EELV souhaite réagir aux propos de M. LERESTIF, secrétaire départemental du syndicat Force Ouvrière, dans l’édition de Ouest France du 18 septembre dernier concernant la demande des policiers municipaux de pouvoir bénéficier d’un armement.

Nous ne pouvons qu’adhérer aux propos de M. LERESTIF, qui explique comprendre l’inquiétude des policiers municipaux mais que la réponse doit être sociale avant tout et qu’il convient d’être dans une stratégie de prévention en amont. Pour nous écologistes, nous ne pouvons admettre que la course à l’armement soit la réponse appropriée au désarroi des policiers municipaux ou aux manques de moyens parfois avérés de la police nationale. La police municipale doit rester une police de proximité, de confiance, de médiation et de tranquillité publique. Elle doit pour cela rester non armée. Les difficultés actuelles de dialogue entre la Police Nationale et nos concitoyens nous confortent dans l’idée qu’il faut, dans notre ville, une stratégie différenciée de mise en relation avec les habitant.e.s.

Par ailleurs, M. LERESTIF évoque une baisse des moyens en matière de prévention de la délinquance et en matière de prévention spécialisée (éducateurs de rue).

Il semble pourtant que la ville sur ce mandat n’ait pas été défaillante sur ce point avec une présence accrue de policiers municipaux (12 postes en plus et une brigade canine) et de nouveaux médiateurs notamment sur l’espace public et en milieu scolaire. Quant à la prévention spécialisée (les éducateurs de rue), alors que dans de nombreux départements, cette dernière souffre d’une baisse de moyens drastique (quand elle n’est pas purement et simplement abandonnée), le transfert du département 35 à la Métropole n’a occasionné aucune baisse de subventions et les effectifs sont donc restés stables.

Par contre, en écho avec les propos de M. LERESTIF, nous considérons que les moyens actuels sont insuffisants au regard des besoins. Nous, écologistes, plaidons pour un renforcement dans les années qui viennent des effectifs et des missions de « la Prev’ » à Rennes mais aussi dans d’autres communes de la Métropole.

Nous voudrions enfin rectifier un amalgame commun qui nous paraît dangereux : la prévention spécialisée ne peut être un outil de contrôle social mais bien de prévention des situations d’exclusion des jeunes. Si elle est un élément qui contribue à la prévention de la délinquance, elle reste avant tout une démarche d’éducation populaire et de cohésion sociale. La Prévention a fait l’objet de nombreuses tentatives de dévoiement de sa fonction. A l’heure où le gouvernement verse dans des politiques toujours plus répressives, il est utile de rétablir cette vérité.

Le groupe local EELV de Rennes.


Article publié le 19 Sep 2019 sur Rennes-info.org