Avril 20, 2021
Par Indymedia Lille
178 visites


Plus d’un an que la vie sociale s’est arrĂȘtĂ©e. Interdite et punie par les administrateur.rice.s de ce monde.

Plus d’un an que l’on ne peut plus se retrouver entre ami.e.s, en famille ou mĂȘme entre inconnu.e.s.

Rappelons-nous combien la vie sociale est importante pour le bien-ĂȘtre de chacune et chacun, pour l’organisation des solidaritĂ©s et des luttes sociales. Il est temps de s’y remettre.

Il y’a un an, le 1er mai, rendez-vous annuel des travailleur.se.s, Ă©tait Ă©touffĂ© sous l’actualitĂ© sanitaire. Il y a 2 ans, il a Ă©tĂ© qualifiĂ© de chamailleur malgrĂ© la rĂ©pression fĂ©roce sur la rĂ©cente convergence des gilets jaunes, verts, rouges et noirs. Il y a 3 ans, Paris succombait sous une marĂ©e rĂ©volutionnaire de manifestant.e.s. Il y a 150 ans, Paris Ă©tait libre et aux mains du peuple de la Commune pendant ces trois mois d’avancĂ©es sociales et rĂ©volutionnaires.

Aujourd’hui, c’est en Belgique que le ton est donnĂ© avec l’annonce de la “BOUM 2” au bois de la Cambre (Bruxelles). Le 1er avril 2021, la Belgique toute entiĂšre s’était rĂ©unie dans un grand parc pour imposer la libertĂ© et la tolĂ©rance pour cette sociĂ©tĂ© au bord du burn-out. Une semaine plus tĂŽt, Marseille organisait son traditionnel Carnaval de la Plaine qui a rĂ©uni 6000 personnes dans un esprit de rĂ©volte et de fĂȘte. Au nouvel an 2021, une free-party a rassemblĂ© 2500 personnes en Bretagne sans crĂ©er de cluster selon l’ARS. Tous ces exemples sont devenus le thĂ©Ăątre d’une rĂ©pression policiĂšre et judiciaire disproportionnĂ©e quand elle n’est pas sanguinaire.

Dans un contexte oĂč l’état policier s’installe et se renforce, Ă©paulĂ© par un Ă©tat d’urgence sanitaire qui n’en finit plus de ne plus finir. Dans un monde oĂč s’amuser est proscrit… sauf pour les riches. La lutte des classes angoisse les riches et autres puissants, alors donnons leurs raison.

A l’image de nos voisin.es belges, faisons la fĂȘte pour cĂ©lĂ©brer notre aspiration Ă  la libertĂ©, allumons la mĂȘche contestataire par un feu de joie ! RĂ©approprions-nous les espaces publics (balcon, courĂ©e, jardins, parcs, rues, quartiers…), organisons des repas, des concerts, des manifestations : soyons inventif.ves et visons large pour faire vivre toutes formes de contestation, festives et rĂ©volutionnaires !

La lutte est une fĂȘte alors faisons de la fĂȘte une rĂ©volte.


Let’s block ads! (Why?)




Source: Lille.indymedia.org