Pour la défense de la psychiatrie et de nos missions, préservons nos métiers et les soins à la population !!!

La psychiatrie est depuis plusieurs années sacrifiée au seul nom des économies et nous n’avons pas été épargnés dans le Rhône. De nombreux hôpitaux de notre secteur sont en lutte pour demander les moyens dont nous avons cruellement besoins.

Les 50 millions annoncés par la ministre de la santé sont des miettes saupoudrées pour donner le change. Le 21 mars est une journée nationale de grève et de lutte, dans le cadre du printemps de la psychiatrie, à l’appel de nombreux hôpitaux, syndicats, associations, mouvements et partis politiques…

Nous n’acceptons plus les suppressions de postes, les fermetures de structures de soins, l’engorgement des urgences, les délais d’attente inacceptable car le secteur est saturé, les pressions institutionnelles quotidiennes sur les équipes et les patients

pour libérer des lits coûte que coûte.

  1. Le Vinatier est en grève reconductible depuis le 4 février 2019. Après avoir subi environ 6 millions d’économies en 3 ans avec des fermetures d’unités et de foyers, des suppressions de postes… La nouvelle direction annonce un plan d’économies de 10 millions sur 5 ans.

    10 millions d’économies c’est l’équivalent de centaines de postes supprimés, entre 3 à 6 unités fermées et le risque d’une remise en cause des 35h.
  1. A Saint-Cyr au Mont d’Or, le manque désorganise progressivement : de moins en moins de médecins, des dispositifs qui sont fermés ou mis en sommeil tant du côté des adultes que celui des enfants.
  1. A Saint-Jean de Dieu, après avoir restructuré et/ou fermé différents services depuis 2 ans, quasi suprimé les postes ASH, supprimé le 11ème poste infirmier, passant outre l’avis des instances du personnel. La direction a annoncé fin février, sans concertation, la

    fermeture de 11 lits d’accueil et d’orientation (dont une chambre de soins intensifs) au 1er avril 2019. Ceci dans un contexte de sur-occupation quasi constante de l’hôpital avec des couchettes installées dans les services. De plus une trentaine de patients ne trouvent

    pas de solution de sortie depuis des années.

De nombreux patients et leurs familles se retrouvent livrés à eux même et en danger.

Les personnels souffrent de cette situation : perte de sens, impossibilité de travailler correctement, sentiment de maltraitance, d’impuissance et de dévalorisation, fatigue, épuisement, intensification du travail, manque de moyens et de personnel…

NOUS DISONS STOP !!!!!!!

Usagers, Professionnels public/privé, défendons ensemble la psychiatrie !

LA PSYCHIATRIE N’EST PAS UNE VULGAIRE MARCHANDISE, L’HUMAIN N’A PAS DE PRIX !

Retrouvons-nous en nombre afin de dénoncer le démantèlement de notre système de soins, les conséquences des politiques d’austérité et des coupes budgétaires sur les hôpitaux psychiatriques, afin de défendre la qualité des soins aux patients et

notre mission première de service public.

Le 21 mars 2019, rassemblons-nous de 11h00 à 14h00 devant l’ARS

( 241 Rue Garibaldi, 69003 Lyon – métro Garibaldi )

Nous exigerons qu’une délégations soit reçue.