13 février 2018 / par le Comité National palestinien de Boycott, Désinvestissement et Sanctions / Inde

 

Alors que le procès d’Ahed Tamimi, adolescente palestinienne qui subit une injuste détention dans une prison israélienne, s’ouvre aujourd’hui, d’importantes organisations du mouvement des femmes indiennes, représentant plus de 10 millions d’Indiennes, exigent sa libération ainsi que celle de tous les enfants palestiniens prisonniers. Ces organisations ont aussi pris en compte l’appel des Palestiniens à soutenir le mouvement BDS comme la forme la plus efficace de solidarité avec Ahed et les autres enfants prisonniers.

Le mouvement BDS est un mouvement pacifique mondial de défense des droits de l’Homme qui encourage l’utilisation du boycott économique et culturel pour mettre fin aux violations insignes des droits fondamentaux des Palestiniens et du droit international par Israël. Il s’inspire de l’utilisation, par des mouvements antérieurs, de boycotts politiques pour la liberté, la justice et l’égalité, dont le mouvement anti-apartheid sud africain, le mouvement américain pour les Droits Civiques et le mouvement en Inde pour l’indépendance et la sortie de la domination coloniale.

La libération d’Ahed Tamimi a également été réclamée par d’importantes organisations de défense des droits de l’Homme comme Amnesty International et, dans une récente déclaration, par d’éminentes personnalités et des militants de « Défenseurs du Rêve » aux États Unis.

Majida Masri a remercié le mouvement des femmes indiennes au nom du Comité National BDS (BNC) qui représente la plus large coalition dans la société civile palestinienne et dirige le mouvement BDS pour les droits des Palestiniens. Masri fait aussi partie de la Campagne des Femmes pour le Boycott d’Israël. Elle a dit :

« Nous Palestiniens saluons la solidarité de principe des plus importantes organisations de femmes avec Ahed Tamimi, tous les enfants palestiniens emprisonnés dans les prisons israéliennes et notre mouvement BDS pour la liberté, la justice et l’égalité. Cette dernière expression de solidarité de la part des femmes indiennes est en conformité avec le noble héritage de soutien des Indiens à notre lutte non violente anti-coloniale palestinienne. Aux côtés des millions de personnes qui en Inde appellent à mettre fin aux liens profonds entre les gouvernements indien et israélien, nous pouvons mettre fin à la complicité de l’Inde avec les décennies de vol de la terre palestinienne, de colonialisme, d’occupation militaire et d’apartheid par Israël. »

Le mouvement des femmes en Inde a affirmé que leurs propres combats contre le patriarcat, les castes, les classes, les divisions religieuses et la militarisation constituent la base de leur solidarité avec les femmes palestiniennes. D’accord avec leurs homologues palestiniennes, elles répètent que la justice est toujours une question féministe. Leur déclaration dit :

« Nous, soussignées, exigeons la libération immédiate d’Ahed Tamimi et de tous les enfants prisonniers palestiniens. Nous estimons par ailleurs que la meilleure façon de soutenir la quête de justice, de liberté et d’égalité, c’est de soutenir le mouvement BDS.

L’impunité d’Israël est construite sur la collaboration de régimes corrompus et elle sera défaite par l’union des luttes populaires à travers le monde. Les Palestiniens nous conduisent par l’exemple. Nous devons donner vie à notre solidarité sous forme d’actions BDS concrètes et efficaces.

Les boycotts ont été une part essentielle de notre lutte contre le colonialisme, ils ont fait s’effondrer le régime d’apartheid sud africain et ils vont briser les reins de la colonisation, de l’occupation et de l’apartheid israéliens.

Nous restons vigilants, réclamant justice pour Ahed. Nous exhortons les mouvements des femmes et autres mouvements populaires en Inde et à travers le monde à faire de même. Alors qu’Ahed affronte les prisons israéliennes, nous devons lui envoyer un vibrant message de soutien et d’amour. Que ce message soit un message de résistance, de pouvoir du peuple et de BDS. »

 

Note aux rédacteurs :

La longue histoire de solidarité de l’Inde avec la Palestine se traduit de plus en plus dans le soutien croissant des Indiens au mouvement BDS pour les droits des Palestiniens.

* La récente visite du premier ministre israélien Benjamin Hetanyahu s’est heurtée à des manifestations dans diverses villes indiennes, dont New Delhi et Bombay.

* Le mouvement des femmes indiennes fort de 10 millions de personnes a rejoint les 16 millions de fermiers et travailleurs agricoles indiens représentés par All India Kisan Sabha (AIKS) dans leur soutien au mouvement BDS pour les droits des Palestiniens. AIKS a annoncé son soutien au mouvement BDS en octobre 2017, se décidant à documenter et à résister à la prise de contrôle de l’agriculture indienne par des sociétés israéliennes qui sape les intérêts des fermiers indiens et finance l’occupation militaire et l’apartheid israéliens en Palestine.

* En 2017, La Queer Pride de Delhi et le forum de Conversations Queer en Inde se sont engagés à mettre en évidence et à résister aux campagnes de propagande sponsorisées par le gouvernement israélien pour faire un usage cynique de la culture LGBTQI afin de masquer, ou « peindre en rose », sa violence continue contre le peuple palestinien.

Le Comité National BS palestinien (BNC) est la plus large coalition de la société civile palestinienne. Il dirige et soutient le mouvement mondial e Boycott, Désinvestissement et Sanctions pour les droits des Palestiniens.

Source: BDS Movement

Traduction : J. Ch. pour BDS France

 

Source: http://www.bdsfrance.org/plus-de-10-millions-dindiennes-exigent-la-liberation-dahed-tamimi-et-soutiennent-bds/ -