Mai 30, 2022
Par Le Numéro Zéro
223 visites

La Quadrature du Net nous invite Ă  rejoindre leur plainte collective contre la Technopolice, dĂ©posĂ©e auprĂšs de la CNIL. C’est gratuit et sans risque juridique, La Quadrature du Net prenant Ă  sa charge tous les frais. Ici argumentaire et espace de signature

La vidĂ©osurveillance et les techniques de pistage automatisĂ©es (permanentes, mettant en lien la reconnaissance faciale avec des fichiers de profilage des individus) ne concernent pas que la Chine du crĂ©dit social et des OuĂŻghours du Xinjiang (bien prĂ©sentĂ©e dans ce documentaire Tous surveillĂ©s, 7 milliards de suspects , elles s’installent chez nous !

DĂ©jĂ , nombre de camĂ©ras sont dĂ©ployĂ©es dans nos villes : 255 dans l’agglomĂ©ration roannaise (100 000 hab), 394 Ă  Saint-Étienne intra-muros (plan, que vous pouvez aider Ă  complĂ©ter ici, pour 171 000 hab), 150 Ă  Saint Chamond (35 000 hab), 140 Ă  Firminy et alentours (17 000 hab), pour ne citer que les plus grandes.

Partout dans nos campagnes

Car, mĂȘme dans la campagne, on s’équipe en masse, comme l’expliquait fort bien le documentaire Fliquez-vous les uns les autres (extrait, la vidĂ©o totale n’est plus visible !) ou cet article du site Sciences critiques.

La loi SĂ©curitĂ© globale a d’ailleurs permis d’étendre la possibilitĂ© de systĂšmes de vidĂ©osurveillance Ă  l’échelle des dĂ©partements, ce qui peut se voir dans le Val d’Oise et s’amorce dans la Loire avec le rĂ©seau ROC42 (crĂ©Ă© par le conseil dĂ©partemental et le SIEL : il y aurait dĂ©jĂ  93 communes connectĂ©es, ce rĂ©seau n’est cependant pas limitĂ© Ă  la vidĂ©osurveillance).

Les budgets consacrĂ©s Ă  ces dispositifs sont dĂ©mentiels, en matĂ©riels comme en servants dans les centres de supervision (mur d’écran, qui permet de suivre automatiquement un individu Ă  travers la ville, de le signaler comme suspect, de faire de la vidĂ©overbalisation
). Ainsi, Ă  Saint Etienne, ce sont 14 personnes qui, Ă  temps plein, sont affectĂ©es Ă  ces tĂąches.

Reconnaissance faciale algorithmique…

La loi limite actuellement l’usage de ces camĂ©ras qui ne peuvent pas faire de reconnaissance faciale en lien avec un fichier de police (type TAJ, qui fichait en 2018 19 millions de Français, et TES, qui stocke le visage de toute personne demandant un passeport ou une carte d’identitĂ©).

Moirans, petite commune de l’IsĂšre (8 000 hab), a cependant dĂ©jĂ  dĂ©ployĂ© un dispositif qui en relĂšve, et est Ă  ce titre poursuivie par La Quadrature du Net.

Ne restait donc qu’un dispositif lĂ©gal Ă  mettre en place pour contourner cette interdiction, ce que s’est empressĂ© de proposer le dĂ©putĂ© LREM de la Loire, Jean-Michel Mis (nous l’avions empĂȘchĂ© de tenir une rĂ©union de propagande sur le sujet en janvier 2020 !). Il a commis un rapport au 1er ministre en septembre dernier, intitulĂ© Pour un usage responsable et ACCEPTABLE des technologies de sĂ©curitĂ©, en vue des JO de 2024, oĂč il prĂ©conise l’imposition de cette technologie par des expĂ©rimentations, donc sans aucun contrĂŽle. IdĂ©e reprise par des sĂ©nateurs, qui proposent des expĂ©rimentations locales de 3 ans


La suite sur notre site Halte au contrÎle numérique.




Source: Lenumerozero.info