Novembre 21, 2021
Par Le Poing
293 visites


Une conférence-débat avec Juan Branco a constitué le cœur de la journée organisée par les gilets jaunes du Près d’Arènes de Montpellier pour fêter l’anniversaire du mouvement.

Il fait très beau ce samedi 20 Novembre à Montpellier et le rond point, bardé de ses banderoles et de ses différents stands aussi bien alimentaires que politiques – BDS/ Stop Armes Mutilantes/Arrêt du Nucléaire/etc- est soutenu par les klaxons très fréquents des voitures qui passent. Entre midi et deux heures les gens se restaurent autour des tables installées avant d’être invités à rejoindre les chaises qui ne seront pas assez nombreuses pour écouter Juan Branco qui a dédicacé avant et après son dernier livre paru aux éditons du Diable Vauvert : «  Abattre l’ennemi »

«  Le rond point est occupé depuis le 17 Novembre 2018, les injustices sont toujours là nous aussi »

Ce sera l’introduction faite par les Gilets-Jaunes du Rond-Point des Prés d’Arènes avant le propos de Juan Branco devant plus de 300 personnes venues l’écouter. C’est d’abord en sa qualité d’avocat qu’il développera l’essentiel de son discours pour raconter différentes affaires dans lesquelles il a défendu des gilets jaunes attaqués de manière indécente et en toute impunité par le pouvoir judiciaire ; parfois il a obtenu la relaxe. Il soulignera le piège que sont les élections dont il faudrait absolument se dégager vu l’emprise et la folie médiatique qu’elles représentent et qu’elles mobilisent. On ne peut pas compter sur les institutions pour la lutte contre l’impunité.

Mais le cœur de son discours s’est centré sur la menace, l’espoir et les mobilisations des corps que représentent les Gilets Jaunes encore trois ans après et malgré l’épisode de la pandémie. «  Est ce qu’on est mort ? Il y a plus de couleur et de chaleur que jamais, ne les laissez pas vous toucher ! 15 000 arrestations, 2500 blessés, les Gilets jaunes restent un danger pour le gouvernement qui veut nous faire payer le prix de la crise dont ils ont la responsabilité. Restez unis et en capacité de les inquiéter, vous avez un rôle déterminant et vous devez vous préparer au moment où il faudra rentrer dans les lieux de pouvoir ! Nous n’aurons pas d’excuses la prochaine fois !  Vous ne devez pas vous laissez impuissanté.e.s ils sont à portée de mains et la volonté populaire est une force suffisante pour les faire trembler et se protéger sans se trahir soi-même et surtout sans leur ressembler. Vous devez faire l’histoire de France pour vous, réclamer justice par exemple pour toutes ces victimes de l’église, lutter contre cette indifférence à l’autre qui fait que les sujets sont éteints non abordés, non élucidés. Il faut tenir et trouver la force de transformer votre énergie, cette énergie en production d’effets politiques….. »

Une impression de beaucoup d’injonctions de discours pour galvaniser le public en s’adressant à lui souvent sous la forme «  vous » sans réellement aborder la question du politique et de la stratégie à mettre en place pour atteindre cet objectif que l’on définirait collectivement, ensemble.

Dans les questions du public regroupées, la crise sanitaire a été abordée sous l’angle de l’incompétence du gouvernement, de son indifférence aux morts des effets du chômage ou de la précarité et de la destruction du système de santé pouvant expliquer les variations du taux d’occupation des lits et de la saturation à venir lors de chaque nouvelle vague du virus. En Guyane dont il revenait et en Guadeloupe le mouvement contre la violence d’état – mouvement des 500 frères- flambe et gagne d’autres pays en Europe. Cet échange avec le public précédait de quelques minutes l’arrivée de la manifestation qui rejoignait le rond point depuis le centre-ville, mêlant anti-pass gilets jaunes.

A la fin du propos de Juan Branco, les Gilets Jaunes du RPPA ont fait une déclaration avec des propositions dont vous trouverez l’intégralité ci-dessous.




Source: Lepoing.net