Janvier 25, 2022
Par Rennes Info
165 visites


Rennes, le 25 janvier 2022

Si, selon les statistiques, le chômage baisse, la charge de travail des agent·es de Pôle emploi augmente
sans cesse. Les agent·es de Pôle emploi sont épuisé·es. Travailler sous pression est devenu la norme.

Ça suffit, la coupe est pleine ! Les plans d’actions s’amoncellent, se succèdent sans cohérence, au
mépris de nos missions et des usagers.ères et s’ajoutent les uns aux autres sans hiérarchisation :
contacter individuellement toutes les demandeuses et tous les demandeurs d’emploi de Longue
Durée en un temps record ; remplir coûte que coûte les sessions de formation ; mettre en place le
nouveau Contrat Engagement Jeunes ; renforcer drastiquement le Contrôle de la Recherche
d’Emploi ; trouver des candidat-es pour des postes peu attractifs et souvent mal payés ; à cela
s’ajoute pour les collègues indemnisation l’arrivée de la/du conseiller-e référent-e qui « complexifie »
leur travail… Alors même que les nouvelles règles de l’Assurance Chômage, accentuent la précarité,
en particulier des plus jeunes. Tout est urgent, tout doit être fait, quoi qu’il en coûte !

Tou·tes les agent·es de Pôle emploi, à tous les niveaux de la hiérarchie, sont sous pression et
souffrent d’une perte de sens de leur travail.

La ministre du travail, le directeur général nous félicitent d’être impliqué·es pour assurer les
missions de Pôle emploi pendant la crise sanitaire (ce qui est vrai : demandeuses, demandeurs
d’emploi et entreprises expriment un taux de satisfaction de plus de 80 % vis-à-vis de nos services)… Mais
cela ne se traduit pas sur la feuille de paie, alors que les hausses de prix se succèdent : énergie,
carburants, logement… Comment y faire face quand nos salaires et traitements stagnent depuis
plusieurs années alors que l’inflation « galope » ?

Aujourd’hui, bon nombre des agent·es de Pôle emploi est éligible à la prime d’inflation, alors
qu’ils sont recruté·es à bac+2 minimum ! La proportion du nombre de salarié·es avec de faibles
salaires et traitements est de plus en plus élevée. 30263 agent-es, sur plus de 55000, peuvent
prétendre à la prime d’inflation et/ou prime d’activité.

Il est urgent de :

- Redonner du sens à notre travail pour améliorer la qualité du service au public ;

- Stopper la dégradation de nos conditions de travail ;

- Revaloriser les salaires et traitements des agent·es.

A l’appel de nos organisations syndicales présentes à Pôle
emploi Bretagne, pour être entendu·es, nous serons en grève
le mardi 1er février 2022.

CFDT : 06 62 81 63 76 – CFTC : 06 66 36 44 88 – CGT : 06 86 96 18 13 – FO : 06 70 93 10 32
SNAP : 06 62 65 19 68 – SNU-FSU : 06 62 74 40 53 – SUD : 06 18 51 78 08




Source: Rennes-info.org