s’inquiétaient pour la sécurité de Mengzhu. Cette lettre ouverte a été publiée par la sœur de Mengzhu sur la chaîne publique Wechat appartenant à Mengzhu, qui été bloquée dans l’heure. Le 16 mars, la chaîne Wechat de Mengzhu a été définitivement interdite par l’organe gouvernemental compétent.

Les messages à ce sujet sur Weibo ont tous été fermés très vite. Mais les internautes chinois ont essayé différentes manières de divulguer la lettre publique et plus de 120 000 yuans ont été donnés en une journée pour soutenir la famille de Mengzhu.

Deux jours après la publication de cette lettre dénonçant l’opération illégale de la police, le père de Mengzhu a finalement reçu l’avis de détention pénale de Mengzhu.

L’avis disait que Mengzhu était détenu parce qu’il était soupçonné de «chercher des querelles et provoquer des troubles». Malgré la fermeture des commentaires en ligne sur l’affaire Mengzhu, la police a également interrogé plusieurs utilisateurs des médias sociaux ayant transmis des messages sur la situation de Mengzhu dans les groupes Wechat. Certains avocats et étudiants en contact avec la famille de Mengzhu ont également fait l’objet d’une enquête et ont été contraints de rompre le contact avec la famille de Mengzhu

Qu’a donc fait le livreur Mengzhu? Pourquoi la Chine l’a détenu et employé tant de moyens et d’énergie pour réprimer le soutien public à son égard?

«Mengzhu» est le pseudonyme du livreur de nourriture Chen Guojiang, la forme complète du pseudonyme se lit en chinois «leader de l’alliance des livreurs». Chen Guojiang a établi cette association avec un ami à Pékin en 2019, dans le but de créer un canal permettant aux livreurs de nourriture de communiquer et de s’entraider. Il a également réalisé et publié de courtes vidéos sur l’expérience quotidienne des livreurs et les problèmes rencontrés au travail, appelant les livreurs à faire preuve de solidarité et à lutter contre les conditions de travail injustes. Par ses efforts, il a réussi à mettree en place 11 groupes de discussion sur l’application de communication instantanée Wechat, couvrant environ 15 000 livreurs au cours des deux dernières années. Il dirigeait l’Alliance des livreurs de la chaîne publique Wechat, avec pour fonctions de fournir des conseils juridiques gratuits et une assistance aux livreurs, des aides rapides dans les conflits, un hébergement gratuit ou bon marché pour les nouveaux arrivants à la recherche d’un emploi de livraison à Pékin. Outre la plate-forme en ligne, Chen Guojiang s’est également mis en contact avec d’autres livreurs hors ligne. Il s’est présenté sur le site pour offrir de l’aide lorsque les livreurs rencontraient des problèmes. Et il organisait chaque mois un dîner collectif avec les livreurs pour se rencontrer et se parler. La Delivery Riders ’Alliance est devenue une organisation de type syndical pour les livreurs de nourriture et avait des liens avec différents groupes auto-organisés de livreurs dans d’autres villes de Chine.

Peu de temps avant son arrestation, Mengzhu a lancé une campagne en ligne pour dénoncer le programme de primes pour la fête du printemps de la plateforme de livraison Ele.me. Dans sa dernière vidéo publiée le 19 février, il a enregistré plusieurs livreurs ele.me en grève pour protester contre les règles fixées par Ele.me, qui, selon eux, avaient l’intention de retenir la prime promise aux livreurs. Cette vidéo a été visionnée 9,6 millions de fois en ligne et le sujet a été lu plus de 0,2 milliard de fois sur Weibo, provoquant de vives critiques sur les plateformes de livraison de nourriture. Ele.me a dû répondre aux critiques du public, s’est ouvertement excusé et a promis de verser des indemnités aux livreurs. Les excuses et la promesse ont de nouveau été critiquées par les internautes comme ambigues et creuses. Dans le même temps, Mengzhu a dénoncé sur les réseaux sociaux que la diffusion et visibilité de son message sur weibo semblait avoir été restreinte.

Un jour avant sa détention, Mengzhu a averti les autres livreurs de ses groupes de wechat qu’en absence de message de sa part, cela voudrait dire qu’il avait été arrêté. Beaucoup de ses amis livreurs pensaient que sa détention était directement liée à l’implication dans la dénonciation du programme de primes de la Fête du Printemps d’Ele.me. Ils la mettent en rapport avec sa première détention en 2019, quand il a appelé les livreurs de Meituan et Ele.me. à cesser de prendre des commandes pour protester contre la politique des deux sociétés de réduire les tarifs de livraison. Dans une interview, Chen Guojiang raconte que les entreprises avaient remarqué ses activités dans les groupes de wechat et appelé la police. Il avait été détenu pendant 26 jours puis relâché. En 2019, personne ne le connaissait et il a passé les 26 jours seul. Cette fois, sa détention a retenu toute l’attention des livreurs et du public.
.
Cela démontre également la réaction croissante du public contre les pratiques de la plateforme de livraison : emploi précaire, contrôle du travail inhumain basé sur des algorithmes, imposant à des millions de livreurs des conditions de travail difficiles. L’attention et la sympathie du public envers les livreurs ont pris une grande ampleur lorsque les livreurs sont devenus la main-d’œuvre essentielle pour transporter la nourriture et les matériaux lors du confinement du covid-19. Ils ont été reconnus comme des héros de la pandémie et appréciés du public. En 2020, un rapport intitulé «Les livreurs, piégés dans le système» du magazine Renwu en Chine, a de nouveau placé les livreurs au centre du débat public. Le rapport a montré que les plateformes de livraison de nourriture ignoraient totalement la sécurité du travail et les limites physiques des livreurs. Les règles impitoyables en matière de délais et de sanctions imposées aux travailleurs ont provoqué une pression extrême qui a contribué à un taux de relève élevé, à l’augmentation des accidents du travail et des décès. Les livreurs qui font fonctionner le système n’ont aucun pouvoir sur les règles. La critique publique sur le capitalisme des plateformes chinoises suscitée par la couverture médiatique de masse représentée par le rapport Renwu contraste avec les efforts des plateformes pour se représenter comme innovantes technologiquement, créatrices d’emplois et initiatrices d’un style de vie. Le discours public a également exercé une forte pression sur le gouvernement chinois pour qu’il règlemente leurs pratiques d’emploi et pour fournir plus de protection aux travailleurs, alors que le gouvernement lui-même est confronté au dilemme de d’augmenter le contrôle sur les grandes entreprises de commerce électronique et de compter sur cette activité pour promouvoir la consommation et absorber le surplus de main-d’œuvre.

Malgré l’énorme sympathie du public et l’attention politique, les conditions de travail des livreurs ne se sont pas améliorées. Non seulement les plateformes font baisser continuellement le tarif par commande dans différentes villes et écourtent les délais, mais ont également conçu un système pour diviser les livreurs et les amener à se concurrencer. Chen Guojiang a ouvertement condamné l’opération des plates-formes pour segmenter les livreurs et a appelé à la solidarité entre travailleurs des plates-formes, des catégories de services et des différents sites. Il a déclaré que la seule façon pour les livreurs d’améliorer leurs conditions de travail est de former une «association de livreurs» pour négocier collectivement avec les plates-formes. Il est bien connu que l’État chinois est prêt à supprimer toute organisation syndicale autonome. La détention de Chen Guojiang et la sévère répression du soutien en ligne devraient être considérées comme un autre exemple de la manière dont l’État chinois élimine l’organisation de base des travailleurs.




Source: Monde-libertaire.fr