Mais les trucs qui changent pas :

Il y a plein de livres à emprunter, de brochures à venir prendre à prix libre/gratuit, on a des tisanes, des gâteaux, et puis hésite pas à venir chiller, proposer des discussions ou ateliers, et encore plein d’autres choses !

Mardi 7 juin à 17h : Lecture discussion “Contre l’innocence”

Samedi 11 juin 14­/18h : Atelier sur l’estime de soi 1

Mardi 14 juin à 17h Lecture discussion “Se défendre”

Mardi 21 juin 17h : Discussion sur le soutien

Mercredi 22 juin 18h30 : Projection du film “Guang”

Vendredi 24 juin 16/­20h : Atelier sur l’estime de soi 2

Mardi 28 juin 17h : Discussion autour de l’amitié

Mercredi 29 juin 18h30 : Lecture “Livre noir du colonialisme”

Mardi 7 juin à 17h – En mixité

« Contre l’innocence »


On propose de lire ensemble des bouts du chapitre 6 “contre l’innocence, race, genre et politique du safe” du livre de Jackie Wang, _Capitalisme carcéral_, traduit et édité en français en 2019. Cette brochure parle, en gros, de violences policières, de violences sexuelles, des amalgames entre noirs/arabes, pauvres, masculins et violences/agressions. Elle questionne aussi nos conceptions de l’innocence, du safe, et les portées politiques que ces conceptions ont, leur impact sur des perspectives révolutionnaires. On lira les bouts qui nous parlent, et on pourra ensuite discuter de ce qu’on en pense, critiquer, en garder des aspects à emporter dans nos collectifs. Le chapitre est disponible en pdf sur internet si t’as envie de le lire avant.

Mardi 14 à 17h – En mixité sans mecs cis hétéros

Lecture collective du chapitre ” Autodéfense et politique de la rage” extrait du livre “Se défendre” de Elsa Dorlin,

Ça parle, vous l’aurez compris, d’autodéfense face aux oppressions, mais aussi des problématiques liée à la notion d’espace “safe” ainsi que des condition sociales et matérielles qui favorisent,ou non, une réponse violente à l’agression, de la part de la personne agressée.

Mardi 21 à 17h – En mixité

Discussion autour des positions de soutien et personne soutenue,


en particulier dans un contexte où on traverse de manière ponctuelle ou permanente des états émotionnels, psychiques pas simple, intense ou vu comme pas normal.

C’est quoi les dynamiques, rôles et comportement pas chouettes /merdiques qui peuvent se mettre en place dans ce genre de relation (dépendance, paternalisme, culpabilisation…)

Plusieurs chapitres du livre Paillettes toxiques et sérum phy peuvent nous donner des billes sur ces questions là (entre autre « soutien/sauveureuse » et « la victimisation peut donner du pouvoir ». si vous avez d’autres ressources hésitez pas à amener !

Mercredi 22 à 18h30 – En mixité

Projection du film « Guang », de Shio Chuan Quek, en VOSTFR (Malaisie)


Une inspiration d’enfant pousse un homme autiste dans une quête pour collectionner des objets délicats. Sa quête nous emmène dans son quotidien, entre un frère aimant mais prisonnier de sa situation et la difficulté de trouver un emploi.

Ramène des trucs à grignoter 🙂

Mardi 28 à 17h – En mixité

Discussion autour de l’amitié


C’est quoi être pote, être ami.e ? Est-ce que c’est possible de définir l’amitié, d’en dessiner les contours ? est-ce qu’on a envie de faire cette définition ? Et pourquoi cette opposition amour/amitié, quelles limites elle pose, quel impact elle a eu sur nos relations passées ? On discutera de ce que ça veut dire “amitié” pour chacun.e de nous, on pourra écouter des bouts de l’émission de radio “dégenrées” qui ont fait 2 volets sur le sujet (pareil hésite pas à les écouter avant si tu veux).

Mercredi 29 à 18h30 – En mixité

Lectures d’articles venant de : « Le livre noir du colonialisme. XVIè-XXIè : de l’extermination à la repentance ».


Il y a beaucoup d’articles, on pourra choisir entre différentes thématiques, par exemple : « L’extermination des indiens d’Amérique du Nord », « Haẗi, de l’hégémonie française à l’impérialisme américain », « Afrique centrale le temps des massacres »…

Ateliers sur l’estime de soi (sur inscription, 13 places) ­ En mixité

Atelier 1 : samedi 11 juin 14­-18h

Atelier 2 : vendredi 24 juin 16­-20h ­ Consentement et vie affective (il faut avoir fait le premier avant)

Atelier 1 :

Je vous propose un atelier pour rebooster l’estime de soi.

Tu te sens isolé.e ? T’as besoin d’un moment pour faire le point ? Tu trouve que ce que tu fais est nul ? Tu te

sens nul.le ? T’es tout.e pété.e ? T’es tout.e fucké.e ?

Atelier 2 :

En gros l’idée c’est qu’il faut d’abord s’aimer soi même pour pouvoir relationner avec d’autres. Donc après un temps d’introspection on passera aux rapports avec les autres, aux interractions dans nos relations / vies affectives, on parlera entre autre de comment poser ses limites et écouter celles des autres. (une description plus détaillée de l’atelier sera dispo un peu plus tard)

Pour les deux sessions il y aura des courts moments en grand groupe de discussion. Il y aura des temps de réflexion seul.e, des petits exercices, des temps d’écoute collective, des temps de discussion en petit groupe… et des pauses.

