Janvier 24, 2022
Par Lundi matin
125 visites

La Clef est un cinĂ©ma parisien, occupĂ© et autogĂ©rĂ©. MalgrĂ© deux ans et demi d’effervescence culturelle ayant rĂ©uni 14 000 spectateurices autour de 400 films, le propriĂ©taire des murs, le comitĂ© social d’entreprise de la Caisse d’Epargne, souhaite en expulser les usagers. À partir du lundi 24 janvier, le cinĂ©ma sera donc ouvert de 6h Ă  23h afin de dĂ©courager une Ă©ventuelle tentative d’expulsion par les forces de l’ordre. Les occupants nous racontent l’histoire de ce lieu et les raisons de se battre pour qu’il reste ouvert et occupĂ©.

Pourriez-vous rappeler ce qui vous initialement motivĂ© quant Ă  l’idĂ©e d’occuper un cinĂ©ma ?
La Clef est un lieu historiquement lié au cinéma indépendant.

Avant l’occupation et depuis sa crĂ©ation dans les annĂ©es 70, c’était un cinĂ©ma d’Art et Essai indĂ©pendant comme il en existe bon nombre Ă  Paris. Il a rapidement Ă©tĂ© rachetĂ© par le ComitĂ© Social d’Entreprise de la Caisse d’Epargne (CSE), ce qui permettait de poursuivre la programmation tout en rĂ©servant les parties privĂ©es Ă  des activitĂ©s du CSE.

En 2018, le CSE a dĂ©cidĂ© de vendre les locaux, ne les jugeant plus rentables. Les lieux sont restĂ©s inoccupĂ©s un an, faute d’acheteurs, jusqu’à ce que des membres de divers collectifs squat y entrent et redĂ©marrent le cinĂ©ma. Depuis, exception faite des confinements, ont lieu Ă  la Clef des projections quotidiennes.

Le mot d’ordre de l’occupation de la Clef est la dĂ©mocratisation de l’accĂšs au cinĂ©ma et Ă  la crĂ©ation cinĂ©matographique. Toutes les projections sont proposĂ©es Ă  prix libre, et nous privilĂ©gions des films rares et indĂ©pendants, en somme tous les films qui sont rejetĂ©s par les autres exploitants parce qu’ils ne sont pas estimĂ©s suffisamment rentables.

Si la programmation reste le nerf de la guerre, Ă  la fois symboliquement et en terme d’accueil de public, nous ne souhaitons pas nous limiter Ă  cela et de nombreuses initiatives ont Ă©tĂ© lancĂ©es depuis le dĂ©but de l’occupation. Plusieurs web-radios ont eu lieu pendant les confinements, un fanzine a Ă©tĂ© crĂ©Ă©. Mais aussi La Petite Evasion, un atelier d’initiation Ă  l’image pour des centres aĂ©rĂ©s du quartier ou autres ; et le Studio 34, qui permet Ă  de jeunes cinĂ©astes indĂ©pendants Ă  travers divers ateliers et rencontres d’aboutir leur premier film par l’autoproduction.

Il s’agit en somme de faciliter l’accĂšs Ă  un cinĂ©ma en voie de disparition et de le perpĂ©trer Ă  travers la dĂ©mocratisation de la crĂ©ation en dehors des sphĂšres du cinĂ©ma institutionnalisĂ©.

Seulement, il y a presque un an, une offre d’achat a Ă©tĂ© faire au CSE par le Groupe SOS, un gĂ©ant de l’économie sociale et solidaire qui produit des milliards de chiffre d’affaire par an, et qui n’a de social que le nom, une vitrine associative qui prĂ©tend sauver des lieux associatifs en perdition avec pour unique but de les faire disparaĂźtre pour Ă©tendre leur parc immobilier. Ce groupe est dirigĂ© par Jean-Marc Borello, directeur gĂ©nĂ©ral adjoint de la RĂ©publique En Marche et figure proche d’Emmanuel Macron. Leur projet pour la Clef n’est bien Ă©videmment pas le nĂŽtre, et depuis un an, nous nous battons pour que le lieu reste occupĂ©, empĂȘchant ainsi la finalisation de l’achat.


