Depuis le 2 juin 2020, notre camarade Mohamed Bounab a décidé d’entamer une grève de la faim pour dénoncer les conditions de travail délétères sur le site de la plate-forme colis de Cavaillon.
En 2016, la manipulation de colis hors normes a provoqué des douleurs à l’épaule à notre collègue ses plaintes auprès de ses supérieurs hiérarchiques n’ont pas été entendues et ces manipulations lui ont provoqué une rupture de la coiffe des rotateurs ayant eu pour conséquence une intervention chirurgicale et un arrêt de dix mois. De fait, Monsieur Bounab, considéré comme personne vulnérable pendant cette crise de COVID-19 a été mis en « Autorisations Spéciale d’Absence » (ASA), puis mis en congé maladie sans information préalable : cette situation lui a fait perdre 400 €sur son salaire du mois de mai. Aujourd’hui, il a été affecté sur « le chantier de la réparation de pa-
quets » nécessitant la manipulation de colis lourds et ce malgré ses antécédents médicaux résultant de ce même type de travail.
Une décision prise par sa hiérarchie qui n’a pas tenu compte de l’aptitude donnée par la médecine de prévention aux fonctions « d’encodage, tractoriste et zone ».
LES RECOMMANDATIONS DU MEDECIN DE PREVENTION ONT ÉTÉ IGNOREES !!! Là est l’origine des problèmes graves que doit affronter notre camarade.
Dans le cadre de la crise sanitaire liée de coronavirus (Covid -19), les rythmes de travail ont été changés intensifiant la pénibilité ; la charge de travail autrefois lissée sur 6 jours du lundi au samedi sur différentes brigades l’est à présent sur 5 jours du lundi au vendredi. La Plateforme colis de Cavaillon tourne à plein régime. Le trafic, compa-
rable à une période noël et en constante augmentation, est saturé. Plus les semaines passent plus les vacations à effectuer sont d’une pénibilité croissante pour le personnel.
Le manque de concertation, des décisions arbitraires, le mépris du personnel, le non – respect des règles de fonctionnement des instances représentatives ont mis et mettent en danger la santé du personnel de cette plateforme. Mohamed est une victime d’un système managérial qui obéit aux seules règles de la productivité.
Nous exigeons l’application immédiate des prescriptions du médecin de prévention et l’affectation de M. Bounab sur un poste de travail adapté.


Article publié le 10 Juin 2020 sur Cnt-f.org