Partagez cet article

Solidaires
93 reste attentif et vous informera de la mise en
Ɠuvre
de ces mesures dĂšs que les dĂ©crets seront parus ! 

Le
premier ministre Jean Castex Ă©tait
en visite le vendredi 25 septembre dans le département presque un an
aprÚs son prédécesseur. Il y
a fait des
annonces sur la mise en Ɠuvre des « 23 mesures pour la
Seine-Saint-Denis Â».

Le
93 mĂ©rite mieux qu’un cirque mĂ©diatique

En
octobre 2019, Édouard
Philippe dévoilait devant une armée de caméras un plan de 23
mesures pour les services publics du département, dont une mesure
phare mĂ©diatiquement : une prime de 10 000 euros pour fidĂ©liser
les fonctionnaires qui resteraient cinq ans en poste. Force est de
constater onze mois plus tard que presqu’aucune de ces mesures n’a
Ă©tĂ© appliquĂ©e, mais qu’un deuxiĂšme tour de piste est en marche
sans qu’aucun texte n’ait Ă©tĂ© transmis aux organisations
syndicales qui découvrent le contenu du décret par voie de presse.
La Seine-Saint-Denis n’est pas une estrade sur laquelle venir se
pavaner. La population et les agent·es du département vivent et
travaillent dans des conditions difficiles. Les successions
d’annonces mĂ©diatiques sans aucune mesures concrĂšte ne rĂ©pondent
en rien aux besoins.
TrĂȘve
de gesticulations et de beaux discours : il faut des actes et
des moyens !

Fonctionnaires
pas mercenaires

Des
moyens, il en manque cruellement.

Si
les agent·es des services publics séquanodyonisiens bénéficiaient
de moyens suffisants pour assurer leurs missions, le turn-over serait
sans doute moins important.
Si
les salaires permettaient de se loger en Île-de-France, le turn-over
serait sans doute moins important.
Si
du sens Ă©tait rendu aux missions, le turn-over serait sans doute
moins important.

Dix-mille
euros, c’est un beau chiffre rond pour faire la Une des mĂ©dias.
Mais dix-mille euros sur cinq ans, cela revient Ă  166 euros par
mois. Des dispositifs existent déjà pour reconnaßtre la difficulté
particuliÚre des missions, comme la NBI, qui est versée
mensuellement. Cette prime, qui pourrait ĂȘtre Ă©tendue Ă  d’autres
catĂ©gories de personnel ( ?), prĂ©sente l’avantage de ne pas
ĂȘtre limitĂ©e Ă  une durĂ©e de cinq ans.

Surtout,
ce gouvernement ne rĂ©flĂ©chit qu’en terme de primes qui mettent en
concurrence les personnels, ne bĂ©nĂ©ficient qu’à une minoritĂ© et
ne comptent pas dans le calcul des pensions de retraites. PlutĂŽt que
des primes, il faut augmenter les salaires, gelés depuis plus de 10
ans.

La
montagne accouche d’une souris

Enfin,
ce plan est particuliĂšrement restreint et exclu des pans entiers de
la Fonction publique, à commencer par les agent·es de la Fonction
publique hospitaliÚre, déjà en premiÚre ligne bien avant que la
crise sanitaire n’éclate.

Solidaires
93 revendique :

  • un
    plan d’urgence de 4 milliards d’euros pour les services publics
    en Seine-Saint-Denis
    (création
    de postes et de structures de proximité)
  • la
    titularisation des contractuel·les s sans conditions de concours ni
    de nationalité

Pour nous contacter : contact@solidaires93.org

Partagez cet article

Article publié le 02 Oct 2020 sur Solidaires.org