Comment avez-vous gĂ©rĂ© votre programmation au fil de ces annĂ©es d’occupation ?
Depuis le dĂ©but de l’occupation, la ligne directrice de la programmation est dĂ©finie par trois mots : cinĂ©ma indĂ©pendant, rare, prĂ©caire.

La programmation est une Ɠuvre collective, chacun est libre de programmer les films qu’iel souhaite sans que l’aval du collectif soit nĂ©cessaire, ce qui donne un panel trĂšs diversifiĂ©. Nous procĂ©dons parfois par cycles autour d’une thĂ©matique (Cycle RĂ©volution, Cycle LibĂ©ration Sexuelle, Cycle Spatial
). Il s’agit, tant que possible, de donner une voix Ă  des rĂ©alisateurs et rĂ©alisatrices mĂ©connues ou dont l’Ɠuvre a Ă©tĂ© oubliĂ©e. Nous essayons tant que possible de rassembler les fabriquant.e.s de ces films pour qu’iels viennent les prĂ©senter avant les sĂ©ances et discuter de leurs films avec le public a posteriori, dans une volontĂ© de dĂ©sacraliser le rapport qui peut exister dans les institutions cinĂ©matographiques entre les rĂ©alisateur.rice.s et leur audience.

Les films nous sont prĂȘtĂ©s gracieusement par des distributeur.rice.s souhaitant nous aider dans notre projet (remerciements spĂ©cifiques Ă  ISKRA et Ă  Potemkine).

Cette dynamique passe Ă©galement par le fait de rĂ©habiliter les projections en 35 mm : a eu lieu ce samedi 22 janvier 2022 la premiĂšre projection 35 mm de l’occupation. Cela permet de rĂ©habiliter certains films disponibles uniquement dans ce format.

Nous essayons tant que possible de former toutes personnes le souhaitant à la programmation et à la projection, dans une logique de transmission des savoirs techniques et théoriques.

Quelles sont les actions que vous avez menĂ©es derniĂšrement ?
L’action notable la plus rĂ©cente, et se conduisant depuis plusieurs mois, est le lancement du fonds de dotation. Il s’agirait de pouvoir racheter le cinĂ©ma avec ce fonds de dotation, formĂ© de dons de spectateur.rice.s et d’autres personnes, afin de le sortir du marcher immobilier et des logiques spĂ©culatives et d’en faire un bien commun. Cela permettrait de pĂ©renniser le projet portĂ© par la Clef, en en faisant dĂ©finitivement un cinĂ©ma associatif et libre, rĂ©gi uniquement par ceux qui l’occupent et s’en occupent.
Ou en est-on de l’expulsion ? Comment peut-on vous soutenir ?
Bien que la situation est toujours Ă©tĂ© prĂ©caire du Ă  l’illĂ©galitĂ© de l’occupation, les derniers jours sont particuliĂšrement critiques. Le CSE a portĂ© plainte contre la prĂ©fecture de police de Paris pour inaction. Suite Ă  l’audience au rĂ©sultat de l’audience, reçu le 13 janvier, la prĂ©fecture a Ă©tĂ© sommĂ©e d’expulser les occupants de la Clef dans les deux mois Ă  venir.

Cependant, le propriĂ©taire du bĂątiment, le CSE de la Caisse d’Epargne Ile-de-France, et le potentiel acheteur, le Groupe SOS, dirigĂ© par Jean-Marc Borello, directeur gĂ©nĂ©ral adjoint de la RĂ©publique en Marche, font pression pour que l’expulsion du bĂątiment se tienne cette semaine (du 24 janvier). Nous nous mobilisons donc afin d’éviter cela, avec de nombreuses programmations et prises de paroles de politiques, cinĂ©astes, etc., et des sĂ©ances en continu de 6h Ă  23h.

Le programme de la semaine est disponible ici : http://laclefrevival.com/actu/expulsion-imminente-portes-ouvertes-a-la-clef-revival-des-lundi-24-01-a-6h00/




Source: Lundi.am