Octobre 14, 2021
Par Basse Chaine
194 visites


Il y a quelques semaines, nous avons relayé un article intitulé « Quand NDDL se prend pour le petit père des luttes ». Le site Mutu de Rennes (Expansive.info) a décidé lui de ne pas le publier. Nous transmettons les raisons de leur refus, de sorte que les lecteur-ices de l’article mentionné puissent avoir plusieurs sons de cloche.

Article publié sur EXPANSIVE.INFO

Après avoir pris le temps d’en discuter au sein de l’équipe de modération, nous avons finalement décidé de ne pas publier votre article « Quand NDDL se prend pour le petit père des luttes » (voir ici)

Expansive ne souhaite pourtant pas mettre sous le tapis les tensions et clivages politiques autour de l’histoire et du devenir de la lutte à Notre-Dame-des-Landes. C’est pourquoi nous choisissons de rendre public notre refus, comme une façon de ne pas invisibiliser ces tensions et comme une façon d’expliciter notre position.

Nous avons conscience qu’il existe des rancoeurs au vu du déroulement des évènements de la zad de NDDL. Elle portait un espoir politique énorme pour celleux qui y habitaient et celleux qui la traversaient, espoir que les violences des expulsions, mais aussi les violences traversées en interne, ont brisé pour une partie des (ex)habitant·es et soutiens.

Nous sommes d’accord sur le fait que des fonctionnements et initiatives d’hier et d’aujourd’hui portés depuis NDDL sont critiquables. Si dans le collectif de modération d’Expansive nous pouvons en avoir des lectures différentes, nous avons néammoins conscience que certaines critiques ne sont pas dénuées de fondements et qu’il est parfois compliqué de les visibiliser en interne à NDDL.

Pour autant, nous trouvons dommageable certains procès d’intentions, et il y a pour nous des lignes rouges à ne pas dépasser.

Dans le texte, une grande énergie est mise à déligitimer NDDL comme étant un lieu en lutte (« start up Zad 2.0® », « processus d’intégration au monde capitaliste »). S’il est vrai que des initiatives d’installations et de démarches salariales de certains lieux / personnes sont en cours, cela ne relève pas d’une « logique d’accumulation » et n’empêche pas de continuer à prendre part aux luttes – il suffit d’aller sur place pour le constater. Et il n’en reste pas moins que NDDL est encore un espace traversé par les luttes (accueil des zapatistes, soutien matériel aux luttes de l’ouest, etc.), et est lui-même encore en lutte (contre l’accaparemment des terres par l’agro-industrie ou pour l’habitat léger). Il est plutôt malhonnête de laisser penser aux lecteur-ices le contraire.

Nous croyons que c’est ce genre de discours qui légitime les actes de sabotages contre des lieux d’organisation collective et d’habitation, actions que nous ne cautionnons absolument pas (cf. la tentative d’incendie de l’école des tritons).

Si pour certain·es la zad de NDDL semble sûrement plus lisse qu’avant, voire moins diversifié en terme de classes sociales, il n’en reste pas moins un lieu où se mêle des personnes et des composantes différentes. Celleux qui vivent sur place comme celleux qui sont de passages peuvent voir que cet espace reste un lieu plein de complexité, d’envies différentes, de contradictions aussi.

Qu’il existe des rancoeurs et des désaccords politiques ou de fonctionnement avec des habitant·es de NDDL, nous l’entendons, nous les connaissons, d’ailleurs ces désaccords traversent aussi notre collectif de modération. Mais nous pensons que les généraliser donne une image fausse et irréelle de NDDL, faisant vivre par procuration ces rancoeurs et désaccords à des personnes qui ne sont jamais venus sur place (sans pour autant apporter du contenu aux critiques formulées).

Il semble aussi important de rappeler que les initiatives menées dans le cadre des Soulèvements de la terre ne sont pas purement « spectaculaires » : des personnes se mettent en jeu lors de ces manifs, les actions de blocages et de sabotages n’existent pas uniquement pour la photo, etc. De plus, si ces initiatives sont en partie portées par des personnes de NDDL, elles le sont aussi par différents groupes politiques et écologistes (Conféderation paysanne, Extinction Rebellion, Youth for climate, et de multiples territoires en lutte). Nous trouvons dommageable que l’illustration de votre couverture, qui rappelle les codes de l’iconographie conspirationniste, laisse se glisser des pensées assez simplistes, comme celles que NDDL a la totale main mise sur l’organisation des évènements des Soulèvements de la terre.

Nous portons Expansive comme un média pour renforcer les luttes, et nous faisons le voeu que les conflits qui traversent, et traverseront, inévitablement nos histoires politiques puissent être abordées dans cet état d’esprit et non dans une logique de sabordage des initiatives les plus proches.

Évidemment nous restons heureux-ses de continuer à relayer les luttes du grand ouest contre la bétonnisation, au Carnet et ailleurs.

A bientôt, et nous espérons du même côté de la barricade,

L’équipe de modération d’Expansive




Source: Basse-chaine.info