Janvier 23, 2018
Par Le Poing
238 visites


Cortège lycéen et étudiant lors de la manifestation du 31 mars 2016 contre la loi travail

Montpellier Poing Info, le 23 janvier 2018 – La mise en place du plan étudiants et de la sélection à l’université pourrait finalement s’annoncer plus difficile que prévu pour le gouvernement Macron. Dans une tribune commune signée le 16 janvier dernier, les syndicats lycéens, étudiants(1) et universitaires appellent en effet « les lycéen·nes, les étudiant·es et les personnels des universités et des lycées à se réunir en assemblée générale et à se mobiliser le jeudi 1er février 2018, sous toutes les formes décidées collectivement, y compris par la grève, pour alerter sur les dangers des réformes en cours ». À Montpellier, les syndicats SUD Lycéen, SUD Éducation et Solidaires Étudiant·e·s appellent à une assemblée générale le 1er février à 10h dans l’amphi C de l’université Paul Valéry, suivie d’une manifestation qui partira à 13h de la faculté pour aller dans l’Écusson.

En lutte contre l’université startup

Les syndicats montpelliérains dénoncent « la disparition de la licence et la mise en place d’un système à l’américaine où la compensation entre les matières n’existera plus, avec une augmentation des frais d’inscription et la signature d’un contrat entre l’étudiant·e et l’université »(2). Le plan étudiant prévoit en effet de modifier radicalement le parcours de licence. Jusque-là, les licences se faisaient en trois ans mais désormais, elles pourront se faire en deux, trois ou quatre ans, selon les ressources de l’étudiant, ce qui induit une inégalité des formations, puisque le diplôme acquis en deux ans aura forcément une valeur inférieure à celui acquis en trois ou quatre ans. Selon Solidaires Étudiant·e·s Montpellier, le but de cette réforme est « de détruire LA licence et de créer DES licences. L’étudiant·e aura donc le choix (moyennant ses finances) entre des licences “d’excellence” permettant d’accéder à un bac +5 et +8, des licences dites “professionnalisantes” envoyant directement l’étudiant-e sur le marché du travail et des licences de bric et de broc qui permettront au gouvernement d’affirmer que l’enseignement supérieur continuera à être accessible à tou·te·s. »(3) La mobilisation de la jeunesse parviendra-t-elle à mettre un terme aux ambitions de Macron ? Réponse dans la rue le 1er février.

Notes :

(1) Tribune signée par la FERC CGT, la FNEC FP – FO, la FSU, la SGL, Solidaires Étudiant·e·s, la Fédération SUD Education, l’UNEF, l’UNL, l’UNL SD.
(2) Citation extraite de la page facebook de la manifestation.
(3) Retrouvez le texte complet du texte de Solidaires Étudiant·e·s Montpellier sur leur site internet.

Pour en savoir plus sur le plan étudiants et la sélection à l’université :

« Plan étudiants : comme le Medef, Macron veut des étudiants 100% citoyens et employables », Le Poing, 24 novembre 2017

Pour en savoir plus sur le mouvement lycéen et étudiant à Montpellier :

« Création du syndicat Sud Lycéens à Montpellier », Le Poing, 10 décembre 2017
– « Casserolade contre la venue de la ministre de l’enseignement supérieur, des étudiants expulsés », Le Poing, 12 octobre 2017
– « Le conseil d’administration de l’université Paul Valéry occupé par les sans-fac », Le Poing, 26 septembre 2017
– « Le président de l’université Paul Valéry fait pression sur les étudiants pour les dissuader de lutter », Le Poing, 14 septembre 2017

 

 

 

 

 

 

 




Source: