#

Eric Zemmour vient d’être reconnu coupable, pour la troisième fois, d’injure publique et provocation à la haine. Lors de la convention de la droite, Éric Zemmour avait tenu des propos ISLAMOPHOBES, c’est-à-dire des propos incitant à la haine de personnes en raison de leurs convictions religieuses musulmanes.

Oui, l’islamophobie est un DÉLIT. Va-t-on continuer à donner la parole à un délinquant multirécidiviste ?

Bien que la sanction soit très légère, compte tenu des antécédents, le CCIF salue la PUBLICATION JUDICIAIRE qui doit en découler : Éric Zemmour est tenu de publier à ses frais sa condamnation sur les pages d’accueil de CNEWS et LCI, et de publier le communiqué judiciaire dans le FIGARO, LE MONDE et LIBÉRATION.

Malgré tout, le CCIF estime que cette condamnation est largement insuffisante compte tenu de la gravité des faits. Derrière Éric Zemmour, c’est tout un appareil médiatique qui est en jeu lorsqu’il est question de banaliser l’islamophobie, puisque sa parole est maintenue et défendue par certaines rédactions, malgré les condamnations. Il est nécessaire que la responsabilité de ces propos soient pesés avec justice, dans une période où se cachent derrière la « liberté d’expression » les pires déclarations à caractère raciste.

Celles et ceux qui soutiennent Éric Zemmour, parfois de manière frontale (en l’érigeant en homme de l’année), parfois à demi-mots, continueront-ils de prétendre que Zemmour émet une « opinion » ? Ces mêmes personnes qui se plaignent « qu’on ne peut plus rien dire » doivent aujourd’hui reconnaitre qu’il est temps de prendre conscience de la dérive fasciste qui s’ouvre avec la banalisation de propos comme ceux d’Éric Zemmour.

Le CCIF encourage également le président Emmanuel Macron à prendre en considération cette décision, de manière solennelle, quitte à appeler à nouveau Éric Zemmour pour lui exprimer la gravité de son discours.

Eric Zemmour est un citoyen qui VIOLE LA LOI FRANÇAISE et s’en moque totalement (en témoigne son absence au tribunal). Que cela soit écrit partout, et toutes les personnes qui soutiennent ses thèses sont contre les lois de notre pays. Il est temps de prendre de réelles dispositions pour que cela ne se reproduise plus. Il est temps que ce type de propos soient condamnés avec des sanctions fermes et exemplaires.

Le CCIF observera donc avec grande attention la réaction des soutiens de Zemmour et des médias qui portent, sans aucune honte, sa parole au quotidien.

Nous remercions nos partenaires de la plateforme antiraciste (la BAN, le CRAN, l’UJFP, la Voix des Rroms) ainsi que nos adhérents pour leur soutien.

Nous appelons également tout le monde à renforcer la lutte contre l’islamophobie, car le combat est malheureusement encore long.