Cagnotte

Nice, Jeudi 9 mai 2019, jour de grĂšve unitaire dans la Fonction Publique, 4 militant-es de la FSU et de l’Union Syndicale Solidaires (Alec, Danny, Delphine et Olivier) ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©-es (et de maniĂšre violente pour l’un d’entre eux). La raison : avoir lancĂ© lors de la manifestation un slogan qui reprĂ©senterait un “outrage” aux forces de l’ordre (slogan qui, jusque-lĂ , n’avait pas suscitĂ© la moindre rĂ©action). Il semble bien qu’il s’agissait en rĂ©alitĂ© d’un prĂ©texte de la part des membres du syndicat policier d’extrĂȘme droite Alliance, pour pouvoir faire procĂ©der Ă  l’arrestation de certaines des personnes s’étant opposĂ©es Ă  leur prĂ©sence ce jour-lĂ . Ils les avaient d’ailleurs suivies de maniĂšre volontaire et provocatrice pendant la manifestation, attendant la moindre opportunitĂ©.

Comme Ă  Rennes ou Ă  Lille, les attaques sournoises et arbitraires du syndicat Alliance ont encore sĂ©vi, remettant une fois de plus en cause la libertĂ© d’expression.

Un procĂšs aura lieu le 19 dĂ©cembre, et nous vous y attendons nombreu-ses-x. Par ailleurs, nous lançons cette cagnotte pour celles et ceux qui souhaiteraient Ă©galement soutenir les 4 militant-es niçois-es dans leurs frais de justice. Nous vous remercions par avance.”

Une cagnotte a Ă©tĂ© ouverte pour aider nos camarades Ă  payer les frais de justice :

https://www.gofundme.com/f/pour-la-liberte-de-manifester-et-de-s039exprimer?utm_medium=email&utm_source=product&utm_campaign=p_email%2Bhtml_summary_donations

Vous pouvez aussi, si vous prĂ©fĂ©rez, envoyer vos chĂšques Ă  l’ordre de la Ligue des Droits de l’Homme Ă  l’adresse suivante :

LDH section de Nice, 12 ter place Garibaldi, 06300 Nice.

SpĂ©cifier au dos “pour la libertĂ© de s’exprimer et de manifester”

Communiqué de la LDH du 12/05

Nice, jeudi 9 mai 2019, jour de grĂšve unitaire dans la Fonction Publique, 4 militant.e.s de la FSU et de SUD – Solidaires (Alec, Danny, Delphine et Olivier) ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©.e.s, de maniĂšre trĂšs violente pour l’un d’entre eux, et mis.e.s 24h en garde Ă  vue.

La raison ? Ben en fait il n’y en avait pas mais les membres du syndicat policier d’extrĂȘme droite Alliance n’ont pas apprĂ©ciĂ© leur opposition Ă  leur prĂ©sence ce jour-lĂ .

Ils les avaient d’ailleurs suivi.e.s de maniĂšre volontaire et provocatrice pendant la manifestation, attendant la moindre opportunitĂ©, qui ne s’est pas prĂ©sentĂ©e… Ils les ont donc arrĂȘtĂ©.e.s en fin de manifestation, place Garibaldi.

Comme Ă  Rennes ou Ă  Lille, les attaques sournoises et arbitraires du syndicat Alliance ont encore sĂ©vi, remettant une fois de plus en cause la libertĂ© d’expression.


Article publié le 25 Sep 2019 sur Solidaires.org