La loi ORE/ParcourSup et la réforme du bac, c’est quoi ?

• C’est une sélection toujours plus tôt au lycée
• Des modules qui ne seront pas proposés dans tous les lycées alors que les universités pourront les considérer comme des prérequis à l’admission
• 40% de la note du bac en contrôle continu, donc une note qui pourra être discriminée en fonction du lycée d’origine. C’est aussi une evaluation permanente, tout au long du lycée, prise sur le temps d’apprentissage
• Le sacrifice des lycéen.ne.s professionnel.le.s encouragé.e.s à des études courtes
• Des outils automatiques de sélection et classement des futures étudiant.e.s en se basant largement sur les notes aux lycées (et malus pour les redoublements) : avec LREM, plus de droit à l’erreur (sauf pour les patrons) !

IDEX : Un pas de plus vers une université à deux vitesses avant l’augmentation des frais d’inscription

• Des filières d’excellence qui bénéficieront de moyens stables et côtoieront des filières sans moyens qui accueilleront la majorité des étudiant.e.s
• Les députes LREM viennent de passer commande à la Cour des compte d’un rapport en vue d’augmenter les frais d’inscription à l’université

Blanquer : Cadeaux tous azymutes aux réac

• La maternelle obligatoire est avant tout un cadeau aux écoles privées qui sont financées qu’à partir de la scolarité obligatoire. Le sur-coût de la réforme se fera avant tout sur le dos du public connaissance l’adoration de Blanquer pour le privé (sous contract ou non)
• Dans le Parisien, Blanquer a dit qu’il ne fallait pas confondre liberté pédagogique et l’anarchisme. Le lendemain paraissait quatres circulaires sur la lecture, la grammaire, le calcul et la résolution de problèmes. Le bienveillant Blanquer liste ce qu’il faut faire jusqu’à demander de circuler dans les rangs pour consulter les productions des éléves.
• Pour les classes de CP, c’est un guide de 130 pages à respecter à la lettre qui a été envoyé par le ministère !

Convergence des luttes : Après les cheminot.e.s, ce sera le tour des fonctionnaires

• L’attaque du status de fonctionnaire a déjà commencé : 120 000 suppressions de postes, rétablissement du jour de carence, gel du point d’indice, augmentation massive des contractuels…
• Via les IDEX dans le supérieur et des circulaires dans le primaire et le secondaire, c’est une attaque généralisée contre la liberté pédagogique

C’est maintenant qu’il faut lutter pour

• La défense de notre status
• La titularisation de tous les précaires
• Une réelle augmentation du financement public de l’ESR (pour aller vers 3% du PIB) et de l’EN
• Le maintien du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire

La CNT SUTE 69 appelle à la défense les droits de touTEs les acteurs/actrices de l’université pour étudier et enseigner dans les meilleures conditions et les exhorte à la mobilisation contre la casse du service public de l’éducation. Bien plus que crier “non” à toute réforme, nous voulons une éducation gratuite, laïque, émancipatrice et autogérée ! Pour nous, le syndicalisme doit redevenir ce qu’il n’aurait jamais du cesser d’être : révolutionnnaire, c’est à dire porteur d’un projet pour une société plus juste, plus égalitaire, plus libre… La CNTSUTE69 propose une pratique syndicale qui dépasse la cogestion frileuse de la société telle qu’elle est. Il s’agit, en “attendant” la révolution sociale et libertaire, de défendre les intérêts immédiats des salariéEs et des étudiantEs.