Je suis militantx trans­feministe, mais aussi une personne trans, blanche et psychiatriséx, j’ai construit cet atelier à partir de trucs qui, m’ont fait/me font du bien dans mon parcours pour aller mieux.

J’ai mixé plein d’influences différentes et monté cet atelier avec des petits exercices qu’on m’a donné, que je me suis trouvé, que je vous ai monté de toute pièce !

Si un moment de l’atelier ne te parle pas, c’est possible de se mettre sur le côté (il y aura un coin chill) en attendant la suite. Sur l’animation je vais essayer au mieux de m’adapter aux attentes du groupe.

////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de la mixité au Placard Brûle :

Depuis qu’on a repris le placard brûle en janvier 2021, toutes les permanences et discussions sont en mixité choisie sans mecs cis hétéros. À partir de juin, on a envie que ça change. On a décidé d’enlever la mixité choisie systématique du placard brûle.

Déjà, on veut réappuyer le fait que le placard brûle porte une position d’autodétermination et se veut un lieu ouvert et invitant pour les personnes qui sont en questionnement sur des orientations (a)sexuelles et de genre et/ou qui n’auraient pas les attributs “qui font bien” pour se sentir légitime (et être légitimé.e) à quitter/explorer autre chose que ce que la norme nous impose. On veut exploser le patriarcat et ses prisons, pas les reproduire ! Toutes déviances et informités bienvenues !

Nous défendons l’intérêt d’espaces pour réfléchir, s’organiser, se faire du bien et se donner de la force entre personnes ciblées par des mêmes oppressions. C’est pourquoi certains événements seront annoncés dans des mixités choisies spécifiques, suivant les cas et les thématiques proposées.

Par ailleurs, nous souhaitons remettre en question l’évidence de la mixité choisie pour toutes les activités.

Nous ne croyons pas aux « espaces safes » (ou protégés). C’est pourquoi, quelles que soient les mixités des événements, nous voulons porter une attention collective à problématiser et réagir aux comportements et propos oppressifs (que ce soit en lien avec des oppressions systémiques ou pas).

On a envie de pouvoir se dire les choses, encourager un espace où on se remet en question, en partant du principe que personne n’est complètement débarrassé de tous les rapports de domination qui nous construisent.

Il y a des modes de discussion qui sont souvent associés à la mixité choisie et c’est des façons de parler et d’être ensemble qu’on trouve trop bien, on n’a pas du tout envie de les laisser tomber. Mais du coup, on a envie de dissocier la question des identités du comment on parle entre nous.

Parce que les identités ça nous semble nécessaire mais parfois aussi ça peut être enfermant. Et même s’il y a des comportements qui sont assez récurent/typiques chez beaucoup de mecs-cishét (c’est pas un hasard, c’est la conséquence d’une construction sociale), on a envie de critiquer les comportements et pas de dire que si une personne est un mec cishét, forcément il agira comme ça. Parce qu’on pense qu’on a de la prise sur comment on agit et qu’on veut sortir du déterminisme.

Ces comportements qui nous saoulent c’est par exemple : prendre plein de place dans des discussions (parler plus fort, plus longtemps, couper la parole, être hyper affirmatif-ve et regarder de haut celleux qui ne pensent pas pareil…), ne pas être attentif-ves aux autres autour, prendre une position d’experts quand il s’agit de théorie politique mais ne jamais se mettre en jeu émotionnellement…….

On a envie de garder une attention à permettre des modes de discussions qui nous parlent : laisser la place à chacun.e de s’exprimer, tâtonner, chercher, questionner, critiquer, sans spécialiste ni orateurice, construire ensemble nos avis critiques, et faire en sorte qu’il n’y ait pas de chef.fe ni de meneureuse de discussion mais plutôt un cadre oú chacun.e peut orienter le débat vers une direction qui semble collectivement pertinente.

On pense aussi que prendre en compte les envies/besoins des différentes personnes qui viennent aux discussions (faire des petits groupes à des moments, mettre en place des non-mixités, ou expérimenter différentes façons de discuter) c’est important pour être à l’aise.

On trouve important d’aborder des thématiques à partir de nos vécus et pas seulement à partir de textes théoriques. On aime discuter de sujets qui nous touchent, où on peut raconter nos expériences, nos galères, nos doutes. Et même quand c’est des sujets un peu plus loin de nos vécus, pas besoin d’avoir des connaissances ou un avis ultra tranché pour participer aux discussions, on apprend et on réfléchit ensemble.

Dans les ateliers, on a envie d’encourager l’autonomie de chacun-e. Et s’il y a de la transmission de connaissances par exemple, ça nous paraît important qu’il y ait une attention à la dynamique “je te prends les outils des mains parce que je sais mieux faire”.

Voilà, comme vous le voyez, on expérimente, on continue de bouger et peut être on changera encore d’avis plus tard 🙂 Aussi ça fait longtemps qu’on veut faire un texte pour partager nos bases politiques, on espère y arriver bientôt ! N’hésitez pas à venir aux permanences dès 16h pour discuter de tout ça, emprunter des livres, choper des brochures, boire du thé et chiller. Et aussi proposer des activités, des discussions qui pourront être en mixité ou dans une mixité choisie, ou encore d’autres trucs auxquels nous on aurait pas pensé ou qu’on aurait pas le temps de faire 😉




Source: Iaata.info