Novembre 26, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
181 visites


Le 24 novembre, 31 personnes sont mortes dans la Manche. Ces personnes étaient des réfugié·es. Nos pensées vont à leurs proches.

Et aujourd’hui nous devrions toustes nous recueillir face à cette tragédie. Mais nous n’avons pas le temps de pleurer nos frères et sœurs, nous devons supporter d’entendre leurs assassins se pavaner sur toutes les chaînes de télé.

L’horreur au-delà de la mort de ces hommes et de ces femmes, c’est un ministre qui accuse « les passeurs ». Mais ce n’est pas les passeurs qui poussent des humains sur des zodiacs par 0 degré. Les responsables c’est ceux et celles qui signent les accords du Touquet, qui militarisent pour des millions d’euros les frontières, qui lacèrent des tentes et qui expulsent des camps en plein hiver.

Nous n’avons rien à attendre de ceux qui nous dirigent, mais les voir parler de drame de l’immigration c’est obscène. Macron, Darmanin, Boris Johnson, et les autres considèrent les réfugié·es comme des pions dans leur jeu géopolitique. Il faut le dire clairement : ce sont des assassins. Ils ont du sang sur les mains, celui des 31 noyé·es du 24 novembre, celui des milliers de mort·es en Méditerranée, celui des personnes coincées dans le froid à la frontière polonaise.

Nous réclamons la liberté de circulation et d’installation et, immédiatement, des papiers pour toustes




Source: Unioncommunistelibertaire.org