Septembre 19, 2021
Par Le Monde Libertaire
241 visites


Image par Pexels

Pour toi, mon amour, j’ai multipliĂ© les chantiers
Posé des parpaings et des charpentes en bois.
Pour toi, mon amour, j’ai manipulĂ© des tuyaux
Coulé du béton et maçonné à base de plùtre.
Pour toi, mon amour, j’ai ignorĂ© les poussiĂšres
Tu mes maux d’estomac et la douleur au larynx.

Avec toi, mon amour, j’ai voulu un nid douillet
Un chez toi qui aurait été aussi un chez moi.
Avec toi, mon amour, j’ai voulu un marmot
Qu’on aurait promenĂ© sur la CĂŽte d’AlbĂątre.
Avec toi, mon amour, j’ai voulu comme hier
Des yeux de Chimùne et non un Ɠil de lynx.

Toi, mon amour, je t’ai voulu mon amante
Mon amoureuse d’aujourd’hui et de demain.
Et je t’ai quittĂ© Ă  l’angle du boulevard BarbĂšs
InfidÚle malgré moi à toutes nos promesses.
Emporté, comme on dit, du jour au lendemain
J’ai eu le destin des « travailleurs de l’amiante ».

CĂ©d.




Source: Monde-libertaire.fr