Une semaine pour parler, échanger, cons­truire nos pro­pres répon­ses face à la répres­sion. Rompre l’iso­le­ment des inculpé.e.s. Rendre visi­ble la répres­sion pour s’orga­ni­ser effi­ca­ce­ment face à elle. Faire de la soli­da­rité contre la répres­sion un moment de la lutte et pas un espace en dehors du mou­ve­ment social. Une semaine de moments divers, d’ate­liers, de débats, de pro­jec­tions, de bouf­fes de sou­tiens… pour penser ensem­ble quatre temps forts de la répres­sion : le rap­port à la police, la garde à vue, le procès, la prison et les peines.




Source: