« La CGT nous a lâchés »,
« les syndicats trahissent », « marre des marches
sono-merguez »
 … Lors des manifestations comme sur
les réseaux sociaux, les critiques virulentes des syndicats
reviennent en force cette semaine. Le retour des journées de grève,
ponctuées de manifestations déclarées en préfecture, met en
lumière le fossé de plus en plus profond qui sépare ces modes
d’action des nouvelles formes de protestations. Et particulièrement
celles développées par les gilets jaunes.

Rien de nouveau sous le soleil

Y a-t-il eu un soudain changement de stratégie
des syndicats, CGT en tête ? Bien au contraire. C’est leur
conformisme qui leur est reproché. L’année 2019 a vu émerger
autour des gilets jaunes des manifestations hebdomadaires peu
massives mais très combatives, réunissant surtout des personnes
non-syndiquées. La capacité de résistance face à la répression
est privilégiée au grand nombre pacifique des cortèges
traditionnels. Le folklore lui-même est différent. Mots d’ordre,
symboles, parcours et esthétique ont peu de points communs avec ceux
des cortèges syndicaux, au-delà de quelques slogans rincés. La
convergence resterait alors un doux rêve : beaucoup de
chasubles rouges ne se sentent pas à leur place dans les cortèges
en jaune, et réciproquement.

Mais que dire au-delà de ce simple constat coloré
? Le dialogue de sourds entre « bureaucrates mous » et
« anarcho-poujadistes » est-il une fatalité ? Il
existe pourtant bien des points sur lesquels des personnes salariées
et opposées à ce système politico-économique peuvent se
retrouver. Des deux côtés du fumigène, on cherche à bloquer
l’économie pour se faire entendre. Soit par la grève, soit par
l’action directe visant des cibles stratégiques. Des modes
d’action tout à fait compatibles par ailleurs. Avec comme
perspective, un coup dur porté à un pouvoir détesté, et, derrière
Macron, la critique du capitalisme et de ses relais dans le parlement
comme dans les médias et les tribunaux.

Ce qui est en jeu ici, ce n’est pas tant la
vision d’ensemble – on aurait bien du mal à décrire précisément
celle du mouvement des gilets jaunes – mais plutôt le pouvoir
symbolique : qui incarne au mieux la contestation ?

Une crise profonde du syndicalisme à la
française

De ce côté, il est évident que les directions
syndicales cherchent à reprendre la main. Après tout, elles peuvent
s’enorgueillir d’une belle histoire de luttes et de victoires.
Mais leur prestige a subi des coups durs. L’économie a évolué.
Les grandes forteresses ouvrières ont laissé place à un
prolétariat moderne ubérisé, précarisé, tertiarisé, largement
féminin, majoritairement immigré dans certains secteurs tels que le
nettoyage ou l’hôtellerie.

Les syndicats peinent à s’adapter, partagés
entre le modèle allemand de cogestion mettant l’accent sur les
négociations avec les patrons, et une tradition contestataire. Le
syndicalisme d’entreprise y a remplacé celui de branche et nourrit
le corporatisme. Un modèle dépassé par les évolutions du monde du
travail. Avec des structures portées à bout de bras par des membres
courageux, mais surtout vues comme des appareils énormes, remplis de
permanents coupés de la réalité de la base et vivant sous
perfusion des cotisations et des subventions étatiques.

Comme en mai 68, les luttes récentes n’ont pas
été impulsées par les syndicats. Les effectifs sont en déclin :
en 2016, le taux de syndicalisation atteint 11% (19,1% dans le
public, 8,4% dans le privé). Ceux-ci ont été à la traîne dans
l’opposition à la loi travail (initiée par des youtubeurs), et
carrément largués à l’hiver dernier. Mais là encore, la
critique de l’outil syndical n’est pas nouvelle. Et les solutions
manquent.

Au-delà des grèves et des émeutes, la
perspective révolutionnaire

La transformation des syndicats en groupes de
pression perdus entre négociation et contestation a finalement
décrédibilisé la menace d’une grève générale. Faute de
volonté, le spectacle légal remplace la stratégie de blocage réel
de l’économie et de réquisition des moyens de production.
L’épisode du dépôt de Frontignan n’en est que la plus récente
illustration : la base cégétiste est sincère, mobilisée,
mais repliée sur ses bastions et ses acquis, elle adopte une posture
conservatrice. Les barricades et les cortèges massifs font de belles
photos. Mais derrière, si le gouvernement ne joue pas le jeu – et
il a définitivement arrêté depuis Nicolas Sarkozy –, il faut
remballer, se disperser, et acter la défaite.

Impensable, disent en chœur des parties de plus
en plus importantes du prolétariat, dans toute sa diversité. Avec
ou sans gilets jaunes, on expérimente. Parfois avec quelques succès,
comme en décembre dernier. Mais sans échapper là encore à la
ritualisation : que proposer aux cortèges syndicaux, à part
une émeute stérile et, au mieux, un blocage du Polygone ?

L’enjeu du moment est donc énorme et
historique. Par-delà les frustrations légitimes, le sentiment
d’impuissance et les monologues sur la « convergence des
luttes », il s’agit de dégager progressivement de nouvelles
stratégies, d’expérimenter en fonction d’objectifs concrets, de
perspectives identifiées, d’outils existants (parmi lesquels les
syndicats). Des stratégies capables d’unir largement, pour ne plus
reculer, pour lutter, apprendre, progresser ensemble – et,
peut-être, enfin gagner ?

Pour continuer la discussion, rendez-vous ce jeudi
12 décembre à 19h à la Soucoupe d’Agropolis de Montpellier pour
l’assemblée
inter-luttes
.


Article publié le 11 Déc 2019 sur Lepoing.net